Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Hafsia Herzi



Talentueuse, sensuelle et généreuse, Hafsia Herzi, la belle et douce rebelle, nous révèle les secrets de sa chevelure de naïade.


© Niviere/Lydie/SIPA
© Niviere/Lydie/SIPA

De qui tenez-vous vos cheveux sublimes ?

Ma mère a eu les cheveux très longs dans sa jeunesse mais plutôt bouclés tandis que les miens sont naturellement ondulés, donc je dirais que leur « texture» vient plus du côté de mon père !

Quel rapport entretenez-vous avec vos cheveux ?

Depuis toute petite, les cheveux ont toujours été très importants. J’y fais très attention : j’évite de faire des couleurs, même si j’en ai fait plus jeune, j’évite de faire trop de brushings parce que ça abîme les cheveux, je réserve cela aux grandes occasions… 

Avez-vous une recette particulière pour entretenir votre chevelure ?

Quand je ne travaille pas, j’aime bien laisser poser de l’huile d’olive dessus toute la matinée ou tout l’après-midi avant de les laver. J’essaie aussi de changer de shampooing tous les trois mois. En ce moment, j’utilise un shampooing, un masque et des ampoules [1, Phyto] de la marque Cynos que ma soeur m’a commandés et qui viennent des États-Unis. Je fais ce soin complet une fois par semaine et comme j’ai les cheveux longs ça me prend trois quarts d’heure ! 

Quels sont vos produits capillaires fétiches ?

À part Cynos, que je viens de découvrir et que j’aime beaucoup, il y a Pantene [2], Elsève [3] et Le Petit Marseillais [4]. Je choisis généralement des soins destinés aux cheveux secs.

Quels accessoires utilisez-vous ?

Tous les soirs, avant de me coucher, je me brosse les cheveux avec la brosse démêlante à poils de sanglier de chez Sephora [5] et je fais parfois une tresse. Le jour, comme je n’arrive pas à coiffer mes cheveux, je les attache simplement avec une grosse pince [6, Biguine].

La dernière fois que vous êtes allée chez le coiffeur ?

Cela devait être pour l’avant-première de Ma compagne de nuit. Mais juste pour un brushing ! J’ai un peu peur des coiffeurs que je ne connais pas ! 

Avez-vous une adresse préférée à Paris ou à Marseille ?

Pas spécialement. J’aime bien les coiffeurs de quartier. Mais pour des brushings, pas pour couper ! 

Quel est votre pire souvenir capillaire ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai fait des mèches blondes... c’était affreux ! Le coiffeur m’avait bien dit de ne pas les faire sur mes cheveux noirs, mais j’ai insisté parce que je voulais faire comme tout le monde !


Hafsia Herzi est à l’affiche de Ma compagne de nuit, d’Isabelle Brocard, sorti en salles le 23 mars. Elle tourne actuellement pour le téléfilm de Caroline Huppert, Pour Djamila (France 3/Arte), où elle joue la militante du FLN. Elle sera à l’affiche de La Source des femmes, de Radu Mihaileanu (novembre 2011).
 

Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Vendredi 1 Avril 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Une drôle de campagne

Mohammed Colin - 24/03/2022
On se souvient de la mise en garde d’Emmanuel Macron adressée en 2017 à Vladimir Poutine contre les actions russes de déstabilisation des élections françaises. Seulement 15 jours après son entrée en fonction à l’Élysée, Macron avait invité le président russe au château de Versailles sous le prétexte d’une exposition consacrée à Pierre le Grand afin d’amorcer une forme de détente tout en y abordant les sujets qui fâchent dont l’ingérence russe, la Syrie et l’Ukraine. Cinq ans plus tard, c’est encore la Russie qui vient semer la zizanie dans la campagne présidentielle, non pas cette fois-ci, sauf révélation ultérieure, par des « organes d’influence » et des cyberattaques mais par la guerre sur un Vieux continent marqué par les affres de deux guerres mondiales. Mais avant que la guerre en Ukraine ne vienne « percuter notre vie démocratique et la campagne électorale » selon les mots du chef de l’État, on voyait bien que depuis des mois, dans le contexte de crise sanitaire, la campagne était embourbée. De nombreux sondages montrent le désintérêt des Français. La présidentielle arrive seulement en 5e position des sujets abordés par les Français avec leurs proches, à domicile ou au travail ; une chute de 26 points par rapport à 2017 où l’on se remémore très bien les grands thèmes débattus comme la moralisation de la vie politique, le pouvoir d’achat, le Frexit. Là, rien ne semble imprimer dans l’opinion publique, pas même les propositions d’Eric Zemmour. Il aura peut-être fallu la guerre et son cortège de folies pour réveiller les Français et la vieille Europe. Ce qui est sûr, c’est que le prochain président français devra avoir le cuir suffisamment épais pour faire face aux brutalités croissantes de cette nouvelle époque.