Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Hapsatou Sy



Hapsatou Sy, la très médiatique femme d’affaires du moment, a fait sa renommée dans le domaine de la beauté en créant les salons Ethnicia. C’est donc naturellement que nous lui avons demandé ses secrets pour paraître aussi rayonnante !


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Comment commence la journée d’une businesswoman ? 
 
Par une mégadouche tous les jours au gant de crin [1, Karawan] ! J’alterne savon noir [2, Naturado] et pain Petit Marseillais et je me passe de l’eau micellaire sur le visage. Ensuite, j’enduis mon corps du lait Taaj à la rose et la crème hydratante pour le visage [3]
 

Comment entretenez-vous votre si longue chevelure ?
 
J’utilise exclusivement des produits naturels de chez Phytospecific, en particulier le baume et la crème de coiffage. Je me fais un soin profond une fois par semaine et je les hydrate avec un spray de coiffage pour les démêler plus facilement.
 

Côté maquillage, vous êtes plutôt diva ou naturelle ?
 
Je mise sur le naturel. Je viens de lancer une gamme de maquillage Hapsatou Sy [4], sur laquelle j’ai travaillé pendant quatre ans, et qui comprend plus de 500 références. 
J’utilise mes propres produits, notamment : un voile de fond de teint pour matifier et un gloss à l’extrait de vanille naturelle pour le côté gourmand. Mais lorsque j’ai envie de me lâcher, je n’hésite pas dans les couleurs avec des fards soutenus comme le bleu ou le violet  électriques. Comme je suis une femme brune, je reste sur une gamme de couleurs froides, et j’aime, par exemple, les touches de lumière beige irisé.
 

Quelle est votre petite beauty fixette ? 
 
Le regard ! J’applique du khôl noir [5] que je rapporte du Maroc. Je suis complètement accro à ce pays, de Marrakech à Essaouira, en passant par Casablanca ou Fès, je peux passer ma vie dans les herboristeries !
 

Vous êtes originaire du Sénégal et de Mauritanie, vos autres sources d’inspiration ?
 
J’y vais souvent, c’est ma façon de rester terre à terre, auprès de gens qui n’ont rien mais qui ont tout ! Je vais aussi bien dans les villages reculés qu’à Dakar pour le côté moderne et festif. Là-bas, je me fais des gommages  au sable [6, Clairjoie] et à la poudre de riz. Mon secret de détente se trouve en haut d’un rocher, face à la mer, je me vide la tête et en même temps je suis en pleine ébullition d’idées !
 

Et à Paris, qu’est-ce qui vous rend zen ? 

Des instants de musique, au piano, je suis auteure de chansons. Je vais me remettre à la danse afrojazz, new style ou salsa. Des danses pour me défouler, m’assouplir et aussi exulter la féminité ! Je tape quelques balles de golf à l’occasion. Et pour l’instant beauté, j’ai découvert le hammam O’Kari, un petit coin de paradis, où j’ai l’impression de me retrouver dans ce Maroc que j’aime tant.
 

Quelle est la parfaite définition d’une femme belle ? 
 
C’est une femme de charisme, avec des valeurs. C’est tout le contraire d’une carapace vide, elle n’est pas égocentrique et sait tenir une conversation. Elle est belle par ce qu’elle dégage.
 


Retrouvez Hapsatou Sy en jury de l’émission « L’inventeur 2012 », sur M6, tous les lundis, à 20 h 50. www.hapsatousy.com et www.ethnicia.com



Par Karima Peyronie le Vendredi 1 Juin 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces disfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.