Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Anthar Yahia : « Seule la maturité nous aide »



FOOTBALL. Capitaine de l’Algérie au Mondial 2010, et actuel joueur de l’Espérance Tunis, Anthar Yahia a successivement évolué en France, en Allemagne, en Arabie Saoudite et en Tunisie. À 33 ans, le défenseur central a accepté de se livrer sur son riche parcours. Confidences.


Anthar Yahia : « Seule la maturité nous aide »

Vous êtes le premier joueur de l’Histoire à avoir changé de maillot national. Passé de la France à l’Algérie, comment avez-vous vécu cela ?

Anthar Yahia : Pour moi, les choses ont toujours été très claires. Quand j’étais plus jeune, je n’avais pas pu rejoindre l’équipe nationale d’Algérie, tout simplement parce que, à cette époque, mon pays ne prospectait pas dans les centres de formation en France. Mais si, à 15 ou à 16 ans, j’avais pu jouer pour les Verts, je l’aurais fait sans hésitation.

Aujourd’hui, beaucoup de joueurs binationaux sont amenés à choisir entre la France et le pays de leurs parents, est-il difficile de se déterminer aussi jeune ?

A. Y. : C’est très compliqué pour un jeune, car beaucoup de paramètres doivent être pris en compte. On ne peut pas deviner son avenir et celui de sa famille. On fait parfois un choix, et on se rend compte un peu plus tard que ce n’était pas le bon. Seule la maturité nous aide à nous déterminer. 

Vous avez signé à l’Inter Milan à 18 ans, où vous avez joué avec des grands joueurs comme le Brésilien Ronaldo. Êtes-vous parti trop jeune dans ce grand club ?

A. Y. : Quand une telle opportunité s’est présentée, j’ai sauté dessus. Quand on les voit à la télé et que l’on se retrouve à s’entraîner avec eux, c’est une chance. J’étais convaincu de mon choix, je ne le regrette pas. Quand on s’entraîne avec eux, on touche l’irréel du doigt, et on a envie de rester.

Le Qatar organise le Mondial 2022, beaucoup de dirigeants souhaitent que la compétition se dispute en hiver plutôt qu’en été. Vous avez joué en Arabie Saoudite. Est-il possible de jouer dans de telles conditions climatiques ?

A. Y. : Le débat est légitime. Le jour où j’ai signé, il faisait 50 °C. En soirée, je m’entraînais sous 38 °C. C’est une autre manière de jouer ! On ne peut pas attendre les mêmes choses de son corps. Cela dit, je pense que le but des Qataris n’est pas de faire jouer des footballeurs sous 50 °C ! Il y a notamment cette idée de stade climatisé…

Vous avez évolué cinq ans et demi en Allemagne. Moins médiatisée que l’Angleterre ou que l’Espagne, la Bundesliga donne l’impression d’être le championnat de demain avec des équipes comme le Bayern ou Dortmund. Qu’en pensez-vous ?

A. Y. : C’est l’idée qu’on se fait en France, mais, pour moi, c’est déjà le football de l’avenir depuis longtemps. J’y évoluais. Si j’ai un championnat à conseiller, c’est bien la Bundesliga. Si vous demandez à Franck Ribéry, il vous dira la même chose que moi. 

Pourquoi ?

A. Y. :  Les stades sont toujours pleins. L’organisation est exceptionnelle. C’est une fête pour les familles. Il y a beaucoup plus d’engouement qu’en France, et c’est un football où on ne ferme pas le jeu.

Vous évoluez désormais à l’Espérance Tunis, dans l’un des plus grands clubs d’Afrique. Comment vivez-vous cette nouvelle expérience ?

A. Y. :  J’ai choisi un projet sportif. L’Espérance est une place forte du football africain. Quant à la situation en Tunisie, je tiens à dire que je me sens très bien, et je ne ressens aucune insécurité particulière. Pour le reste, et au-delà du football, j’espère que la situation du pays ira en s’améliorant.

© D. R.
© D. R.

L’homme de Khartoum

Le 18 novembre 2009, à Khartoum, Anthar Yahia a qualifié l’Algérie lors d’un match épique face à l’Égypte au Mondial 2010.

Après 24 ans d’abstinence, le but de Yahia a rendu ivre de joie tout un  peuple, sevré d’émotions fortes. À la suite de cette qualification acquise dans la douleur, le défenseur central lâchera ces quelques mots qui resteront à jamais gravés dans l’esprit de millions de supporters :

« Nous avons tiré à terre, le gardien l’a attrapé. Nous avons tiré dans les airs, il l’a aussi attrapé. Alors nous avons tiré là où même le diable ne peut pas l’arrêter. »

Nabil Djellit le Mercredi 1 Mai 2013


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Une drôle de campagne

Mohammed Colin - 24/03/2022
On se souvient de la mise en garde d’Emmanuel Macron adressée en 2017 à Vladimir Poutine contre les actions russes de déstabilisation des élections françaises. Seulement 15 jours après son entrée en fonction à l’Élysée, Macron avait invité le président russe au château de Versailles sous le prétexte d’une exposition consacrée à Pierre le Grand afin d’amorcer une forme de détente tout en y abordant les sujets qui fâchent dont l’ingérence russe, la Syrie et l’Ukraine. Cinq ans plus tard, c’est encore la Russie qui vient semer la zizanie dans la campagne présidentielle, non pas cette fois-ci, sauf révélation ultérieure, par des « organes d’influence » et des cyberattaques mais par la guerre sur un Vieux continent marqué par les affres de deux guerres mondiales. Mais avant que la guerre en Ukraine ne vienne « percuter notre vie démocratique et la campagne électorale » selon les mots du chef de l’État, on voyait bien que depuis des mois, dans le contexte de crise sanitaire, la campagne était embourbée. De nombreux sondages montrent le désintérêt des Français. La présidentielle arrive seulement en 5e position des sujets abordés par les Français avec leurs proches, à domicile ou au travail ; une chute de 26 points par rapport à 2017 où l’on se remémore très bien les grands thèmes débattus comme la moralisation de la vie politique, le pouvoir d’achat, le Frexit. Là, rien ne semble imprimer dans l’opinion publique, pas même les propositions d’Eric Zemmour. Il aura peut-être fallu la guerre et son cortège de folies pour réveiller les Français et la vieille Europe. Ce qui est sûr, c’est que le prochain président français devra avoir le cuir suffisamment épais pour faire face aux brutalités croissantes de cette nouvelle époque.