Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

La Palestine occupe le terrain



Pour la première fois de son histoire, la Palestine a accueilli une rencontre de qualification pour la Coupe du monde. C’était le 3 juillet 2011, face à l’Afghanistan, dans la banlieue de Ramallah. Plus qu’un match de foot, ce jour-là, c’est l’espoir de tout peuple qui rêve d’un État indépendant qui fut incarné par onze joueurs. Quand le football montre le but…


© Levine / SIPA
© Levine / SIPA

Al-Fursan

Si l’actualité récente nous a rappelé que l’ONU tardait à reconnaître la Palestine comme un de ses États membres, le football, lui, a déjà pris un train d’avance sur l’Histoire. C'est en 1998 que la Fédération internationale de football association (FIFA) a admis en son sein la Palestine. Un peu comme l’Algérie dans la  fin des années 1950, avec son équipe du Front de libération nationale (FLN), les Palestiniens ont déjà une sélection nationale de football reconnue par le monde avant d’avoir un État indépendant. Un tour de force politique et diplomatique, que le sport, vecteur de rapprochement entre les peuples, a réussi. 

Ancien directeur des relations internationales à la FIFA, Jérôme Champagne est conseiller de l’Autorité palestinienne pour le développement du sport : « À mon arrivée à la FIFA, en 1999, le président Joseph Blatter a donné son feu vert pour aider le football palestinien, qui venait d’être affilié. Nous avons réorganisé la fédération et aidé à la construction du premier stade palestinien aux normes internationales. Maintenant, la Palestine reçoit des équipes, à Al-Ram. C’est un vrai changement politique, permis par le dynamisme de Jibril Rajoub, le président de la fédération palestinienne de football. » Si, dans les faits, la Palestine existe sur la scène internationale du football, la réalité est d’une complexité sans nom pour les joueurs représentant leur pays. Ils viennent de partout : du Chili, de Pologne, de France ou d’Angleterre.

Occupation et arbitraire

Pourtant, rejoindre son équipe relève du parcours du combattant. L’occupation israélienne et l’arbitraire sont des freins qui rendent l’évolution d’Al-Fursan (« Les Chevaliers », surnom arabe de la sélection) extrêmement difficile. 

En immersion totale avec la sélection palestinienne en février 2011 pour le bihebdomadaire spécialisé France Football, Frank Simon explique les entraves  que rencontrent les Palestiniens : « La principale difficulté, c’est de pouvoir composer la meilleure équipe possible. Les meilleurs talents qui jouent dans la bande de Gaza ne sont jamais autorisés à rejoindre la Cisjordanie. » Avant d’ajouter : « Être originaire de Gaza est problématique. En juin 2010, le gardien de but du Shabab al-Khalil [al-Khalil est le nom arabe de Hébron, ndlr] n’a pas pu rentrer en Cisjordanie. En raison de ses origines gazaouies, Israël l’a bloqué à la frontière jordanienne, après lui avoir pourtant octroyé le permis de sortir. Pendant trois mois, Mohamed Shbair a donc dû patienter à Amman, la capitale. Pris en charge par sa fédération, il a longuement patienté sans savoir quand il pourrait revenir à Ramallah. »

Un manque d’infrastructures

Un véritable casse-tête pour la sélection qui rêve toujours d’être le premier pays sans État à se qualifier pour une Coupe du monde. Un objectif inatteignable pour l’heure, car les Palestiniens ont été éliminés par la Thaïlande. Sur le terrain, le talent existe, mais il ne peut réellement s’exprimer car, en plus des restrictions dues à l’occupation, le manque d’infrastructures est endémique. « Mes joueurs ne pouvaient pas s’entraîner correctement, car les terrains de proximité n’existent presque pas. Il n’y a pas d’espace et les effets s’en font ressentir à haut niveau. Et même si un championnat se dispute en Cisjordanie, les joueurs sont presque tous amateurs. Au bout d’une heure de jeu, ils commencent à tirer la langue », déplore le Franco-Algérien Moussa Bezzaz, qui vient de quitter la sélection palestinienne après la fin de son contrat. Si le terrain est encore miné, la sélection palestinienne de football a déjà en partie réussi sa mission. Femmes, hommes, musulmans ou chrétiens, derrière elle, un peuple a pu crier sa joie et sa fierté de voir les siens mouiller le maillot pour son honneur et son indépendance.

Nabil Djellit le Lundi 7 Novembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.