Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Reem Kherici



De père tunisien et de mère italienne, Reem a tout du charme méditerranéen, entre spontanéité, grâce et charisme. Malgré un emploi du temps chargé d’actrice et de réalisatrice, elle prend le temps de toujours rester coquette… Voici ses quelques secrets.


Confidences de Reem Kherici

Dans votre film, vous jouez les fashionistas, êtes-vous aussi comme ça dans la vie ?

Pour moi, la mode est un art. Je sais exactement ce qui met en valeur et je privilégie une mode élégante et glamour avec un twist de rock chic pour ne pas me prendre trop au sérieux. Ma tenue de prédilection serait, par exemple, un beau polo Lacoste avec un pantalon, des bottes de motarde et de jolis bijoux, comme cette bague Cartier que j’assortis avec mes bracelets de breloques [1] de toutes les couleurs.

Menue comme vous êtes, ça ne doit pas être trop difficile de garder la ligne et la forme ?

Jusqu’à mes 30 ans, je n’avais pas de problème de ce côté. Mais depuis que j’ai passé des heures, enfermée en salle de montage, à grignoter des sucreries et des chocolats, je me suis rendu compte que j’avais pris quelques kilos. Alors, depuis, je fais attention, en évitant le pain, les féculents et le Nutella. J’ai même pris un abonnement à la salle de sport… mais je n’y vais franchement jamais !

Votre premier réflexe beauté du matin ?

Me rendormir ! À part ça, je me passe sur le visage la lotion H20 de Bioderma, avant d’appliquer le sérum Capital lumière jour et soir de Clarins [2]. Il peut m’arriver d’utiliser de l’eau de rose [3] aussi, selon les conseils de ma mère.

Quel est votre rituel sous la douche ?

Je prends des bains tous les jours et je rajoute toujours de l’huile de bain sans rinçage dedans pour avoir une peau toute douce au sortir. Mon gel douche, c’est plutôt Nuxe Rêve de Miel et, pour les cheveux, le basique Head&Shoulders, à usages fréquents. Quand je n’oublie pas, je m’applique la crème raffermissante de Clarins pour hydrater ma peau sèche ou bien l’huile tonifiante, que j’adore.

Et quelle est votre beauty fixette ?

Jamais de chaussures ouvertes si je ne mets pas de vernis sur mes ongles ! J’aime bien l’assortir à ma tenue ou bien tout simplement opter pour le chic classique d’un vernis noir cerise ou d’un vodka caviar.

Côté maquillage, quels sont vos incontournables ?

Je me fais un teint parfait avec la poudre Terracota de Guerlain [4] et j’utilise un enluminateur de teint de chez Nars pour faire ressortir le glowy des pommettes. Je me maquille pas ou peu les lèvres, pour éviter le côté « da-dame ». Une touche de crayon gras marron de Bourjois [5] et du mascara effet faux cils [6], et le tour est joué !

Aimez-vous les hammams ou les instituts de beauté ?

Après le sport, il m’arrive de faire une séance au hammam. J’aime aussi me faire masser en institut, mais plutôt de manière assez tonique, comme les massages chinois ou californiens qui dénouent toutes les tensions.

Qu’est-ce qui caractérise la beauté de la femme orientale, selon vous ?

Leur peau, leurs cheveux, leurs sourires… Et, pour certaines, il y a cette grâce hors du temps, qui les sublime.

Votre propre définition de la beauté ?

Savoir rester soi-même : heureuse, amoureuse et épanouie. Une femme belle est celle qui a du charisme et de l’allure, et ce peu importe son âge ou sa silhouette ! 


Le film Paris à tout prix, de Reem Kherici, sort en salles le 17 juillet.
 

Par Karima Peyronie le Lundi 15 Juillet 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.