Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Les illusions identitaires




Sans voix nous étions lorsque nous apprîmes l’effroyable massacre d’Oslo. 76 vies ont été enlevées sous le coup de la folie. Une folie meurtrière qui se nourrissait de la haine des musulmans.

Il faut dire que nous étions très inquiets sur l’identité du coupable lors des premières minutes qui ont suivi l’annonce du drame. D’autant qu’on se laissait surprendre à penser « pourvu que ce ne soit pas un musulman ! ». Comme si tous les attentats qui éclatent sur cette terre étaient forcément commis par un individu ayant de près ou de loin un lien avec l’islam.

C’est du moins ce que nous laissent entendre les récits médiatiques depuis ces 20 dernières années. Terrible erreur ! Ainsi, comme le relève le dernier rapport d’Europol, les attentats dits islamistes représentaient 3 % des attentats commis en Europe l’an passé. C’est évidemment trop. Et il reste toujours important que les musulmans, par le biais de leurs leaders, affirment haut et fort leur condamnation de tels actes, parce que l’amalgame est malheureusement trop facile. De fait, la majeure partie des attentats en Europe est, nous apprend le rapport, perpétrée par des séparatistes de type ETA ou des anarchistes.

Cette fois-ci, le tueur présumé nous est présenté comme un fondamentaliste chrétien. Cela change… Musulmans, chrétiens, basques…, lorsque les identités sont malmenées, et du coup exacerbées, elles deviennent facilement meurtrières… Ce drame vient nous le rappeler.

Enfin, nous nous réjouissons de vous revoir avec cette édition spéciale Ramadan. Le mois du jeûne est une véritable école de la patience, de l’empathie et de la solidarité. Des valeurs nobles que nous sommes heureux de promouvoir depuis bientôt 3 ans. Excellent Ramadan !

Mohammed Colin le Vendredi 5 Août 2011


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 16:06 L’arroseur arrosé !

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.