Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

To BeIN or not to BeIN Sport



Le Qatar aime le sport. Après avoir investi des millions d’euros dans le Paris-Saint-Germain (PSG), le puissant émirat, à travers son bras « armé » Al-Jazeera, vient de créer une chaîne sportive en France : BeIN Sport. Explications.


© D. R.
© D. R.
Télévision « La Ligue des champions, c’est en direct sur BeIN Sport ». Par la magie de la télé et… de l’argent, ces mots sont prononcés en boucle sur les écrans de BeIN Sport 1 et 2 par la superstar du PSG, le Suédois Zlatan Ibrahimovic. Arrivé au PSG avec un salaire record (15 millions d’euros annuels), l’attaquant est une petite partie de l’investissement réalisé par le Qatar en France. 

Avec plus de 200 millions d’euros dépensés pour renforcer le PSG en deux ans sur le marché des transferts, les Qataris ont transformé le football français. Et pour le valoriser, ils ont même décidé de le diffuser. Avec la création de BeIN Sport 1 et 2, ils ont radicalement bousculé le paysage audiovisuel national. Avec une puissance de feu incomparable, les dirigeants d’Al-Jazeera Sport ont, en quelques mois, réussi à avoir une grille des programmes très attractive. Profitant du savoir-faire de Nasser al-Khelaïfi qui porte la double casquette deprésident du PSG et de BeIN Sport, les Qataris ont dépensé plus de 330 millions d’euros en droits TV.
 
Cette année, le fameux « Barça-Real », c’est sur… BeIN Sport. Une révolution et même un séisme pour Canal+, qui était jusque-là en position quasi monopolistique sur les images de football en France. La chaîne cryptée a même vu son avantage fondre comme neige au soleil. Si le média conserve encore une offre attractive, il a perdu une partie de la Ligue 1, ne reçoit plus aucune image d’Espagne. Dépouillé d’une partie de ses consultants, dont le très British Darren Tulett, parti chez BeIN Sport, Canal+ conserve toutefois encore le Championnat d’Angleterre pour une année… 

Le sport, une arme diplomatique

Après avoir décroché l’organisation du Mondial 2022, le Qatar continue ses offensives tous azimuts dans le domaine de la diplomatie sportive. Mais attention à ceux qui croient que les Qataris dépensent sans compter et sans réfléchir. « Pour eux, l’important ce n’est pas le montant de l’opération, c’est la valeur de ce que l’on paye », explique Philippe Troussier, ancien sélectionneur du Qatar, avant d’ajouter : « Les princes ont été élevés dans cet état d’esprit : ce n’est pas parce qu’on a de l’argent qu’on peut faire n’importe quoi. » 

ET LES AUTRES …

Concurrence. Alors que beIN Sport et Canal+ se sont livré une course effrénée aux acquisitions des droits de diffusion des programmes sportifs, Ma Chaîne Sport (MCS), en plein développement, préfère cultiver sa différence. La chaîne a mis la main sur les Championnats… russes et ukrainiens. Des produits de diversification qui viennent s’ajouter au produit phare de la chaîne : le Championnat portugais. Avec Raymond Domenech comme consultant dans « Tribune foot », talk-show animé par Nicolas Vilas, MCS a réussi un bon coup en profitant des analyses et du verbe de l’ancien sélectionneur des Bleus.
 
« Tous les sports, toutes les émotions », c’est le leitmotiv d’Eurosport. Lancée en 1989, la chaîne continue à faire fructifier une recette qui marche. En retrait sur le football, elle mise sur les autres sports : vélo, tennis ou sports automobiles. Consultant pour Eurosport, Dave Appadoo s’en explique : « Historiquement, la chaîne est présente sur plusieurs fronts. Le football reste important. Nous avons réussi à créer des rendez-vous pour les passionnés. À chaque rendez-vous important pour les Bleus, on anime des émissions sur l’actualité de l’équipe de France. Plus régulièrement, le lundi soir, c’est l’un des rendez-vous phares pour  nos téléspectateurs avec le grand match de la journée en Ligue 2 ainsi que tous les tours de Coupe de France. » 

 

Nabil Djellit le Lundi 1 Octobre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.