Connectez-vous S'inscrire

Kery James : « Le climat islamophobe m’est insupportable »


Après deux ans d’absence, Kery James sort de sa réserve avec sa Lettre à la République. En pleine campagne électorale, le rappeur revient en force avec un album best of, un film documentaire et un concert acoustique parisien en avril. Retour sur 20 ans de carrière engagée, en toute sincérité.


© Arthur Delloye
© Arthur Delloye

Deux ans de silence et voilà que votre clip Lettre à la République, qui a dépassé plus de 2 millions de vues en quelques jours, sonne votre retour en 2012. En pleine année électorale, ce n’est pas un hasard…

Kery James : Ce n’est pas un hasard en effet… J’ai fait une pause de deux ans après avoir enchaîné en 2008 et en 2009 deux albums et une longue tournée.  J’avais besoin de me ressourcer. Mais je voulais revenir en 2012. Ce titre est une réaction, la conséquence d’un climat. Depuis quelques années, ceux que  j’appelle les gens de la « deuxième France » – principalement les Noirs et les Arabes – sont maltraités par les médias et les politiques. Et ce non-respect est encore plus flagrant quand ils sont musulmans… Pendant les deux années où je n’étais qu’un simple spectateur, j’ai vécu ce climat islamophobe comme étant insupportable. Du coup, j’ai trouvé l’inspiration pour écrire Lettre à la République, qui devait être dans l’album Réel mais que je n’avais pas achevée. Ma réaction la plus marquante a lieu quand j’écris un texte. 

92.2012 est un album qui résume 20 ans de carrière… Il est accompagné du film documentaire Les Quatre Visages de Kery James. L’heure du bilan a sonné ?

K. J. : Oui, c’est un premier bilan. Je ne sais pas si je ferai beaucoup de choses par la suite... Il y a déjà un album inédit prévu pour mars 2013. Mais comme je savais que Lettre à la République allait provoquer beaucoup de réactions, que les gens me découvriraient à travers ce titre, il était important pour moi d’avoir un outil qui présente « Kery James ». Un album avec une douzaine de titres que j’estime être les plus importants de ma carrière, qui représentent ce que je suis, ce que je défends dans ma musique ; des morceaux comme L’Impasse, comme Banlieusards, mais aussi comme J’ai mal au coeur. Je voulais que cet album soit accompagné d’un film qui raconte mon histoire en tant qu’homme et pas seulement en tant qu’artiste. 

En plein succès, vous êtes parti quelques années pour vous rendre au Moyen-Orient. Pour une quête personnelle ?

K. J. : Pas qu’au Moyen-Orient, j’ai fait des allers-retours fréquents au Liban et en Égypte, un pays que j’aime beaucoup d’ailleurs. Pendant cette période, j’ai essayé de me ressourcer spirituellement, de progresser un peu dans ma connaissance de l’islam et de la langue arabe. C’était vraiment pour des raisons spirituelles. Étant dans le milieu de la musique à fond, il m’était difficile de pratiquer ma religion comme je le voulais, j’avais besoin de faire un break. Et puis j’ai eu une fille. Elle a 22 mois aujourd’hui et j’ai pris le temps de m’occuper d’elle, al hamdulillah.

Vous êtes devenu musulman en 1999, peu après l’assassinat de votre ami Las Montana…

K. J. : Je me considérais déjà comme musulman avant. Mais c’est en 1999 que j’ai réellement voulu apprendre ma religion. La première fois que je suis entré dans une mosquée, j’ai éclaté en sanglots… et j’ai pleuré longtemps ! Avant, j’avais compris beaucoup de choses de la vie, mais je ne les assumais pas. Par exemple, je savais que la rue me conduirait inéluctablement à la mort ou à la prison, mais je n’étais pas capable d’y résister. Grâce à ma foi, j’y suis arrivé.

Vous êtes ambitieux pour la jeune génération, vous espérez qu’elle soit meilleure que la précédente, notamment à travers Banlieusards.

K. J. : J’aimerai que notre progression sociale soit plus importante que celle de nos parents mais, pour l’instant, de manière générale, on peut dire qu’on ne leur arrive pas à la cheville ! À part quelques exceptions, ce n’est pas transcendant ! Je pense qu’on peut vraiment mieux faire. Mais ça va venir, insha Allah…

Quel regard portez-vous sur le rap actuel ?

K. J. : Je n’écoute pas trop de rap, ni de musique en général… Vu la façon dont ma vie est organisée, je n’ai pas le temps. J’écoutais beaucoup de rap quand j’étais jeune et je crois que j’ai assimilé le truc. J’ai arrêté d’en écouter, et je ne pense pas que ce soit une erreur car on a dénaturé ce que j’appelle le « vrai rap ». J’ai gardé les codes de ce rap authentique, je ne me suis pas perdu dans ces nouveaux styles qui ont émergé entre-temps…

Dans le documentaire, on vous suit en Cisjordanie pour soutenir des Palestiniens…

K. J. : J’ai voulu me rendre là-bas avant d’écrire Le Coeur et la Raison, qui est dans l’album Réel et aussi dans 92.2012. Je voulais écrire depuis longtemps sur la Palestine. Ne rien écrire sur ce pays était impensable. Mais il fallait que je sache de quoi parler. Je voulais éviter qu’on m’accuse de ne pas connaître le sujet… Ou qu’on dise que je me suis fait manipuler. J’ai donc vu de mes propres yeux, j’ai constaté, j’ai parlé aux Palestiniens et ensuite j’ai écrit avec mon coeur et la raison. C’est pour cela que le morceau est inattaquable.

Vous serez en concert acoustique, à Paris, au théâtre des Bouffes du Nord… Étrange pour du rap, non ?

K. J. : Depuis 2001, des instruments de musique m’accompagnent sur scène, j’ai donc déjà habitué mon public à cela. Le but est de mettre le texte et l’émotion en avant. Ce sera un « concert-concept » en quelque sorte. Et je pense que c’est un truc que je vais garder, même après l’album de mars 2013. J’aime beaucoup, je me sens à l’aise comme cela…

Justement, en 2001, vous aviez décidé de bannir les instruments prohibés par une certaine interprétation de l’islam… Vous êtes revenu sur votre décision ensuite ?

K. J. : Ma réflexion m’a amené à me dire que je n’aurai jamais dû parler de cela ! J’aurai dû ne pas mettre d’instruments à vent ni à cordes sans à en donner l’explication. Parce que les gens en France ne sont pas prêts, n’ont pas envie de comprendre ; idem pour certains musulmans. C’est donc un sujet sur lequel je ne m’étends plus. La musique est comme elle est, celui qui l’écoute l’analyse comme il le souhaite… C’est une façon de gommer les artifices en fait, cela laisse vraiment place à la force des textes. 

La musique est une source de questionnement pour vous… Comment vous situez-vous quand certains prétendent que c’est contraire à l’islam ?

K. J. : Je me trouve face à un vrai dilemme… Je ne parle pas du caractère licite ou pas, je parle du point de vue de ma vie personnelle. Pour moi, il me paraît difficile de maintenir ma foi avec la musique. Parce que le musulman chemine vers plus de modestie. Or, dans mon métier, plus je suis connu et mieux c’est ! En même temps, j’ai des témoignages de personnes qui me disent que je les ai encouragés à poursuivre leurs études ou à sortir de la rue… Est-ce que je peux abandonner cela ? D’autant plus qu’en islam il y a une règle qui dit que là où il n’y a plus de lumière, c’est l’obscurité qui prend part. Si j’arrête la musique, cela veut dire que l’autre rap va avancer et prendra plus de place. Et il n’y aura plus personne pour dire quelque chose de différent. C’est pour cela que je me sens obligé de continuer… C’est un questionnement perpétuel.

BIO EXPRESS

  • Né de parents haïtiens, Alix Mathurin, alias Kery James, 35 ans, est originaire de la Guadeloupe. Il passe son enfance à Orly, où il commence à écrire des textes et à rapper dans des ateliers d’écriture de quartier.
  • Il se fait vite remarquer par MC Solaar. À 13 ans, il débute au sein du groupe Idéal Junior et signe des singles aux titres explicites comme La Vie est brutale ou Hardcore, devenu un classique du rap français. Au sein du groupe rebaptisé Idéal J, Kery James devient l’un des piliers de la Mafia K’1 Fry, un groupe qui rassemble plusieurs artistes du département du Val-de-Marne.
  • Une période marquée par le succès, mais aussi la rue et le côté sombre du show-business.L’assassinat de son ami d’enfance, Las Montana, donne un coup d’arrêt à cette frénésie et l’éloigne du monde de la musique. Kery James devient musulman et prend le prénom d’Ali.
  • Dans sa nouvelle religion, il se ressource et se lance en solo. Si c’était à refaire, son premier opus en 2001, est très personnel et véhicule les valeurs de l’islam.
  • En 2005, il présente Ma Vérité, un album marqué par un engagement social et politique. En 2008, il signe l’album À l’ombre du show-business, qui fait partie des meilleures ventes d’albums de hip-hop et RnB en France, puis Réel (2009). 92.2012 marque son retour sur scène, en concert acoustique, aux Bouffes du Nord, du 10 au 28 avril prochain.


Propos recueillis par Mérième Alaoui le Lundi 2 Avril 2012

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous