Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Nouer des relations 2




« JE SUIS UNE FEMME DE 30 ANS, JE TRAVAILLE, je finis mes études de doctorat mais je suis célibataire !

Cela me stresse d’autant plus qu’on me dit : “T’es encore seule ? C’est pas normal !” Je me sens “diminuée”, il manque quelque chose dans ma vie et j’ai l’impression que je resterai toujours seule ! Les rares amis que j’ai eus m’ont déçue...
Depuis quelques mois, je fréquente quelqu’un mais cela s’avère impossible entre nous (histoires de familles) : il ne souhaite pas s’engager ni rien officialiser, et se voir en cachette me blesse, alors je ne sais plus quoi faire ! J’ai l’impression qu’il ne faut pas que je le quitte pour ne pas être totalement seule. L’idée d’“avoir” quelqu’un me rassure, mais je suis consciente que je suis en train de perdre mon temps ! »

Nora, 30 ans

Chams en Nour

Croyez-moi, toute personne qui s’engage dans une relation par peur de la solitude s’aventure vers le malheur et la frustration. Ce n’est pas la peur qui doit dicter votre conduite, d’autant plus que cet homme vous impose des conditions contraires à vos convictions. Ne vous trahissez pas, vous risqueriez de le regretter. Interrogez-vous plutôt sur votre tendance à vous replier sur vousmême et sur la façon dont vous engagez vos relations amicales. Ouvrez-vous sur le monde, rencontrez d’autres personnes : vous pourrez rencontrer quelqu’un qui soit plus en accord avec vous.

Chams en Nour, psychanalyste le Lundi 4 Juin 2012


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 1 Octobre 2013 - 09:52 Doutes et certitudes

Lundi 3 Décembre 2012 - 12:36 Détresses et questionnements 2

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Une drôle de campagne

Mohammed Colin - 24/03/2022
On se souvient de la mise en garde d’Emmanuel Macron adressée en 2017 à Vladimir Poutine contre les actions russes de déstabilisation des élections françaises. Seulement 15 jours après son entrée en fonction à l’Élysée, Macron avait invité le président russe au château de Versailles sous le prétexte d’une exposition consacrée à Pierre le Grand afin d’amorcer une forme de détente tout en y abordant les sujets qui fâchent dont l’ingérence russe, la Syrie et l’Ukraine. Cinq ans plus tard, c’est encore la Russie qui vient semer la zizanie dans la campagne présidentielle, non pas cette fois-ci, sauf révélation ultérieure, par des « organes d’influence » et des cyberattaques mais par la guerre sur un Vieux continent marqué par les affres de deux guerres mondiales. Mais avant que la guerre en Ukraine ne vienne « percuter notre vie démocratique et la campagne électorale » selon les mots du chef de l’État, on voyait bien que depuis des mois, dans le contexte de crise sanitaire, la campagne était embourbée. De nombreux sondages montrent le désintérêt des Français. La présidentielle arrive seulement en 5e position des sujets abordés par les Français avec leurs proches, à domicile ou au travail ; une chute de 26 points par rapport à 2017 où l’on se remémore très bien les grands thèmes débattus comme la moralisation de la vie politique, le pouvoir d’achat, le Frexit. Là, rien ne semble imprimer dans l’opinion publique, pas même les propositions d’Eric Zemmour. Il aura peut-être fallu la guerre et son cortège de folies pour réveiller les Français et la vieille Europe. Ce qui est sûr, c’est que le prochain président français devra avoir le cuir suffisamment épais pour faire face aux brutalités croissantes de cette nouvelle époque.