Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Jackson Richardson : « La France a toujours su rebondir »



Emblème du handball mondial, Jackson Richardson est un des plus grands sportifs que la France ait produits. En club ou avec les Bleus, le Réunionnais a tout gagné. À deux mois des JO de Londres, celui qui fut le porte-drapeau de la France en 2004, à Athènes, croit en une victoire des Français. Confidences.


Jackson Richardson : « La France a toujours su rebondir »

Après 4 années de domination sur le handball mondial, la France a subi un échec lors du dernier championnat d’Europe. Croyez-vous en ses chances pour les prochains jeux Olympiques de Londres ?

Jackson Richardson : C’est un peu l’éternelle histoire du handball français. On n’a pas toujours su rebondir après les échecs. Je me souviens qu’après notre revers de 1996 on a su revenir. En 2000, nos résultats ont été catastrophiques aux JO de Sydney. Ce qui ne nous a pas empêchés l’année suivante de devenir champions du monde.

Finalement, après tous ces succès (JO 2008, Euro 2010, Mondial 2009 et 2011), est-ce qu’on n’en attend pas trop de nos joueurs ?

J. R. : Oui, c’est typiquement français. Dès qu’il y a un échec, on parle d’une génération finie. En Espagne ou en Allemagne, l’état d’esprit est différent. Mais en France, quand on gagne, nous sommes déjà dans une forme d’usure au lieu d’en vouloir plus. Quand je vois les performances de Rafael Nadal à Roland Garros, il est
insatiable.

En 1995, la France a remporté son premier titre en sport collectif grâce au handball. Très pratiquée en milieu scolaire, cette discipline est-elle, d’après vous, sous-médiatisée ?

J. R. : Non, lors des Mondiaux ou l’Euro, on est dans l’actualité et très visible. On ne peut plus se permettre de dire qu’il nous manque de la visibilité. On l’a notamment grâce aux résultats. C’est au niveau des partenaires qu’il y a moins de confiance. Il faut plus de moyens et plus d’infrastructures pour que nos clubs attirent plus de monde.

En 2004, aux JO d’Athènes, qu’est-ce que cela a représenté pour vous d’être le porte-drapeau de la délégation française ?

J. R. : J’ai toujours eu la chance de partager les victoires ou les défaites. Là, ce fut un peu bizarre car j’étais seul. C’est une grande satisfaction d’avoir mis en avant le handball à travers ma personne et un réel honneur à titre personnel.

Votre look, votre attitude sur le terrain, même dans les plus grands matchs, ont toujours donné l’impression d’un relâchement incroyable. Êtes-vous si insensible que cela à la pression ?

J. R. : Non, pas du tout. Je suis toujours resté près de mes racines. C’est dans ma façon de voir la vie, je regarde non pas où je suis là, mais plutôt d’où je viens. J’ai toujours eu la chance de pratiquer un sport que j’adore en gagnant sa vie. On n’a pas le droit de tricher avec soi-même, cela me permet de rester les pieds sur terre.

© Rémy de la Mauvinière / AP / SIPA
© Rémy de la Mauvinière / AP / SIPA

Justement, vos racines, c’est la Réunion. L’apport des DOM-TOM dans le sport national est exceptionnel. Pourtant, vous avez souvent dit devoir expliquer où se situait votre île…

J. R. : Je le disais plus souvent auparavant. Maintenant, il y a un peu plus de sportifs réunionnais qui réussissent : Hoarau, Payet ou Sinama-Pongolle. J’étais un peu taquin. En France, on n’est pas assez conscient de la richesse de notre diversité, que ce soit dans le sport ou dans la vie en elle-même. On ne parvient pas vraiment à mettre en avant cette multiculturalité qui existe aux Antilles ou à la Réunion, alors que certains autres pays l’auraient peut-être fait plus facilement.

Plus jeune, vous avez aussi joué au foot. Quel est le geste technique le plus difficile à réaliser ? La roulette de Zidane ou la « roucoulette » de Jackson ?

J. R. : [Rires] La roulette de Zidane. La dernière fois que j’ai essayé, j’ai failli perdre un genou… 

REPÈRES


BIO. 41 ans, né le 14 juin 1969, à Saint-Pierre de la Réunion. 1,86 m ; 86 kg. Demi-centre. 
CLUBS. Paris-Asnières ; OM-Vitrolles ; Großwallstadt ; Pampelune ; Chambéry. Avec la France : 417 sélections (787 buts).
PALMARÈS. Championnat du monde : 1er (1995, 2001) ; 2e (1993) ; 3e (1997, 2003 et 2005). Jeux Olympiques : 3e (1992). Vainqueur de la Ligue des champions (2001) ; vainqueur de la Coupe des Coupes (1993 et 2004) ; vainqueur de la Coupe des Villes (2000) ; champion de France (1994 et 1996) ; champion d’Espagne (2002). 
 

Nabil Djellit le Lundi 7 Mai 2012


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.