Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Au sud, il fait chaud…




Au sud, il fait chaud…
Commençons par l’affaire DSK, dont la seule certitude que nous avons à l’instant où sont écrites ces lignes est que deux vies humaines sont brisées. Le propos ici n’est pas de deviser sur les culpabilités. Laissons faire la justice américaine. Le seul fait intéressant, c’est la levée d’un coin du voile sur l’existence de relations machistes d’une violence insoupçonnée au sein de nos classes dirigeantes. Des années durant, des associations dites féministes nous expliquaient que le machisme vaincu partout ailleurs (sic) trouvait refuge dans les quartiers populaires (c’est un peu le sud des pays développés) sous les auspices de petits mecs devenus ayatollah. C’est donc un cinglant démenti à tous ceux et celles qui ont voulu culturaliser la question du genre. Le machisme gangrène tous les milieux sociaux.

Un peu plus au sud s’est levé depuis le 15 mai, à la Puerta del Sol, un mouvement de protestation porté par les jeunes Espagnols victimes principalement du mal-logement et du chômage de masse qui n’épargnent personne, y compris les plus diplômés. Ils ont vite été rejoints par la jeunesse grecque et portugaise en proie aux mêmes maux. Ce mouvement nommé « Démocratie réelle maintenant » dit s’être inspiré du Printemps arabe qui a libéré les peuples – situés encore plus au Sud – de leurs autocrates, soutenus hier par les pays du Nord. Ils ont en commun une exigence morale d’enrayer la corruption des gouvernants ; vient ensuite l’exigence sociale d’une répartition plus égalitaire des richesses nationales.

Vous aurez remarqué qu’il fait très chaud au Sud, mais qu’on respire un air tout aussi caniculaire au Nord.

Mohammed Colin le Lundi 13 Juin 2011


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.