Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nassima Chabane



Ambassadrice de la musique arabo-andalouse, la chanteuse Nassima Chabane prône l’authenticité et la générosité aussi bien dans son art que dans son quotidien. Plus que des secrets de beauté, une véritable leçon de vie…


Produits © D. R.
Produits © D. R.

Votre premier geste beauté de la journée ?
 
Une tartine d’huile et de miel en petit déjeuner. J’achète ces produits au gré de mes concerts, quelque part entre la Kabylie, Tlemcen ou le Maroc. Le miel pur est un excellent anti-inflammatoire naturel pour la gorge. J’aime manger à l’ancienne, en privilégiant le végétal à l’animal aussi bien pour garder ma ligne que pour suivre une certaine spiritualité en puisant dans les aliments prophétiques.

Dans votre salle de bains, retrouve-t-on aussi beaucoup d’ingrédients naturels ?
 
J’utilise l’huile d’argan ou d’olive [1] en masque pour le visage pour hydrater et assouplir ma peau. Je me rince le visage à l’eau de rose [2] pour ses vertus anticalcaire et apaisante. Le citron est parfait pour éclaircir et adoucir le visage, les coudes et les genoux. Si j’ai le temps, je me concocte une purée d’avocat [3] pour un masque facial et le cou et quelques tranches de concombre sur les yeux.

Et pour le corps, quels sont vos secrets d’antan ?

Avant de faire le gommage au gant de crin, je rajoute au savon noir [4] du henné naturel en poudre et du jus de citron pour apporter de la douceur et un hâle naturel. Ce savon débarrasse le corps de tous les corps gras pour préparer au gommage. Après le bain, je me parfume à l’huile de musc, qui satine divinement la peau. 

Vous octroyez-vous des pauses bien-être en dehors de votre salle de bains ?
 
Je ne peux pas me passer du hammam [5], même au fin fond du désert. Pour moi, c’est comme passer une après-midi au paradis, à la rencontre des femmes de la région. C’est tout un rituel, une spiritualité, j’entre dans le noyau, le nombril, l’intimité des femmes. Je parle et chante avec elles. Il y a une acoustique formidable, propices aux confidences. C’est mon bien-être de la peau et de l’esprit.

En quoi le chant participe-t-il à votre bien-être au quotidien ?

Chant et santé sont indissociables, puisqu’il s’agit avant tout de savoir bien respirer par l’abdomen comme les nourrissons. Le stress du quotidien nous fait oublier cette respiration primaire, essentielle à l’organisme. Et puis chanter, c’est aussi une thérapie pour moi, mes élèves et ceux qui viennent m’écouter. Un échange exceptionnel vers l’autre, vrai et authentique. 

Est-ce qu’il vous arrive de vous maquiller ?

Je ne me sépare jamais de mon khôl [6], qui est un excellent antiseptique pour les yeux. On l’utilisait avant sur les bébés à défaut de sérum physiologique. Sur scène, je me poudre pour ne pas « claquer », c’est-à-dire pour éviter de briller sous les lumières. Un peu de rouge à lèvres et voilà !

Qu’est-ce qu’une femme belle, selon vous ?
 
Bien sûr qu’on doit paraître ; mais ce qui prime vraiment, c’est la beauté intérieure. Je préfère dégager quelque chose plutôt qu’être belle et lisse. Pour moi, la chanteuse Warda Al Jazairia en est le parfait exemple.


Nassima Chabane prépare deux albums : Harmonies spirituelles et Chants des femmes d’Algérie. Voir les dates de ses prochains concerts sur : www.nassima-chabane.com
 

Karima Peyronie le Vendredi 1 Mars 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.