Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Entreprendre avec l’EIRL



Monter son business facilement, en toute liberté, tout en protégeant son patrimoine, est-ce vraiment possible ? Le nouveau statut d’EIRL, en vigueur à partir de 2011,
remplit cette vocation.


© Christophe Schmid
© Christophe Schmid
OPTIMISATION. À compter du 1er janvier 2011, les personnes voulant entreprendre pourront opter pour la constitution d’une entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). Cette structure est un croisement entre l’entreprise individuelle et l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL). Elle permettra d’allier la  souplesse de l’entreprise individuelle et la sécurité de l’entrepreneur comme pour une EURL en cas de défaillance de son activité.
 
Pourquoi ?
L’EIRL vient répondre à la préoccupation de nombreux chefs d’entreprise en nom propre afin de leur permettre d’assurer la protection de leur patrimoine privé en cas de faillite. 

Pour qui ?
Tout entrepreneur en nom propre, déjà en exercice ou lors de la création de son activité, qu’il soit auto-entrepreneur, commerçant, agent commercial, artisan, exploitant agricole ou en profession libérale, pourra opter pour l’EIRL.

Comment ?
Le simple dépôt d’une liste des biens affectés à l’activité sera demandé pour permettre de distinguer le patrimoine personnel du patrimoine professionnel. Cette déclaration sera à actualiser annuellement. 

Le point de vue de l’expert

Djamel Louergli, expert-comptable* © Hamid Haïdi
Djamel Louergli, expert-comptable* © Hamid Haïdi
Les entrepreneurs peuvent d’ores et déjà créer des EURL pour protéger leur patrimoine, pourquoi créer un nouveau statut ?
Djamel Louergli : L’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) est venu répondre à la préoccupation de protection du patrimoine, grâce à la création d’une personne morale distincte. Toutefois, l’EURL nécessite un grand formalisme comme la rédaction de statuts à la création. De plus, le dirigeant d’EURL ne peut pas disposer des biens librement de sa société sans risquer l’abus de biens sociaux. C’est peut-être pour cela que le statut de l’EURL n’a pas connu le succès escompté.
 
Que conseillez-vous à un auto-entrepreneur ?
D. L. : Je conseille à tout entrepreneur détenant un patrimoine comme une maison ou un appartement de mener une réflexion en vue d’opter pour le nouveau régime de l’EIRL, car, rappelons-le, l’auto-entreprise reste une entreprise individuelle. 
 
Quel sera le régime fiscal et social de l’EIRL ?
D. L. : Le bénéfice de l’activité servira de base de calcul pour l’impôt sur le revenu et pour les cotisations sociales, sauf dans le cas des auto-entreprises. Les EIRL pourront opter pour l’impôt sur les sociétés, ce qui peut être préférable lorsque le foyer fiscal est fortement imposé à l’impôt sur le revenu. Dans ce cas, la loi a prévu de soumettre une quote-part des bénéfices à cotisations sociales, afin de limiter les conséquences de stratégie d’optimisation éventuelle. Mais, à ce niveau de réflexion, il est préférable que l'entrepreneur fasse appel à un expert-comptable. 

* Expertise comptable, audit et conseil en création et reprise d’entreprise : dlouergli@cabinet-louergli.fr – 01 39 02 25 54


Les principaux statuts juridiques actuels pour entreprendre

  • Entreprise individuelle
Aussi désigné entreprise en nom propre, l’entrepreneur individuel n’a pas besoin de réunir de capital. Toutefois, il est responsable des dettes de son entreprise sur l’ensemble de ses biens. Très simple à mettre en oeuvre, l’entreprise individuelle est surtout conseillée pour les activités dont les risques sont limités et sans investissements importants.
 
  • L’auto-entreprise
C’est une entreprise individuelle bénéficiant d’un régime fiscal et social particulier pour permettre d’exercer une activité complémentaire sans formalisme.
 
  • La SARL
La société à responsabilité limitée (SARL) est une société composée de deux associés au minimum, dont la responsabilité est limitée aux apports des associés. Les apports appelés couramment capital social permettent la création d’une personne morale dotée de son propre patrimoine distinct des dirigeants. Le montant du capital est fixé librement par les associés. La responsabilité peut toutefois être engagée lorsque les associés se portent caution
ou bien commettent des fautes de gestion. 
 
  • L’EURL 
L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) est une SARL avec un seul associé. 

En savoir plus :
 Site de l’APCE, Agence pour la création d’entreprise : www.apce.com
 Site d’information sur l’EIRL : www.info-eirl.fr

Plus d’infos :
Des questions sur l’entrepreneuriat et la création d’entreprise ?
Envoyez-les à : business@salamnews.fr
chaque mois notre expert-comptable vous répondra.

Gaël de Mourjill le Mercredi 1 Septembre 2010


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 4 Avril 2011 - 14:35 Savoir lire son bilan

Mardi 1 Mars 2011 - 14:35 Le recouvrement des créances

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.