Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Se faire entendre




Se faire entendre

Au mois d’octobre dernier, nous évoquions ici la dangerosité des impostures dont étaient victimes l’islam et les musulmans. Mais nous étions loin d’imaginer la tragédie des attentats terroristes de janvier. Relevons que les profils des individus ayant commis cette infamie correspondent à ce que nous décrivions, à savoir des personnes au parcours de vie accidenté et nouvellement converties à une vision radicale d’un islam sublimé.

Pour comprendre, on peut s’appuyer sur une cellule du corps qui se met à dégénérer et à devenir cancéreuse. Si l’on parvient à contrer cette cellule cancéreuse l’idéologie de cet islam fasciste , elle ne prolifère pas. Elle reste isolée à quelques centaines d’individus. Elle n’en demeure pas moins redoutable. Car dans notre cas de figure, une seule cellule malade porte atteinte à l’ensemble du corps composé de milliards de cellules saines. Les trois terroristes ont sali le milliard et demi de musulmans. Que faire ? Malgré la détermination de l’État à lutter contre le radicalisme, le pire peut, hélas, encore se produire. Et les musulmans de France en subiront encore les conséquences. Pour eux, il n’y a pas d’autre choix que de continuer la bataille de la communication et de l’action sur deux fronts.

Le premier front se situe sur le terrain de l’intracommunautaire. Les cadres religieux et laïcs doivent investir les nouveaux supports de communication (réseaux sociaux, serious game…) et les espaces plus classiques (éducation populaire, aumôneries…) pour y diffuser les valeurs musulmanes et républicaines.

Le second front se situe auprès de nos compatriotes non musulmans. Nous devons y faire entendre nos positions humanistes auprès de la communauté nationale, tout au long de l’année et pas seulement en tant de crise.


Mohammed Colin le Jeudi 19 Février 2015


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.