Connectez-vous S'inscrire
Salamnews
Les rubriques
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la...
1 2 3 4 5 » ... 56
Sur la scène du théâtre de Dix Heures, dont il est propriétaire depuis un an, il joue Ingérable, un one-man-show grinçant visant à réconcilier les Français autour du rire tout en abordant les dures réalités sociales. Humoriste, animateur et producteur, Yassine Belattar occupe plusieurs fronts pour faire passer son message. Rencontre
1 2 3 4 5 » ... 58
On se retrouve régulièrement face à face avec lui, accessoire indispensable mais pourtant si méconnu de notre prière…Petit tour d’horizon du ras du sol de nos mosquées. Volant dans les Mille et Une Nuits, le tapis est un objet incontournable de la culture orientale, tellement commun qu’il paraît avoir toujours été là.  Il semble avoir été inventé par des nomades afin de se protéger de l’humidité du sol au gré...
1 2 3 4 5 » ... 17
Après quelques années d’absence, la douce Sonia Lacen revient sur le devant de la scène avec le single « Je serai là ». Transformée, la chanteuse prône une zen attitude teintée de spiritualité.
1 2 3 4 5 » ... 35
C’est la période des clôtures d’exercices. Quelles différences existe-t-il entre bilan et compte de résultat ?
1 2 3 4 5 » ... 8
Spécialiste de la gestion mentale des sportifs de haut niveau, Mohamed Regragui utilise l’hypnothérapie pour mieux aider les joueurs de football à appréhender leur environnement ainsi qu’à optimiser leurs performances. Cet ancien joueur au parcours atypique, passé par Saint-Étienne, le Portugal et le Bangladesh, séduit déjà quelques clubs professionnels qui voient la possibilité de mieux accompagner les carrières des footballeurs, parfois...
1 2 3 4 5 » ... 14
Vous traversez un moment difficile ? Vos réactions et celles des autres vous surprennent ? Vous avez l’impression d’être dans une impasse ? Quelle décision prendre ?…Cette rubrique accueille vos questions, vos réflexions ou tout simplement vos partages d’expériences. À partir du bel islam et d’une lecture appliquée du Coran, des solutions peuvent toujours être trouvées. Posez vos questions à de vousanous@salamnews.fr Dans mes relations avec mes...
1 2 3 4 5 » ... 9



Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces disfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.