Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Misère du monde, notre part




Comme souvent, il aura fallu la photo choc, celle qui figera toutes les émotions d’une situation dramatique pour faire basculer l’opinion publique. Ce fut, hélas, l’image d’un corps sans vie d’un petit garçon rejeté par la mer qui est venue de plein fouet percuter nos esprits confortablement installés devant nos multitudes d’écrans. Avant cela, l’opinion publique européenne ne voulait ni voir ni entendre.

Le peuple de France a compris qu’il devait prendre sa partface à cet exode le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale. La France a su naguère intégrer 120 000 réfugiés arméniens et plus de 400 000 réfugiés républicains espagnols, alors qu’elle comptait 41 millions d’habitants en 1939.

Mais nous faisons face à un débat byzantin sur le statut des migrants, incongru au regard de l’urgence du drame humain. L’on voudrait distinguer les migrants économiques qui ont saisi l’opportunité de fuir la misère et les migrants politiques qui ont voulu échapper aux pires atrocités des pouvoirs en place. Bagatelle !


Les mosquées de France, tout comme les églises, ont manifesté leur solidarité et le souhait d’accueillir les réfugiés, quels qu’ils soient.

Mais nous ne pouvons sous-estimer leurs difficultés car elles butent sur ce statut des migrants pour des raisons de sécurité. Beaucoup de ces hommes et de ces femmes en attente du droit d’asile n’ont parfois pas de papiers qui puissent attester de leur identité et sont dans un état de précarité le plus extrême. Les responsables de mosquée savent que si quelque chose de malencontreux arrivait, on ne leur pardonnerait rien et ils seraient alors cloués au pilori par l’opinion publique. Leur marge d’action solidaire s’en trouve limitée et nécessite un encadrement des autorités.


Mohammed Colin le Vendredi 2 Octobre 2015


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.