Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Coupables à tout prix




Coupables à tout prix
Le grand danger, en cette période de crise, est la recherche de coupables. Si cette activité a toujours été le fonds de commerce des partis xénophobes comme le Front national, ce qui change aujourd’hui, c’est l’adhésion de plus en plus massive à ces thèses. En panne de programme politique, les partis traditionnels prônent un discours simpliste expliquant la crise de la France par le trop-plein d’étrangers sur le sol national et l’insécurité qui serait liée à l’immigration : des idées qui séduisent, y compris dans la société « bien-pensante ».
 
Outre le fait de saper les valeurs d’accueil de la France (sic), ces idées reçues nous mènent vers un repli malsain. L’Histoire nous enseigne où nous conduit cette chasse aux coupables. Le pain de personne n’a été volé ! On pourrait voir un pied de nez à ceux qui se réclament des thèses frontistes, à travers la victoire au concours de la meilleure baguette de Paris : l’heureux gagnant est d’origine tunisienne. À ce titre, il livrera pendant un an l’Élysée. Cet événement est signifiant. Le métier de boulanger est une activité difficile ; il faut être à pied d’oeuvre dès 3 heures du matin, sous la chaleur des fourneaux. De plus en plus de boulangers sont d’origine extraeuropéenne comme beaucoup d’autres métiers réputés ardus.
 
L’immigration est en réalité nécessaire, car elle pourvoit en main-d’oeuvre des secteurs d’emploi que les nationaux refusent à cause de la pénibilité du travail. Sans oublier que face à une population vieillissante, les descendants d’immigrés, avec le dynamisme de leur jeunesse et leur esprit entrepreneurial, apportent leur contribution à une France qui ne peut plus nier une partie d’elle-même : la richesse de sa diversité. Pour l’heure, il serait bien de se serrer les coudes.


Mohammed Colin le Lundi 10 Juin 2013


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.