Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

En avant toute !




 Au risque de paraître naïfs auprès de nos plus anciens, nous n’avions pas vu venir le coup. Oui, parce qu’ingénus que nous sommes, ce tir a été porté d’un endroit – en l’occurrence le Sénat fraîchement élu et passé à gauche –, sur lequel on ne portait aucun soupçon. Nous pensions, au contraire, que cette  honorable assemblée allait apaiser les humeurs. Alors, de là à imaginer que des sénateurs de gauche – en soumettant les assistantes maternelles  accueillant des enfants chez elles à « une obligation de neutralité en matière religieuse dans le cours de son activité d’accueil d’enfant » – surenchérirait une laïcité culturelle et identitaire, davantage à droite même que l’UMP…, il y avait de quoi fumer des produits plus ou moins illicites ! Mais ce qui est à souligner,  c’est la motivation affichée, prétendument pour éviter l’endoctrinement des jeunes esprits, qui a conduit au vote de cette loi, car elle en dit long sur le climat  ambiant. Nous sommes désormais pleinement dans l’ère du soupçon permanent envers celles et ceux qui ont un lien, proche ou lointain, avec l’islam. Si  nous n’y prenons pas garde, ce lien deviendra bientôt un délit en France. Pour le moment, le soupçon est tenace puisqu’il se poursuit jusque dans la sphère privée. Et c’est là une très grande nouveauté que de vouloir instaurer une neutralité dans le foyer familial, dont l’espace de vie est tout sauf neutre. Avec cette loi, on pourrait alors exiger de décrocher la photo de la figure paternelle en voyage à La Mecque ou celle de la communion du petit dernier, et, pourquoi pas,
de les remplacer par un portrait de Marianne pour s’assurer d’une loyauté 100 % républicaine ! 

Mohammed Colin le Mardi 7 Février 2012


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Novembre 2020 - 15:46 Double deuil

Mercredi 22 Juillet 2020 - 12:44 Covid-19, le monde d’après

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous