Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Sauvegarder le patrimoine




Sauvegarder le patrimoine
On se souvient de la destruction des Bouddhas de Bâmiyân, à coup de roquettes et d’explosifs, par les talibans d’Afghanistan, en 2001. Ont suivi les destructions de mausolées à Tombouctou, foyer civilisationnel durant l’heure de gloire de l’empire du Mali. Ensuite l’organisation État Islamique a pris le relais en pillant et en détruisant systématiquement le patrimoine culturel des territoires occupés.

Bien au-delà de la fallacieuse justification théologique, la destruction du patrimoine culturel opéré par Daesh s’inscrit dans une stratégie de guerre où il faut avant tout choquer, créer l’effroi, la consternation auprès de l’opinion publique. Et encore plus pernicieux, juxtaposer les réactions d’indignation des peuples occidentaux aux réactions d’indifférence de ceux qui vivent dans les pays du Sud avec le ventre vide.

Les grilles de lectures et d’interprétations ne sont donc pas les mêmes, selon que l’on se situe sur le globe et surtout selon le niveau culturel. Pourtant, comme le souligne la directrice générale de l’Unesco, il s’agit bien d’un génocide culturel qui affecte toute l’humanité. Outre la valeur sociale, culturelle et économique pour les pays où sont localisés ces patrimoines, ceux-ci sont le seul moyen de pouvoir traverser les âges et de dialoguer avec les hommes qui nous ont précédés.

Au moment où nous mettons sous presse, c’est avec une pensée émue que nous apprenons la disparition de l’anthropologue Malek Chebel. Ce fervent défenseur de la beauté en islam n’a eu de cesse de rappeler comment ce saccage des patrimoines est un dévoiement profond du Coran, alors même que la diversité et la pluralité sont constitutives de l’humanité.

Mohammed Colin le Lundi 21 Novembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.