Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »



FOOTBALL. Quel joueur le Paris-Saint-Germain va-t-il recruter ? Ou alors Cristiano Ronaldo va-t-il quitter le Real Madrid ?... Le marché des transferts, ou plus communément le mercato, embrase le football. S’agissant des transactions entre les clubs, les agents des joueurs sont au coeur du système. Reconnu dans la profession, Samir Khiat, agent agréé par la FIFA, nous éclaire sur les coulisses d’un univers très particulier. Entretien.


© D. R.
© D. R.


Samir, en quoi consiste le métier d’agent de joueur professionnel ?

Samir Khiat : Notre mission est de mettre en relation deux parties qui sont les joueurs et les clubs afin que la transaction soit possible pendant la période du mercato. Mais, au-delà de cet aspect opérationnel, notre job débute bien avant. Dans un premier temps, je repère les talents sur les terrains d’Île-de-France et à l’étranger.

Et comment nouez-vous une relation de travail avec un joueur ?

S. M. : Je suis exigeant, je supervise les joueurs à plusieurs reprises. Puis j’entre en relation avec eux ou les parents lorsque le joueur est mineur. Nous essayons ensemble de définir le meilleur projet sportif. Ils sont jeunes, Il faut les aider au mieux à appréhender un milieu difficile, où il y a beaucoup d’intérêts financiers en jeu. Je leur donne des conseils ; je joue parfois le rôle de papa ou de grand frère. Avec les plus mûrs, je suis plutôt présent quand ils ont besoin de moi, et aussi pour les aider à progresser dans leur performance. 

Comment définiriez-vous cette période du mercato (du 11 juin au 4 septembre) ?

S. M. : C’est la période où les joueurs peuvent changer de clubs. Pour certains qui font des belles saisons, ils peuvent viser des clubs plus huppés moyennant une indemnité de transfert versée au club vendeur.

La saison dernière, l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic au Paris-Saint-Germain a ressemblé à un feuilleton. Que se passe-t-il en coulisses ?

S. M. : Il y a des négociations parfois serrées. Le mercato est un jeu. Ce n’est pas anodin, car cela permet aussi aux médias de pouvoir vendre. Il y a tellement de paramètres qui entrent en ligne de compte, avec des clauses sur l’image comme pour Ibrahimovic. C’est pour cela que ce genre de transfert ne se fait pas en une semaine.

Comment êtes-vous devenu agent ?

S. M. : Avant toute chose, c’est une passion pour le football. Auparavant, j’étais joueur professionnel. Ce qui m’a permis d’avoir des contacts et de constituer un réseau. Dans ce milieu j’ai eu des mésaventures avec certains agents, cela m’a fait prendre conscience de leur incompétence. Ils ne pensaient qu’à l’argent. Pour le coup, quand j’ai arrêté le football, j’ai voulu accompagner les joueurs. Car je sais ce que sont réellement les besoins et ce qu’il faut faire pour parvenir au plus haut niveau. 

Comment êtes-vous payé ?

S. M. : C’est sur la base du contrat du joueur. Il y a un pourcentage entre 3 et 10 % sur le salaire annuel brut du joueur. Ce pourcentage est négocié avec le club. 

Beaucoup d’argent… Cela peut-il faire perdre la raison ?

S. M. : Il y a des sommes astronomiques qui peuvent faire perdre la tête à tout le monde ; et notre rôle, c’est aussi d’être le plus rationnel possible. Nous sommes là également pour remonter les bretelles à nos joueurs car, dans le football, tout va très vite dans les deux sens. Vous pouvez être au top, comme très rapidement retomber dans l’anonymat. 

Des agents très spéciaux

PUISSANCE. Mino Raiola, d’un côté, Jorge Mendes, de l’autre : le choc annoncé entre le Paris-Saint-Germain et Monaco, les deux nouvelles superpuissances de la Ligue 1, est aussi celui de deux des hommes les plus influents du football mondial. L’agent le plus influent du monde est en train de devenir l’homme le plus puissant de Monaco et donc un peu du football français. Jorge Mendes, conseiller des stars (José Mourinho, Cristiano Ronaldo…), a placé notamment quatre joueurs sur le Rocher pour 130 M€ : Radamel Falcao, João Moutinho, James Rodriguez et Ricardo Carvalho. Mino Raiola, son alter ego, s’est implanté, lui, sur le marché français depuis plus d’un an, dans le sillage de Maxwell, puis de Zlatan Ibrahimovic au PSG.
 

Par Nabil Djellit le Lundi 15 Juillet 2013


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Juin 2013 - 16:00 Les vies de Noah

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.