Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Lina Lamara « Sur scène, tu deviens ce que tu racontes »



Chanteuse et comédienne, Lina Lamara transporte son public sur l’autre rive de la Méditerranée. Par le biais de sa grand-mère, Lina dévoile avec pudeur un peu d’elle. Et si la beauté était aussi une question de transmission ?



Quel est votre geste bonne humeur de bon matin ?

Un grand verre d’eau citronné pour remettre les compteurs à zéro. J’ai l’impression que mon corps appelle l’eau, qu’il en a besoin pour être en vie et bien fonctionner toute la journée. Et puis cette dose d’hydratation, je la retrouve aussi dans la crème fraîche de Nuxe [1], avec ses notes de fleurs d’oranger qui me ramènent aux gâteaux de mon enfance.

Côté cheveux, comment prenez-vous soin de vos jolies bouclettes ?

J’utilise le shampoing brunette John Frieda [2] pour maintenir mon brun, cette couleur qui correspond bien à mon caractère : à la fois
sauvage et rital, mais qui sait aussi être sobre. Pour faire pousser mes cheveux, je les badigeonne d’huile de ricin [3] en masque, que ma mère me rapporte spécialement d’Algérie.

En parlant glamour, vous vous rattrapez sur le maquillage ?

Je me maquille peu mais j’aime avoir un teint éclatant, alors je ne me sépare jamais de ma crème de jour teintée Caudalie [4] pour uniformiser. Le maquillage doit révéler ce qu’on a et non pas transformer. J’aime utiliser des marques bio comme Couleur Caramel [5], cette idée que, pour se faire belle, il ne faut pas que cela coûte quelque chose à la Nature.

Votre rôle est assez physique sur scène, vous devez vous astreindre à une routine sportive pour tenir le coup ?

J’ai l’impression d’avoir fait un marathon chaque soir, j’ai des courbatures de partout. Mais je décompresse et me ressource avec le yoga bikram [6] que je pratique trois fois par semaine et qui consiste à enchainer 26 positions dans une salle chauffée à plus de 40 °C et avec 50 % d’humidité. Ce sont des séances très éprouvantes, mais c’est un vrai bienfait pour le corps et le mental. Je pratique aussi la course à pied. Quand je voyage, je commence toujours par un footing matinal, je découvre alors la ville sous un autre angle, quelque part en Algérie, en Italie ou en Andalousie.

En tant que comédienne, vous avez un rapport au corps totalement décomplexé ; est-ce un travail difficile ?

Sur scène, tu ne peux pas te regarder le nombril, tu deviens ce que tu racontes. La scène aide beaucoup à prendre confiance en soi, c’est une sorte de conversation avec soi-même. Et puis les gens ne peuvent pas t’aimer si tu ne t’aimes pas. En vrai, dans la vie, je suis tout le contraire, je ne suis pas si à l’aise que cela… J’ai cependant appris à investir ma féminité autrement, notamment grâce à un rôle où je devais jouer une belle dame, j’ai aimé être coquette, à la manière des femmes des années 1950.

Vous trouvez-vous belle ?

La beauté, c’est tellement subjectif, c’est surtout une question de charme. Cela peut être un sourire qui te donne envie de sourire en retour ou bien des yeux qui pétillent. On dit souvent que je ressemble à ma mère : comme je la trouve magnifique, alors, oui, je me sens
belle !

Karima Peyronie le Jeudi 3 Mars 2016

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.