Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Misère du monde, notre part




Comme souvent, il aura fallu la photo choc, celle qui figera toutes les émotions d’une situation dramatique pour faire basculer l’opinion publique. Ce fut, hélas, l’image d’un corps sans vie d’un petit garçon rejeté par la mer qui est venue de plein fouet percuter nos esprits confortablement installés devant nos multitudes d’écrans. Avant cela, l’opinion publique européenne ne voulait ni voir ni entendre.

Le peuple de France a compris qu’il devait prendre sa partface à cet exode le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale. La France a su naguère intégrer 120 000 réfugiés arméniens et plus de 400 000 réfugiés républicains espagnols, alors qu’elle comptait 41 millions d’habitants en 1939.

Mais nous faisons face à un débat byzantin sur le statut des migrants, incongru au regard de l’urgence du drame humain. L’on voudrait distinguer les migrants économiques qui ont saisi l’opportunité de fuir la misère et les migrants politiques qui ont voulu échapper aux pires atrocités des pouvoirs en place. Bagatelle !


Les mosquées de France, tout comme les églises, ont manifesté leur solidarité et le souhait d’accueillir les réfugiés, quels qu’ils soient.

Mais nous ne pouvons sous-estimer leurs difficultés car elles butent sur ce statut des migrants pour des raisons de sécurité. Beaucoup de ces hommes et de ces femmes en attente du droit d’asile n’ont parfois pas de papiers qui puissent attester de leur identité et sont dans un état de précarité le plus extrême. Les responsables de mosquée savent que si quelque chose de malencontreux arrivait, on ne leur pardonnerait rien et ils seraient alors cloués au pilori par l’opinion publique. Leur marge d’action solidaire s’en trouve limitée et nécessite un encadrement des autorités.


Mohammed Colin le Vendredi 2 Octobre 2015


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Avril 2020 - 11:20 L’épreuve

Lundi 28 Octobre 2019 - 16:39 Stop à la confusion

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’épreuve

Mohammed Colin - 24/04/2020
Lors des vœux de l’année 2020, aucun chef d’État n’aurait imaginé devoir faire face à une crise sanitaire hors norme et à une paralysie de l’économie mondiale du fait d’un simple micro-organisme. Pourtant, tel est le scénario, digne d’un film catastrophe, qui se produit sous nos yeux en raison du Covid-19. Pourtant, des alertes ont été lancées ces dernières années. En 2015, Bill Gates disait, au cours d’une conférence TED, que l’origine d’une possible catastrophe mondiale ne serait pas nucléaire mais biologique, provoquée par un virus hautement contagieux. Plus tôt encore, la CIA avait pointé, dans un rapport prospectif publié en 2009, le danger d’une pandémie mondiale décrite en ces termes : « L’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse, pour laquelle il n’existe pas de traitement adéquat. » A l’heure du Covid-19, ces mises en garde apparaissent comme des prophéties, qui sont d’ailleurs très bien exploitées par les complotistes de tous bords. Mais dans un contexte où les principales menaces étaient incarnées par le terrorisme islamiste et la prolifération des armes nucléaires, la mise en garde ne fut absolument pas considérée. Impréparés, les Etats et les populations s’adaptent comme ils peuvent à cette nouvelle réalité. Même les religions, caractérisées par des rituels immuables, ont dû tenir compte du nouveau coronavirus. Nul n’oubliera de sitôt les images impressionnantes de la Mosquée sacrée de La Mecque totalement...