Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Sauvegarder le patrimoine




Sauvegarder le patrimoine
On se souvient de la destruction des Bouddhas de Bâmiyân, à coup de roquettes et d’explosifs, par les talibans d’Afghanistan, en 2001. Ont suivi les destructions de mausolées à Tombouctou, foyer civilisationnel durant l’heure de gloire de l’empire du Mali. Ensuite l’organisation État Islamique a pris le relais en pillant et en détruisant systématiquement le patrimoine culturel des territoires occupés.

Bien au-delà de la fallacieuse justification théologique, la destruction du patrimoine culturel opéré par Daesh s’inscrit dans une stratégie de guerre où il faut avant tout choquer, créer l’effroi, la consternation auprès de l’opinion publique. Et encore plus pernicieux, juxtaposer les réactions d’indignation des peuples occidentaux aux réactions d’indifférence de ceux qui vivent dans les pays du Sud avec le ventre vide.

Les grilles de lectures et d’interprétations ne sont donc pas les mêmes, selon que l’on se situe sur le globe et surtout selon le niveau culturel. Pourtant, comme le souligne la directrice générale de l’Unesco, il s’agit bien d’un génocide culturel qui affecte toute l’humanité. Outre la valeur sociale, culturelle et économique pour les pays où sont localisés ces patrimoines, ceux-ci sont le seul moyen de pouvoir traverser les âges et de dialoguer avec les hommes qui nous ont précédés.

Au moment où nous mettons sous presse, c’est avec une pensée émue que nous apprenons la disparition de l’anthropologue Malek Chebel. Ce fervent défenseur de la beauté en islam n’a eu de cesse de rappeler comment ce saccage des patrimoines est un dévoiement profond du Coran, alors même que la diversité et la pluralité sont constitutives de l’humanité.

Mohammed Colin le Lundi 21 Novembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Juillet 2021 - 17:02 Interdépendance

Mercredi 21 Avril 2021 - 13:15 Libération

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.