Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Ouf!




Ouf!
C’est un « Ouf » de soulagement que nous avons été nombreux à émettre au soir du second tour de l’élection présidentielle. Le scénario du pire a donc été évité. Contrairement à nos voisins britanniques et américains, notre pays aura su résister aux sirènes du populisme et de l’isolationnisme. Mieux encore, nos voix auront poussé à la magistrature suprême un candidat qui n’aura jamais autant mouillé sa chemise pour défendre le projet européen.
Car même si la dynamique européenne semble éprouver de nombreuses difficultés, nous ne pouvons jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est vite oublier que l’Europe a ouvert une période de paix et de prospérité sans précédent, succédant à plusieurs dizaines de siècles de violence et de conflits interminables jusqu’aux deux guerres les plus meurtrières qu’ait connues l’humanité.
Les musulmans de France sont pour la plupart d’entre eux attachés au projet européen. Les raisons sont multiples. Nous n’en citerons que deux. L’attachement à l’humanisme européen qui, outre l’héritage gréco-latin et judéo-chrétien, puise également dans l’apport arabo-andalou. Ce sont là les racines profondément ancrées dans le sol européen. L’horizon ensuite. Cette formidable aventure humaine, institutionnelle et politique, à laquelle les citoyens européens de cultures musulmanes sont parties prenantes. L’Europe offre ce sentiment puissant et exaltant de pouvoir contribuer à l’Histoire commune. Tout reste à écrire. Et tout semble possible avec l’europhile Emmanuel Macron.

Mohammed Colin le Jeudi 1 Juin 2017


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Avril 2020 - 11:20 L’épreuve

Lundi 28 Octobre 2019 - 16:39 Stop à la confusion

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’épreuve

Mohammed Colin - 24/04/2020
Lors des vœux de l’année 2020, aucun chef d’État n’aurait imaginé devoir faire face à une crise sanitaire hors norme et à une paralysie de l’économie mondiale du fait d’un simple micro-organisme. Pourtant, tel est le scénario, digne d’un film catastrophe, qui se produit sous nos yeux en raison du Covid-19. Pourtant, des alertes ont été lancées ces dernières années. En 2015, Bill Gates disait, au cours d’une conférence TED, que l’origine d’une possible catastrophe mondiale ne serait pas nucléaire mais biologique, provoquée par un virus hautement contagieux. Plus tôt encore, la CIA avait pointé, dans un rapport prospectif publié en 2009, le danger d’une pandémie mondiale décrite en ces termes : « L’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse, pour laquelle il n’existe pas de traitement adéquat. » A l’heure du Covid-19, ces mises en garde apparaissent comme des prophéties, qui sont d’ailleurs très bien exploitées par les complotistes de tous bords. Mais dans un contexte où les principales menaces étaient incarnées par le terrorisme islamiste et la prolifération des armes nucléaires, la mise en garde ne fut absolument pas considérée. Impréparés, les Etats et les populations s’adaptent comme ils peuvent à cette nouvelle réalité. Même les religions, caractérisées par des rituels immuables, ont dû tenir compte du nouveau coronavirus. Nul n’oubliera de sitôt les images impressionnantes de la Mosquée sacrée de La Mecque totalement...