Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Crise de valeurs




Crise de valeurs

L'euroscepticisme l’a finalement emporté lors des derniers suffrages européens et a consacré le Front natio­nal premier parti de France avec 25% des voix. Un coup de tonnerre dans le paysage politique qui n’émeut hélas plus grand monde.
Cette résignation est inquiétante. Sur­tout si l’on tient compte du contexte médiatico-politique national depuis quelques années, miné par les affaires Tapie, Cahuzac («Je vous mens les yeux dans les yeux»), l’affaire Bygmalion aux enjeux financiers dissimulés qui vient de faire voler en éclats le principal parti d’opposition, sans évoquer la vie privée des hommes politiques scénarisée telle une production de téléréalité…
C’est dire que les politiques sont jugés ne pasêtre à la hauteur des préoccupations des Français.
Face à l’insécurité matérielle à laquelle beaucoup de concitoyens sont confrontés et à des lendemains qui s’annoncent plus durs encore, les Français n’ont plus confiance dans les partis républicains qui ont exercé à tour de rôle le pouvoir.
Alors nombreux sont ceux qui ont estimé vain de se déplacer à l’isoloir pour y poser une voix parmi tant d’autres qui, au final, ne sera pas prise en compte et n’améliorera pas leur quotidien…
L’Europe, perçue à tort comme le fossoyeur du bien-être français, devient prétendument la prin­cipale responsable du déclin hexagonal. Nos politiques de piètre envergure n’ont pas hésité à l’incriminer, masquant ainsi leurs propres défaillances.
La classe politique irrespectueuse de ses devoirs à l’égard des citoyens à travers ses affaires financières et ses scandales à répétition a fait le lit de l’abstention − le véritable premier parti de France −, ayant rendu possible cette ascension fulgurante du Front national. Très bon mois de Ramadan. 


Mohammed Colin le Jeudi 10 Juillet 2014


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Jeudi 18 Novembre 2021 - 18:19 Le temps de la justice

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Une drôle de campagne

Mohammed Colin - 24/03/2022
On se souvient de la mise en garde d’Emmanuel Macron adressée en 2017 à Vladimir Poutine contre les actions russes de déstabilisation des élections françaises. Seulement 15 jours après son entrée en fonction à l’Élysée, Macron avait invité le président russe au château de Versailles sous le prétexte d’une exposition consacrée à Pierre le Grand afin d’amorcer une forme de détente tout en y abordant les sujets qui fâchent dont l’ingérence russe, la Syrie et l’Ukraine. Cinq ans plus tard, c’est encore la Russie qui vient semer la zizanie dans la campagne présidentielle, non pas cette fois-ci, sauf révélation ultérieure, par des « organes d’influence » et des cyberattaques mais par la guerre sur un Vieux continent marqué par les affres de deux guerres mondiales. Mais avant que la guerre en Ukraine ne vienne « percuter notre vie démocratique et la campagne électorale » selon les mots du chef de l’État, on voyait bien que depuis des mois, dans le contexte de crise sanitaire, la campagne était embourbée. De nombreux sondages montrent le désintérêt des Français. La présidentielle arrive seulement en 5e position des sujets abordés par les Français avec leurs proches, à domicile ou au travail ; une chute de 26 points par rapport à 2017 où l’on se remémore très bien les grands thèmes débattus comme la moralisation de la vie politique, le pouvoir d’achat, le Frexit. Là, rien ne semble imprimer dans l’opinion publique, pas même les propositions d’Eric Zemmour. Il aura peut-être fallu la guerre et son cortège de folies pour réveiller les Français et la vieille Europe. Ce qui est sûr, c’est que le prochain président français devra avoir le cuir suffisamment épais pour faire face aux brutalités croissantes de cette nouvelle époque.