Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Ouf!




Ouf!
C’est un « Ouf » de soulagement que nous avons été nombreux à émettre au soir du second tour de l’élection présidentielle. Le scénario du pire a donc été évité. Contrairement à nos voisins britanniques et américains, notre pays aura su résister aux sirènes du populisme et de l’isolationnisme. Mieux encore, nos voix auront poussé à la magistrature suprême un candidat qui n’aura jamais autant mouillé sa chemise pour défendre le projet européen.
Car même si la dynamique européenne semble éprouver de nombreuses difficultés, nous ne pouvons jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est vite oublier que l’Europe a ouvert une période de paix et de prospérité sans précédent, succédant à plusieurs dizaines de siècles de violence et de conflits interminables jusqu’aux deux guerres les plus meurtrières qu’ait connues l’humanité.
Les musulmans de France sont pour la plupart d’entre eux attachés au projet européen. Les raisons sont multiples. Nous n’en citerons que deux. L’attachement à l’humanisme européen qui, outre l’héritage gréco-latin et judéo-chrétien, puise également dans l’apport arabo-andalou. Ce sont là les racines profondément ancrées dans le sol européen. L’horizon ensuite. Cette formidable aventure humaine, institutionnelle et politique, à laquelle les citoyens européens de cultures musulmanes sont parties prenantes. L’Europe offre ce sentiment puissant et exaltant de pouvoir contribuer à l’Histoire commune. Tout reste à écrire. Et tout semble possible avec l’europhile Emmanuel Macron.

Mohammed Colin le Jeudi 1 Juin 2017


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 16:06 L’arroseur arrosé !

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.