Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Salamnews dans l'édition spéciale sur canal +




Salamnews dans l'édition spéciale sur canal +
Bruce Toussaint : « On découvre en France l’existence d’une presse qui travaille depuis des mois à changer l’image des Français d’origine maghrébine. »
 
Anne-Élisabeth Lemoin : « Et à se débarrasser notamment des clichés qu’on peut avoir sur cette communauté en France. Et l’exemple le plus frappant, c’est Salamnews. On ne le connaît peut-être pas, mais c’est le premier mensuel gratuit sur les cultures musulmanes. Salam comme “Bonjour”. Il est quand même tiré à 150 000 exemplaires. C’est pas rien. 
 
Bruce Toussaint : C’est énoorme ! 
 
Anne-Élisabeth Lemoin : C’est énoorme ! Il est distribué, on peut le trouver un peu partout en France.
Ils sont galvanisés par l’actualité du monde arabe. Ils tentent des unes choc ; la dernière, notamment, avec, en couverture, le comédien Ramzy, qui déclare : “ J’en ai marre qu’on salisse mon islam !” C’est un appel à la condamnation des attentats commis au nom de l’islam, un appel qui est signé par 17 personnalités françaises d’origine arabe, un peu comme si l’actualité décomplexait ces journalistes, qui disent : “Nous, on veut faire entendre notre voix, faire entendre la voix de la communauté arabe en France.” On écoute son directeur de la rédaction.
Mohammed Colin : « On est une nouvelle génération qui s’assume, on est fier d’être Français et de culture musulmane. Nous, on essaie d’accompagner ces révolutions, de les faire connaître auprès de notre public, un public qui n’est pas arabophone mais qui a une proximité de par ses origines et ses origines familiales. On essaie donc de rendre visibles ces révolutions, de faire connaître les acteurs. Ce qui nous questionne aujourd’hui, par exemple : c’est quoi avoir 20 ans en Égypte et en Tunisie. »
Journaliste : « Salamnews existe depuis deux ans. »


La Rédaction le Dimanche 15 Mai 2011


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 28 Juin 2015 - 18:20 Religions du Monde sur RFI

Jeudi 12 Février 2015 - 09:29 Qui pour représenter les musulmans en France ?

Une | Press book | Archives | A propos | Les rubriques





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.