Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Avec le sou




Avec le sou
L’été 2016 fut terrible. Le sang de nos concitoyens a coulé sur l’autel du fanatisme religieux. Personne ne fut épargné à Nice, femmes, enfants, hommes de tous horizons, jusqu’au prêtre lâchement exécuté à Saint-Étienne-du-Rouvray. Notre fête nationale fut endeuillée. Outre les vies volées, les corps meurtris, l’ennemi a souhaité atteindre les symboles de notre vivre-ensemble. Et par-dessus tout à nous diviser.

La polémique du burkini qui a mis mal à l’aise les Français de culture musulmane, y compris ceux qui l’abhorrent, a dû réjouir au plus haut point les stratèges de Daesh. Rien de mieux que de scinder la société française et de générer de la frustration et de la colère pour enrôler des esprits faibles. Nous devons faire preuve d’intelligence et de discernement pour lutter contre le terrorisme d’un genre nouveau et ne pas, au contraire, l’alimenter indirectement.

La réactivation de la Fondation des œuvres de l’islam de France est en ce sens une bonne nouvelle. Annoncée en grande pompe en 2005 par Dominique de Villepin alors Premier ministre, elle n’a jamais pu fonctionner pour finir par tomber aux oubliettes. Il aura fallu ce contexte d’urgence pour prendre conscience du danger que représente un islam uniquement dépendant du financement étranger. Et encore pire : un islam de France sans le sou.

Alors faisons fi de la polémique à propos de la nomination de Jean-Pierre Chevènement à la présidence de cette fondation. Il n’est pas illégitime, à moins de vouloir à tout prix un musulman. Tirons-en une opportunité ! Cette personnalité apparait, en réalité, comme étant un véritable atout de confiance auprès des bailleurs de fond face à une opinion publique toujours plus suspicieuse à l’égard du fait musulman.

Mohammed Colin le Mardi 13 Septembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.