Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Le CFCM est mort




Vive le CFCM ! Ce n’est pas par ce hourra que les musulmans ont accueilli les résultats du vote du CFCM. Loin s’en faut. Les campagnes électorales du CFCM et des CRCM se sont déroulées dans la plus grande indifférence. On pourrait donc conclure à un désastre. D’autant que les divisions n’ont jamais été aussi grandes face à des enjeux si lilliputiens.

L’espace cultuel est ainsi devenu le principal lieu d’affrontement des antagonismes algéro-marocains. En lieu et place du tapis, nous aurions préféré le gazon vert comme terrain de compétition. Et à l’ombre des minarets de France, nous aurions souhaité l’entraide maghrébine, que même les musulmans les plus franchouillards ne sauraient refuser tant est profonde l’indigence de l’islam de France.

Parce que pour bâtir cet islam européen nous ne saurions nous couper de l’héritage araba-andalou que renferment encore des villes comme Fès, Tlemcen ou Constantine. Cet héritage culturel est indispensable pour que s’épanouisse l’islam populaire des cités de France et offrir un rempart solide contre l’islam fantasmé et acculturé, l’islam du vide propagé par le Web, qui, l’exclusion sociale aidant, rencontre des fidèles de plus en plus disposés à entendre les discours normatifs porteurs d’une spiritualité consumériste réduite à la longueur de la barbe et du voile.

Mais, pour l’heure, le CFCM hérite d’un bilan épouvantable et d’une crise de représentativité grave. Une seule chose lui a réussi : se maintenir en vie. Mieux encore, son pourfendeur le plus hostile, l’UAM 93, y siège désormais. Qui sait, le CFCM trouvera des leaders musulmans qui sauront un jour dépasser les intérêts partisans. Vous le savez bien, les hommes passent et l’institution demeure.

Mohammed Colin le Vendredi 1 Juillet 2011


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Novembre 2020 - 15:46 Double deuil

Mercredi 22 Juillet 2020 - 12:44 Covid-19, le monde d’après

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous