Connectez-vous S'inscrire
Salamnews
Les rubriques
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi...
1 2 3 4 5 » ... 54
Sur la scène du théâtre de Dix Heures, dont il est propriétaire depuis un an, il joue Ingérable, un one-man-show grinçant visant à réconcilier les Français autour du rire tout en abordant les dures réalités sociales. Humoriste, animateur et producteur, Yassine Belattar occupe plusieurs fronts pour faire passer son message. Rencontre
1 2 3 4 5 » ... 58
On se retrouve régulièrement face à face avec lui, accessoire indispensable mais pourtant si méconnu de notre prière…Petit tour d’horizon du ras du sol de nos mosquées. Volant dans les Mille et Une Nuits, le tapis est un objet incontournable de la culture orientale, tellement commun qu’il paraît avoir toujours été là.  Il semble avoir été inventé par des nomades afin de se protéger de l’humidité du sol au gré...
1 2 3 4 5 » ... 17
Après quelques années d’absence, la douce Sonia Lacen revient sur le devant de la scène avec le single « Je serai là ». Transformée, la chanteuse prône une zen attitude teintée de spiritualité.
1 2 3 4 5 » ... 35
C’est la période des clôtures d’exercices. Quelles différences existe-t-il entre bilan et compte de résultat ?
1 2 3 4 5 » ... 8
Spécialiste de la gestion mentale des sportifs de haut niveau, Mohamed Regragui utilise l’hypnothérapie pour mieux aider les joueurs de football à appréhender leur environnement ainsi qu’à optimiser leurs performances. Cet ancien joueur au parcours atypique, passé par Saint-Étienne, le Portugal et le Bangladesh, séduit déjà quelques clubs professionnels qui voient la possibilité de mieux accompagner les carrières des footballeurs, parfois...
1 2 3 4 5 » ... 14
Vous traversez un moment difficile ? Vos réactions et celles des autres vous surprennent ? Vous avez l’impression d’être dans une impasse ? Quelle décision prendre ?…Cette rubrique accueille vos questions, vos réflexions ou tout simplement vos partages d’expériences. À partir du bel islam et d’une lecture appliquée du Coran, des solutions peuvent toujours être trouvées. Posez vos questions à de vousanous@salamnews.fr Dans mes relations avec mes...
1 2 3 4 5 » ... 9



Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.