Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Nabil Ben Yadir et Tewfik Jallab« La Marche est le vrai héros »




Jeunes enfants en 1983, ils n’ont pas connu la Marche. Et pourtant, 30 ans plus tard, le réalisateur Nabil Ben Yadir et le comédien Tewfik Jallab ont à cœur de dire combien défendre les droits à l’égalité et combattre toute forme de racisme, et cela de façon pacifique, conserve tout son sens. Interview croisée.

La Marche (en salles le 27 nov.) est votre 2e film après Les Barons, que vous aviez mis une dizaine d’années à écrire. La Marche était-il aussi un projet de longue date ?

Nabil Ben Yadir : Cela a pris deux ans et demi d’écriture, de financement et de tournage, mais Nadia Lakhdar, coscénariste, avait ce projet depuis quelques années. On a gardé la grande histoire et récrit ensemble le film. Il y a aussi eu cette urgence de le faire, car cela sonne tellement d’actualité, il fallait profiter du médium du cinéma pour parler de ce sujet maintenant

Pourquoi s’intéresser à la Marche pour l’égalité, alors que vous êtes Belge ?

Nabil : Parce que c’est une histoire extraordinaire : je m’en suis personnellement voulu de ne pas la connaître. J’avais cette excuse d’avoir eu 3 ans à l’époque et d’être Belge ; mais, selon un sondage, 81 % des Fran- çais ne connaissent pas cette histoire, c’est dramatique. Moi qui suis à la recherche de sujets à raconter, ce qui m’a intéressé, c’est l’aspect cinématographique de la Marche. 

Tewfik, vous-même n’avez pas connu la Marche. Comment retrouver cette mémoire-là?

Tewfik Jallab : Pour la retrouver, on a eu la base du scénario, qui a été un vivier d’informations important, puis l’équipe de production nous ont mis à disposition les archives de l’INA, des interviews, des DVD, des reportages, dont ceux de l’émission « Mosaïque ». Chacun a fait ce travail personnel pour s’approprier l’histoire.

De quelle façon avez-vous travaillé l’écriture ? Écriture d’une fiction par-dessus la réalité historique ou bien d’abord rencontre avec les vrais marcheurs ?

Nabil : J’ai rencontré Toumi Djaïdja pendant l’écriture, aux Minguettes : là où il s’est ramassé la balle, là où il est né et a grandi. La rencontre avec Toumi a été décisive, car une personne, 30 ans après l’événement, qui n’a pas de haine et tient toujours ce discours humaniste te remet vite les pieds sur terre. Cela m’a conforté dans le fait qu’il fallait raconter cette histoire coûte que coûte. 

Tewfik, comment s’est passée votre rencontre avec Toumi Djaïdja ?

Tewfik : Il était hors de question que je ne rencontre pas Toumi, le personnage que j’allais incarner. Je suis parti à Lyon, surtout je l’ai beaucoup écouté, il a été une source d’inspiration : quand on interprète une personne encore vivante, on prend le plus d’informations sur lui, sur sa façon de réfléchir, de bouger, de s’exprimer ; c’est une matière où l’on puisera pour jouer telle ou telle scène. 

Le film La Marche n’est pas dénué d’humour : est-ce votre patte reconnaissable également dans Les Barons et qui fait le lien entre vos deux films ?

Nabil : J’ai l’impression que les marcheurs sont les grands frères des barons. C’est toujours une histoire de pas. Il y en a qui s’arrêtent de marcher pour vivre, d’autres décident de marcher pour survivre. Les marcheurs sont les grands frères qui se sont battus pour leurs droits, pour exister, et les barons sont peut-être ceux qui ont hérité de cela sans en profiter vraiment. 

Vous avez réussi à mettre de la psychologie dans vos personnages, alors que l’on pouvait s’attendre à un film historique. Or chacun a sa personnalité, ses travers…

Tewfik : La force de Nabil a été qu’il voulait que cela sonne vrai tout le temps, il nous a prévenus qu’il allait nous voler des images, il nous a fait comprendre qu’il y aurait beaucoup de regards, un souci de raconter par une simple attention, des gestes, avec des actions en arrière-plan. De plus, à l’intérieur du groupe, il montre qu’il y a divergence d’idées et de valeurs, on se rend compte que ce sont simplement des êtres humains, criblés de doutes.
Nabil : Ce sont des personnages qui vont parcourir 1 500 km ensemble et ils ne sont pas parfaits, ils ont leurs blessures, c’est ce qui les rend humains.

Peut-on considérer le fait d’être devenu cinéaste comme une revanche sur la vie, sachant que l’on vous avait orienté en mécanique durant votre jeunesse ?

Nabil : On peut le voir comme une revanche, mais ce n’est pas mon moteur. Après Les Barons, on m’a sollicité pour réaliser des comédies, avec de gros chèques à la clé. Mais j’ai besoin de raconter des histoires qui touchent, de ne subir aucune pression. J’ai travaillé en usine, dans des parkings, à la chaîne, etc. Maintenant, je suis content de faire du cinéma, parce que quand je regarde en arrière, ce n’est pas si loin… Le cinéma, c’est aussi pour ma mère et pour mon père…

Vous avez commencé très jeune à jouer au cinéma : peut-on dire que vous avez été à l’encontre des stéréotypes auxquels on assigne les jeunes issus de l’immigration ?

Tewfik : La volonté, c’était surtout de ne pas faire comme les autres. Dans ma famille, la seule personne qui était dans le cinéma, c’était ma grand-mère qui faisait le ménage dans l’UGC d’Enghien-les-Bains. C’est comme ça que j’ai eu mes premières émotions au cinéma, je l’accompagnais le mercredi et le samedi. Ça fait Cinema Paradiso mais c’est la réalité. J’ai donc été pris lors d’un casting, à l’âge de 10 ans, pour jouer le rôle d’un enfant soldat libanais. Dès le premier jour je me suis rendu compte que c’est ce que je voulais faire. J’ai eu mon bac pour faire plaisir à mes parents, j’ai été à la fac un petit peu. Après j’ai décidé de prendre en main mon destin !

Quel regard portez-vous sur la société d’aujourd’hui 30 ans après la Marche ? En quoi la lutte contre le racisme est-elle encore d’actualité ?

Nabil : Quand on traite une ministre de guenon, je pense que le film doit sortir, il y a une urgence.
Tewfik : J’ai l’impression qu’on est dans un contexte où il n’y a jamais eu autant de gens qui se déclarent ouvertement racistes, avec des actes ou paroles racistes sans aucune forme de pudeur ni d’hésitation. Avant on était raciste sous couvert de l’anonymat, maintenant on le signe. 

Avez-vous conscience que votre film fait œuvre de mémoire pour les jeunes générations, même s’il s’agit d’un film de fiction ?

Nabil : J’en suis ravi ! Comme dirait Toumi Djaïdja, « le message a dépassé le messager », cela va au-delà du cinéma. Ce n’est pas une raison pour qu’il ne faille pas avoir une vision artistique du film en ne se reposant que sur le sujet historique. D’où le choix du 35 mm, d’avoir de grands comédiens pour ce film : j’avais besoin de rendre un hommage à cette histoire-là. Gandhi a son film ; Malcolm X a son film ; Mandela a son film. La Marche a son film ! En n’étant pas un biopic, car le héros, c’est le groupe, c’est la Marche.

Propos recueillis par Huê Trinh Nguyên le Dimanche 1 Décembre 2013

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.