Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Les mosquées sur le tapis !



On se retrouve régulièrement face à face avec lui, accessoire indispensable mais pourtant si méconnu de notre prière…Petit tour d’horizon du ras du sol de nos mosquées.


© Lahcène Abib
© Lahcène Abib
Volant dans les Mille et Une Nuits, le tapis est un objet incontournable de la culture orientale, tellement commun qu’il paraît avoir toujours été là.

 Il semble avoir été inventé par des nomades afin de se protéger de l’humidité du sol au gré des campements. Plus pratique que la peau de bête, et plus confortable ! Ils le nouaient à la main, à raison de plusieurs izaines de milliers de noeuds au m2 pour du fil de laine, et un million pour du fil de soie. Naturellement, il trouve vite sa place – sous nos genoux – lorsque apparaît l’islam, pour accompagner la prière. 

Le métier à tisser aidant, il s’étale sur tous les sols de mosquées du monde, avant d’être concurrencé par la moquette, apparue au XXe siècle. Si bien que nos tapis de prière, au moins dans les mosquées de France, sont aujourd’hui plutôt des moquettes de prière.
 
Souvent, ces moquettes portent des lignes pour que l’on puisse bien se placer, ou des motifs d’arcade qui recréent un espace personnel, tel un tapis  individuel. Dominique Gremier, directeur d’Ege, un des fabricants du secteur, explique compter « environ 60 centimètres de large sur 1,30 mètre par personne ». Pour Zoubir Salhi, responsable des services généraux du bâtiment de la Grande Mosquée de Paris, c’est un véritable avantage. « Avant, avec les tapis classiques, les prieurs n’étaient pas toujours bien alignés, et on perdait de la place. Avec la moquette à arcades, on utilise l’espace de manière optimale. » Un argument de poids pour les mosquées bondées le vendredi, encore nombreuses en France…

Les vertus d’une bonne moquette de mosquée

Pour ces raisons, des dessins génériques existent : on retrouve ainsi le même à Saint-Ouen et à Mantes-la-Jolie. Moyennant « 10 à 15 % du prix en plus », selon Dominique Gremier, les mosquées qui le souhaitent peuvent même fabriquer leur propre dessin.

Mais l’esthétique ne fait pas tout ! Puisqu’une mosquée est un établissement recevant du public (ERP), sa moquette doit respecter certaines normes de sécurité, et notamment résister au feu. Et pour le confort des prieurs réguliers, il est conseillé de la prendre plutôt épaisse (1 cm), et bien résistante.

« Avec une densité de 1 500 g/m2, la nôtre est garantie pour 40 000 passages par semaine », se réjouit Abdelghani Bentrari, le président de l’Union des musulmans de Tremblay-en-France, dont la mosquée a ouvert en avril [lire Salamnews n° 16]. « Quand on bâtit une mosquée toute neuve, c’est dommage de rater le choix de la moquette. » Alors il a misé sur la qualité. Il l’a choisie en laine, ce qu’il y a de plus cher (compter 40 euros le m2), mais aussi de plus confortable. « C’est le matériau qui a la meilleure résilience, c’est-à-dire la meilleure capacité à retrouver sa forme initiale, et qui assure la meilleure isolation thermique », argumente Georges Cholleton, un fabricant de moquettes en laine tissées sur mesure.

Les plus petits budgets, eux, devront se rabattre sur des matières synthétiques (polyamide), à raison d’environ 20 euros le m2. Personne n’a envie de prier sur des odeurs de pied ou des restes de couscous : l’entretien de la moquette dans une mosquée est donc primordial. Pourtant, il continue d’être assuré par des bénévoles, même quand il s’agit de surfaces importantes. En général, ils – mais plus souvent elles – aspirent toutes les semaines. Puis chaque procédé a ses adeptes : le shampooing tous les trimestres, « plus moderne » ; la vapeur une fois par an, « traditionnel, plus sûr » ; le nettoyage à sec, « plus respectueux de la fibre »...

Pendant le Ramadan, le synthétique est de sortie
 
À l’occasion du Ramadan, mois sacré de prière et de jeûne, un nouvel afflux de fidèles se presse dans les mosquées. Si les édifices récents peuvent les accueillir sans trop de problèmes dans les classes ou les lieux de conférences, les petites salles de prière de quartier, elles, sont souvent submergées.

À la mosquée Addawa, dans le XIXe, à Paris, en attendant la construction des nouveaux et spacieux bâtiments, on étale alors de grandes nattes synthétiques dans la cour. Recouvertes de tapis classiques, elles évitent qu’ils soient mouillés. Même technique au centre Tawhid de Saint-Denis. « Les retardataires qui n’ont même plus de place sur le tapis synthétique se débrouillent comme ils le peuvent. J’en ai déjà vu prier sur leur veste ou sur un carton plié à la va-vite ! », raconte l’imam Fayçal Abidi.

À Paris, il y a quelques années, un étudiant en design graphique, Jonathan Jeffrey Aomar, faisait le même constat. En  septembre 2008, il lançait Salmane, un tapis de prière imperméable de poche, vendu avec succès dans de nombreuses mosquées au prix de 5 euros. 
 
Avec 150 constructions de mosquées par an en France, selon Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), espérons que chaque musulman puisse bientôt prier dans de bonnes conditions… Avec un bon morceau de moquette à ses pieds et sous le front ! 

Repères
• 300 m2 : c’est la demande moyenne de surface à recouvrir de moquette dans les mosquées actuellement.
• 10 ans : c’est la durée de vie moyenne d’une moquette de mosquée.

© D.R.
© D.R.
Questions à  Eric Delpont *

Depuis quand y a-t-il des tapis dans les mosquées ?
E. D. : On ne le sait pas vraiment, mais les plus anciens fragments de tapis sont datés du XIIe-XIIIe siècle. Ils ont été retrouvés en Anatolie, sous d’autres tapis, 
dans une ancienne mosquée. Visiblement, c’était non pas des tapis de prière individuels, mais un seul grand morceau, où l’on pouvait prier à plusieurs grâce au dessin de niche qui délimitait l’emplacement de chacun.

Sur quoi priaient le Prophète et ses compagnons ?
E. D. : La pratique de la prière suppose qu’ils étalaient bien quelque chose sur le sol. On pense qu’il s’agissait d’une natte en fibre de palmier tressée, l’ancêtre du tapis en quelque sorte.

Qu’est-ce qui caractérise un tapis de prière depuis ses origines ?
E. D. : Contrairement aux riches tapis de cour, synonymes de pouvoir, où des personnages étaient parfois représentés, les tapis de prière ont toujours été plutôt sobres, avec des motifs forcément géométriques, puisque l’islam interdit la représentation du vivant dans les espaces religieux. 

* Éric Delpont est chargé de collection et d'expositions à l’Institut du monde arabe (IMA).


Gwénola de Coutard le Mercredi 1 Septembre 2010


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Juillet 2010 - 09:56 Paris 15e : La mosquée des diplomates

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.