Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Perturbations




« JE SUIS MAMAN DE DEUX ADOLESCENTS, UN GARÇON DE 13 ANS ET UNE FILLE DE 15. Je vous avoue que je craque.Ils sont très agressifs avec mon mari et moi, ils s’enferment chacun dans un silence plein de sous-entendus dès que je leur adresse la parole ou pose une question. Ils exigent, font du chantage, n’hésitent pas à menacer d’une fugue ou pire si je leur refuse quelque chose, bref, ils me font tourner en bourrique. Je me demande si c’est normal, je suis inquiète pour eux et leur avenir. »
 
Fatima Zohra, 36 ans

 

Chams en Nour. Je vous comprends, c’est une période difficile mais, rassurez-vous, elle n’est pas faite pour durer. L’adolescence d’un être humain marque  son incarnation, une étape essentielle de son évolution. Quelque chose s’achève du long processus de constitution du « moi », la fameuse nafs et cela ne se passe pas sans casse.
Pour s’individualiser, trouver ses propres repères, s’inventer soi-même en quelque sorte, l’adolescent a besoin de s’affronter à ses parents, jusque-là ses principaux points de repère dans la vie. Je trouve au contraire très rassurant que vos enfants se sentent suffisamment aimés pour pouvoir vous défier sans craindre la rupture. Tenez ferme, car ils vont finir par se trouver, s’apaiser et vous dire gentiment qu’ils vous aiment. Juste une question de patience…

 

Chams en Nour, psychanalyste le Lundi 3 Décembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 1 Octobre 2013 - 09:52 Doutes et certitudes

Lundi 3 Décembre 2012 - 12:36 Détresses et questionnements 2

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.