Connectez-vous S'inscrire

Franck Ribéry: « La conversion, c'est mon choix »


Du haut de ses 25 ans, Franck Ribéry a déjà marqué de ses crampons l’histoire internationale du ballon rond. Blessé pendant l’Euro 2008, le numéro 22 de l’équipe de France reprend doucement l’entraînement de sa 2e saison au Bayern de Munich.
Salamnews l’a rencontré dans son club allemand.


© Lahcéne Abib
© Lahcéne Abib

Comment vas-tu depuis ta blessure à la cheville, en juin dernier, pendant l’Euro ?

Franck Ribéry : Cela va beaucoup mieux, al hamdulillah. Au début, c’était un peu dur : la blessure, la façon dont s’est déroulé l’Euro…

Le plus important est que la guérison se passe très bien. Ce n’est pas encore réparé à 100 % et c’est normal. J’ai repris la course depuis trois-quatre jours.

J’ai encore un peu mal mais, concernant la masse musculaire, j’ai pu reprendre tout ce que j’avais perdu au niveau de la jambe gauche. J’espère pouvoir rejouer d’ici à quatre semaines.

Comment as-tu pu surmonter l’échec de l’Euro ?

F. R. : Comme on dit, c’est le « mektoub » ! C’est le destin, c’est écrit. Depuis ma conversion à l’islam – cela fait presque neuf ans –, la religion m’a beaucoup  aidé dans le football, dans ma vie. Tout ce que je fais, tout ce que je vis, je le fais avec Dieu.

Que t’apporte la religion,une fois que tu es sur le terrain ?

F. R. : Cela me donne une force et plus de confiance en moi. Avant d’aller sur le terrain, quand je suis en mise au vert ou avant de partir en match, je fais ma prière. Souvent, c’est l’asr. C’est un moment important pour être à l’aise et ne pas cogiter. Si je ne la fais pas, je ne suis pas bien dans ma tête… alors que,  quand je prie auparavant, je fais mon jeu, je fonce !

Tu t’es donc converti il y a bientôt dix ans ?

F. R. : Oui, à Boulogne-sur-Mer. Tout au début, je n’étais pas vraiment converti, mais je ne mangeais déjà pas de porc et n’ai jamais bu d’alcool de ma vie. Puis
j’ai connu mon beau-frère, et beaucoup de mes potes, dans la vie de tous les jours, étaient musulmans. J’ai ensuite rencontré ma femme et je voulais  absolument me marier avec elle. On a fait tout ce qu’il fallait, je me suis converti à l’islam, j’ai été à la mosquée avec mon beau-père… La conversion, c’est mon choix, car je ne viens pas d’une famille croyante. Ma femme et ma belle-famille m’ont beaucoup aidé dans mon cheminement.

Comment vis-tu à Munich ?

F. R. : Normalement. Tout le monde sait que je suis marié à une femme française de confession musulmane, Wahiba, et que mes deux fi lles, Hiziya, 3 ans, et Shahinez, 7 mois, portent des prénoms arabes. Je m’appelle Bilal et je suis musulman, et c’est très bien accepté ! Le plus important est la façon dont je le vis tous les jours. Je me suis certes converti à l’islam, mais je demeure le même. C’est entre moi et Dieu. Je vais à la mosquée à Munich dès que je le peux, et souvent le vendredi : j’y reprends des forces, je me sens léger, bien dans ma peau. Lorsque je rentre chez moi et que je vois mes enfants, ma femme, je me sens en sécurité.

Où seras-tu lors du mois de ramadan 2008 ?

F. R. : Je le passerai à Munich, pour la deuxième année. Il y a tout ce qu’il faut pour être bien, on trouve beaucoup de boucheries et de restaurants halal, car nombre de Turcs et de Maghrébins résident ici. Ce n’est pas toujours facile, mais j’essaie d’observer le jeûne au maximum. Il y a des moments où je ne peux le faire, à cause des entraînements ou les jours de match, et je le rattrape ensuite. Mais j’essaie de le respecter parce que c’est important pour moi et pour Dieu.

Quels sont tes bons moments passés en Algérie ?

F. R. : Mon premier séjour en Algérie remonte à 2006, après la Coupe du monde, dans un petit village d’où est originaire ma belle-famille, près de Tlemcen. Je m’y suis senti comme chez moi. J’ai même été accueilli à la mairie par les habitants. Ce sont des moments que je n’oublierai jamais. Il était prévu qu’après l’Euro 2008 j’y retourne. Mais mon opération de la cheville m’a contraint à l’immobilité. Même si maintenant je gagne bien ma vie, j’ai, moi aussi, connu des moments difficiles, alors si je peux les aider, leur donner un coup de main… C’est une fierté d’aller là-bas.

Où en est actuellement le Bayern de Munich ?

F. R. : Ils ont fait deux matchs nuls pour l’instant  [ils jouaient leur 3e match le 31 août dernier, ndlr]. On est dans un club où on est un peu dans l’obligation de devoir gagner tous les week-ends. Mais la saison est longue et j’espère rejouer le plus vite possible et aider l’équipe. Peut-être vers le 15-20 septembre ! En attendant, je souhaite un bon ramadan à tous les musulmans ! 

Bio Express

« Un joyau du football français », le surnomme Zinedine Zidane. « Un cauchemar pour les défenseurs », dixit Thierry Henry. « Quand nous l’avons engagé, c’est comme si nous avions gagné au Loto », dit de lui Franz Beckenbauer.
Originaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), une ville ouvrière de plus de 44 000 habitants, cet aîné de quatre enfants a failli ne jamais rencontrer son destin de footballeur professionnel.
À l’âge de 2 ans, il traverse le pare-brise de la voiture de son père. Cet accident lui laisse des traces sur le visage, mais ne l’empêche pas d’envahir la pelouse quatre ans plus tard dans le club de sa ville natale.
À 12 ans, il entre au centre de formation du Lille OSC, dont il sera renvoyé à 16 ans, pas à cause du foot mais de ses résultats scolaires et de son comportement bagarreur hors du terrain. Ses débuts dans les clubs sportifs seront chaotiques.
En sept ans de carrière, il passe par plusieurs clubs : Boulogne, Marseille, Metz et même celui du Galatasaray (Turquie). Ce milieu de terrain offensif est actuellement sous contrat jusqu’en 2011 avec le Bayern de Munich.

Palmarès

  • Champion d’Allemagne, en 2008 (avec le Bayern de Munich).
  • Meilleur joueur de la saison 2007-2008 du championnat d’Allemagne et meilleur joueur français en 2007. 
  • Vainqueur de la Coupe d’Allemagne, en 2008 (Bayern de Munich), et de la Coupe de Turquie, en 2005 (Galatasaray). 
  • Finaliste de la Coupe du monde, en 2006 (France).
  • Finaliste de la Coupe de France, en 2006 et 2007 (avec l’Olympique de Marseille).
  • 1ère sélection : (Saint-Denis) France-Mexique : 1-0, le 27 mai 2006.
  • 27 sélections, 4 buts.

Interview exclusive d'Anissa Ammoura le Lundi 1 Septembre 2008

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous