Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

La page du sarkozysme est tournée




La page du sarkozysme est tournée
Cinq ans de présidence, mais aussi dix ans de relations avec le culte musulman. Arrivé en 2002 au gouvernement Raffarin sous Jacques Chirac comme ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy aura une approche proactive sur le chantier du CFCM et sera le ministre qui aura signé l’acte de naissance de cette institution.

Son style fait de pragmatisme et de rupture avec les pratiques policées de ses prédécesseurs de la place Beauvau l’amènera à nouer des relations étroites avec l’UOIF, que certains observateurs qualifieront de « lune de miel ». Sarkozy disait ne pas craindre l’islam épicé et qu’il était normal que la République puisse dialoguer avec les néoconservateurs légalistes. Le point culminant aura été sa visite et sa prise de parole au congrès de l’UOIF de 2003. Lors des révoltes urbaines de 2005, Sarkozy ira même chercher une fatwa auprès de l’UOIF pour calmer les tensions sociales dans les quartiers. C’est la  phase où le ministre, pas encore tout à fait candidat à la présidentielle, parle de laïcité ouverte, se prononce en faveur du vote des étrangers aux municipales et reconnaît la dimension multiculturelle de la société française.

Mais, très vite, il constate que le vote communautaire reste insignifiant et que, surtout, les voix favorisant sa conquête de l’Élysée sont à prendre sur le terrain de l’extrême droite. Alors Sarkozy ne cessera d’agiter l’épouvantail musulman pour semer la peur et le sentiment d’une islamisation rampante. Le sarkozysme n’aura de cesse de diviser les fédérations musulmanes, comme il sut si bien opposer les Français entre eux. On retiendra donc du sarkozysme l’utilisation de l’islam comme instrument électoral.

Mohammed Colin le Lundi 14 Mai 2012


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.