Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Sauvegarder le patrimoine




Sauvegarder le patrimoine
On se souvient de la destruction des Bouddhas de Bâmiyân, à coup de roquettes et d’explosifs, par les talibans d’Afghanistan, en 2001. Ont suivi les destructions de mausolées à Tombouctou, foyer civilisationnel durant l’heure de gloire de l’empire du Mali. Ensuite l’organisation État Islamique a pris le relais en pillant et en détruisant systématiquement le patrimoine culturel des territoires occupés.

Bien au-delà de la fallacieuse justification théologique, la destruction du patrimoine culturel opéré par Daesh s’inscrit dans une stratégie de guerre où il faut avant tout choquer, créer l’effroi, la consternation auprès de l’opinion publique. Et encore plus pernicieux, juxtaposer les réactions d’indignation des peuples occidentaux aux réactions d’indifférence de ceux qui vivent dans les pays du Sud avec le ventre vide.

Les grilles de lectures et d’interprétations ne sont donc pas les mêmes, selon que l’on se situe sur le globe et surtout selon le niveau culturel. Pourtant, comme le souligne la directrice générale de l’Unesco, il s’agit bien d’un génocide culturel qui affecte toute l’humanité. Outre la valeur sociale, culturelle et économique pour les pays où sont localisés ces patrimoines, ceux-ci sont le seul moyen de pouvoir traverser les âges et de dialoguer avec les hommes qui nous ont précédés.

Au moment où nous mettons sous presse, c’est avec une pensée émue que nous apprenons la disparition de l’anthropologue Malek Chebel. Ce fervent défenseur de la beauté en islam n’a eu de cesse de rappeler comment ce saccage des patrimoines est un dévoiement profond du Coran, alors même que la diversité et la pluralité sont constitutives de l’humanité.

Mohammed Colin le Lundi 21 Novembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 16:06 L’arroseur arrosé !

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces disfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.