Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Détresses et questionnements 2




« SALAM ALAYKUM. JE CONNAIS DES DIFFICULTÉS PSYCHOLOGIQUES, depuis quelques mois, dont j’ai du mal à me sortir. Je sais que j’ai besoin d’aide mais  je ne comprends pas la différence entre le psychologue, le psychiatre et le psychanalyste. Comment choisir la bonne personne ? J’attends votre réponse, insha
Allah. »

Hosni, 29 ans,
 

Chams en Nour. 

Le psychologue a été formé à l’université pour accompagner ponctuellement les personnes qui ont à faire face à des angoisses, à des symptômes passagers dus à des épreuves délicates à surmonter et qui ont besoin d’un appui.

Le psychanalyste a lui-même fait un long travail personnel avec un autre psychanalyste et c’est cette expérience qui lui permet, avec la reconnaissance de ses pairs, de se lancer à son tour dans l’accompagnement à plus long terme de personnes qui cherchent à résoudre leurs contradictions intérieures et à mieux connaître la partie inconsciente de leur être.
 
Le psychiatre est un médecin spécialisé dans le psychisme, habilité à prescrire des médicaments destinés à des personnes en très grande difficulté, comme une grave dépression, une crise aiguë ou une impossibilité à vivre dans la réalité. Seul ce dernier est remboursé par la sécurité sociale. J’espère que vous y verrez plus clair. 


Chams en Nour, psychanalyste le Lundi 3 Décembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 1 Octobre 2013 - 09:52 Doutes et certitudes

Lundi 3 Décembre 2012 - 12:36 Détresses et questionnements 1

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

La double onde de choc

Mohammed Colin - 23/10/2023
Au moment où nous mettons sous presse ce numéro dont le dossier, décidé il y a plusieurs semaines, porte sur le dialogue interreligieux à l’occasion des 50 ans du Service national pour les relations avec les musulmans (SNRM) de l’Eglise catholique, nous avons été heurtés au plus profond de nous-mêmes par la barbarie qui s’est abattue sur des civils israéliens et celle qui est ensuite tombée sur les civils palestiniens. Et il y a cette angoisse que le pire n’est toujours pas encore arrivé. Quand le sang d’enfants coule, à défaut de pouvoir sauver ces vies, nous nous devons de condamner ces actes abjects par tout ce qu’il y a en nous d’humanité. Ce nouvel épisode tragique nous rappelle tristement que le conflit dure depuis plus de 75 ans. La solution est résolument politique et le statu-quo mortifère auquel la communauté internationale s’est accommodée est intenable. Toutes les énergies doivent s’orienter vers la mise en oeuvre d’une paix juste et durable dans la région. Ébranlé par l’onde de choc de la tragédie du Moyen-Orient, comme si cela n’était pas suffisant, voilà qu’une nouvelle fois encore, le terrorisme sévit au sein de notre école, enceinte républicaine symbolisant l’avenir de notre nation. Hier Samuel Paty, aujourd’hui Dominique Bernard. Il est toujours insupportable de voir, au nom de la deuxième religion de France, qu’on assassine nos concitoyens, tue nos enseignants. Pire encore, de voir l’effet toxique à long terme sur notre tissu social si nous ne faisons pas preuve de résilience. En effet, il faut accepter qu’en démocratie, le risque zéro à propos d’attentats ne puisse exister sans remettre en cause l’État de droit. De même, il est illusoire de vouloir supprimer les divisions internes de notre société, de taire ses conflictualités aussi exacerbées soient-elles, car c’est le principe même de la démocratie. Pour être résiliant, nous devons apprendre à les assumer.