Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Les vies de Noah



C’était il y a (déjà) 30 ans. Le 5 juin 1983, Yannick Noah remporte Roland-Garros face au Suédois Wilander. Il devient le premier Français vainqueur de ce tournoi depuis 37 ans. Trente ans après, aucun représentant français ne l’a remporté. Mais Yannick Noah, c’est plus qu’un joueur de tennis…


ENGAGEMENT. Les images sont passées en boucle : le retour de service de Wilander est dehors. Yannick Noah s’agenouille sur la terre battue de Roland-Garros, et se tourne vers son père, le Camerounais Zacharie, et sa mère, l’Ardennaise Marie-Claire. Bien avant Zidane et sa bande en 1998, vainqueurs de la Coupe du monde, c’est le triomphe d’une France métissée dans un sport réservé à une élite, à une époque où des revendications comme la « marche des Beurs » déferlent sur l’Hexagone.
 
Tête de série numéro 6, Noah n’est pas attendu à pareille fête du côté de la porte d’Auteuil. Pour cette 53e édition du tournoi, Noah a tout juste 23 ans. Il est un joueur en pleine progression, un très bon outsider. Et pourtant, il ira au bout dans une quinzaine de folies, où il renversera des joueurs comme le Tchèque Ivan Lendl, en se permettant le luxe de lui coller un humiliant 6-0 au quatrième et dernier set d’un quart de finale épique. À la sortie de ce tournoi, le Français cherche son souffle, puis ses mots dans son discours tant il est ému. C’est après sa carrière, avec du recul, qu’il aura ces mots retranscrits dans l’ouvrage Noah, un tennisman : « Tout le travail que j’ai abattu en 1983 pour gagner Roland-Garros, je ne l’avais jamais fait avant, et je ne l’ai plus jamais refait après. »

Personnalité préférée des Français

Après les terrains de tennis, là où beaucoup de sportifs ont dû mal à gérer leur après-carrière, lui rebondit aussi haut qu’une balle de tennis, et devient une icône. Reconverti dans la chanson dès 1991 – avec un succès qu’il croyait anecdotique, Saga Africa –, l’année où il a remporté la première victoire en Coupe Davis (depuis l’épopée des Mousquetaires) pour la France, à Lyon, en tant que capitaine, cela fait plus de 20 ans que le champion sillonne avec son groupe les routes de France en bus ; avec un pic, le 25 septembre 2010, où 80 000 personnes se réunissent pour l’écouter au Stade de France.

Personnalité préférée des Français selon un sondage paraissant régulièrement dans le Journal du dimanche, Noah a toujours clairement affiché ses opinions politiques de gauche. Soutien de Ségolène Royal lors de l’élection présidentielle en 2007, adversaire déclaré de Nicolas Sarkozy, il remet une couche en 2012 en se prononçant en faveur de François Hollande. 

Soutien politique et mobilisation citoyenne


Derrière cet engagement politique, son dévouement associatif a été toujours un véritable sacerdoce. Toujours impliqué dans l’association de sa mère Marie-Claire, récemment décédée, les Enfants de la Terre, le Franco-Camerounais l’est encore plus activement dans l’association Fête le mur, dont le but est de créer des courts de tennis (et tous les outils pédagogiques et matériels nécessaires à sa pratique) dans les zones urbaines sensibles. Grâce à une équipe d’enseignants bénévoles, 25 sites fonctionnent à ce jour, touchant plus de 3 000 enfants. C’est aussi ça, Yannick Noah !

Les vies de Noah

Quand Zidane et Noah se sont renvoyé la balle !

TAC AU TAC.
Pas la langue dans sa poche, Yannick Noah avait été déçu par le soutien tarifé de Zinedine Zidane à la candidature du Qatar à l’organisation du Mondial 2022. Yannick Noah avait estimé que ce soutien à la pétromonarchie « pue du cul ».

Copain au sein de la grande confrérie des Enfoirés, l’ancien numéro des Bleus avait répliqué dans les colonnes de L’Équipe au jugement de valeur du tennisman : « Je lui ai donné mon sentiment. Je pense qu’il n’avait pas à dire cela – et il l’a reconnu d’ailleurs – et voilà ! Encore une fois, on peut dire : “C’est bien”, “C’est pas bien”, chacun est libre de penser ce qu’il veut, mais vous n’avez pas le droit d’insulter qui que ce soit. Moi, je préfère dire ce que je pense aux gens concernés, ce que je ressens, plutôt que de faire ça à travers les journaux. C’est comme ceux qui ont une tribune et se cachent derrière pour passer des messages. Quand quelqu’un n’est pas d’accord avec ce que je fais, qu’il me passe un coup de fil et qu’il me dise les choses, et là on pourra en discuter. Mais là, balancer comme ça… »

Par Nabil Djellit le Lundi 10 Juin 2013


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.