Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

L’Afrique du Nord est à l’ouest



L’Algérie, le Maroc et la Tunisie n’ont pas tenu leur rang lors de cette CAN 2013. Les trois sélections du Maghreb ont été éliminées dès le premier tour de la compétition. Un nouvel échec pour l’Afrique du Nord, qui a largement été dominée par l’Afrique subsaharienne.


© Guy Jeffroy / SIPA
© Guy Jeffroy / SIPA


DOMINATION. « Depuis 2004, le Maroc n’a pas franchi le premier tour de la CAN. Nous n’avons rien fait pendant que les autres travaillaient et continuaient à progresser », nous avait confié, un peu avant le début de la Coupe d'Afrique des nations 2013 (du 19 janvier au 10 février), Walid Regragui, entraîneur adjoint de la sélection des Lions de l’Atlas. Un cri du coeur en forme de sonnette d’alarme qui n’a pas suffi, encore cette fois-ci.

Comme l’Algérie et la Tunisie, le Maroc est passé à travers. C’est même presque une définition : quand la compétition se dispute en Afrique subsaharienne, les équipes du Maghreb n’y arrivent pas. Depuis 1976 et une victoire en terre éthiopienne du Maroc, aucune équipe maghrébine ne s’est imposée en dehors de sa zone géographique. À ce petit jeu, seule l’Égypte, sextuple vainqueur de l’épreuve, s’en sort. Et pourtant, ce ne sont pas les moyens ni les qualités qui manquent aux Maghrébins. Pour cette édition disputée en Afrique du Sud, les trois sélections maghrébines étaient certainement mieux armées individuellement que le Burkina Faso, finaliste de l’épreuve.

Grande messe du football africain

Pourquoi cet échec ? « On a l’impression que les Maghrébins ne mettent pas la même envie à disputer une Coupe d’Afrique des nations qu’à participer à un Mondial. À la différence des Subsahariens, qui fonctionnent plus comme une famille, on sent une démarche plus individualiste chez les Maghrébins. Et, quelque part, seule la Coupe du monde les intéresse parce que c’est l’événement dans la carrière d’un joueur », nous explique Frank Simon, journaliste ayant couvert dix Coupe d’Afrique des nations pour France Football.

Si le constat est devenu presque un refrain, lors de cette CAN 2013, ce sont des raisons conjoncturelles qui ont expliqué en grande partie les défaillances pour chacun des trois pays. En fin de cycle, la Tunisie n’était pas considérée comme une nation capable de bouleverser la hiérarchie et de se hisser parmi les meilleurs. Son sélectionneur, Sami Trabelsi, a jeté l’éponge après la sortie de route des Aigles de Carthage.

Le Maroc a aussi raté l’occasion de revenir sur le devant de la scène. Quasi invité surprise de la grande messe du football africain, après une qualification dans la douleur face au Mozambique, les Lions de l’Atlas ont manqué de vécu collectif pour réussir leur tournoi. Arrivé quelques mois avant la compétition, le sélectionneur Rachid Taoussi a dû constituer à la hâte un groupe de joueurs, en écartant certaines stars comme Marouane Chamakh ou Adel Taarabt. 

Victoire finale du Nigeria 
 
Étant considérée comme la meilleure chance du Maghreb, l’Algérie s’est complètement ratée lors de cette CAN en Afrique du Sud. Les Fennecs, trop tendres, n’ont pas su compenser leur manque d’expérience pour s’extirper du fameux groupe de la mort. Muette en attaque face à la Tunisie et au Togo, l’Algérie court derrière ce trophée depuis 1990… Malgré ces circonstances conjoncturelles, le Maghreb n’a plus placé un seul de ses représentants en finale depuis 2004 et un match ayant opposé le Maroc à la Tunisie.
 
Avec 7 pays qualifiés sur 8 en quarts de finale, l’Afrique de l’Ouest a supplanté le Maghreb et a dominé de la tête et des épaules cette CAN 2013 avec une  victoire finale du Nigeria. La prochaine édition prévue au Maroc, en 2015, sera peut-être l’occasion d’un retour en force des Nord-Africains. En Afrique, c’est toujours plus facile à la maison…

Par Nabil Djellit le Lundi 18 Mars 2013


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2013 - 10:56 Samir Khiat : « Le mercato est un jeu »

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.