Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Sauvegarder le patrimoine




Sauvegarder le patrimoine
On se souvient de la destruction des Bouddhas de Bâmiyân, à coup de roquettes et d’explosifs, par les talibans d’Afghanistan, en 2001. Ont suivi les destructions de mausolées à Tombouctou, foyer civilisationnel durant l’heure de gloire de l’empire du Mali. Ensuite l’organisation État Islamique a pris le relais en pillant et en détruisant systématiquement le patrimoine culturel des territoires occupés.

Bien au-delà de la fallacieuse justification théologique, la destruction du patrimoine culturel opéré par Daesh s’inscrit dans une stratégie de guerre où il faut avant tout choquer, créer l’effroi, la consternation auprès de l’opinion publique. Et encore plus pernicieux, juxtaposer les réactions d’indignation des peuples occidentaux aux réactions d’indifférence de ceux qui vivent dans les pays du Sud avec le ventre vide.

Les grilles de lectures et d’interprétations ne sont donc pas les mêmes, selon que l’on se situe sur le globe et surtout selon le niveau culturel. Pourtant, comme le souligne la directrice générale de l’Unesco, il s’agit bien d’un génocide culturel qui affecte toute l’humanité. Outre la valeur sociale, culturelle et économique pour les pays où sont localisés ces patrimoines, ceux-ci sont le seul moyen de pouvoir traverser les âges et de dialoguer avec les hommes qui nous ont précédés.

Au moment où nous mettons sous presse, c’est avec une pensée émue que nous apprenons la disparition de l’anthropologue Malek Chebel. Ce fervent défenseur de la beauté en islam n’a eu de cesse de rappeler comment ce saccage des patrimoines est un dévoiement profond du Coran, alors même que la diversité et la pluralité sont constitutives de l’humanité.

Mohammed Colin le Lundi 21 Novembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 19:50 Pédagogie

Lundi 29 Avril 2019 - 12:40 « The Great Replacement »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Pédagogie

Mohammed Colin - 16/09/2019
SMS, notifications diverses et variées de Snapchat, Instagram, WhatsApp, capsules vidéo sur Facebook... Plus que jamais, nous sommes quotidiennement submergés de vérités toutes faites. Des messages souvent courts mais chargés en émotion, qui ont pour but de capter notre attention. Ces sollicitations, qui se renouvellent à une vitesse affolante, peuvent avoir des conséquences redoutables sur la consommation de l’information. Les esprits les moins structurés sont davantage perméables aux infox et aux manipulations en tous genres. Dans ce contexte, se méfier des fausses évidences en matière religieuse est une attitude indispensable pour se prémunir contre l’embrigadement de la pensée. C’est l’objectif assigné au nouveau programme « La Casa del Hikma », produit par et diffusé sur Saphirnews.com. Il faut restituer la complexité aux discours afférents au religieux. Mais surtout, il faut accompagner l’effort théologique par une pédagogie qui puisse toucher les masses, créer l’interface entre les intellectuels de l’islam et les jeunes musulmans en quête de sens. Car il est nécessaire que ces deux mondes aujourd’hui totalement parallèles puissent se rencontrer et se nourrir l’un de l’autre. Ainsi, nous pourrons battre en brèche les préjugés qui obscurcissent la compréhension des textes. L’islamologue Michaël Privot souligne, à juste titre, les sacrifices réalisés par de nombreux musulmans au nom d’une certaine compréhension de l’islam aux coûts humains, psychologiques et sociales faramineux. Quel gâchis !