Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Crise de valeurs




Crise de valeurs

L'euroscepticisme l’a finalement emporté lors des derniers suffrages européens et a consacré le Front natio­nal premier parti de France avec 25% des voix. Un coup de tonnerre dans le paysage politique qui n’émeut hélas plus grand monde.
Cette résignation est inquiétante. Sur­tout si l’on tient compte du contexte médiatico-politique national depuis quelques années, miné par les affaires Tapie, Cahuzac («Je vous mens les yeux dans les yeux»), l’affaire Bygmalion aux enjeux financiers dissimulés qui vient de faire voler en éclats le principal parti d’opposition, sans évoquer la vie privée des hommes politiques scénarisée telle une production de téléréalité…
C’est dire que les politiques sont jugés ne pasêtre à la hauteur des préoccupations des Français.
Face à l’insécurité matérielle à laquelle beaucoup de concitoyens sont confrontés et à des lendemains qui s’annoncent plus durs encore, les Français n’ont plus confiance dans les partis républicains qui ont exercé à tour de rôle le pouvoir.
Alors nombreux sont ceux qui ont estimé vain de se déplacer à l’isoloir pour y poser une voix parmi tant d’autres qui, au final, ne sera pas prise en compte et n’améliorera pas leur quotidien…
L’Europe, perçue à tort comme le fossoyeur du bien-être français, devient prétendument la prin­cipale responsable du déclin hexagonal. Nos politiques de piètre envergure n’ont pas hésité à l’incriminer, masquant ainsi leurs propres défaillances.
La classe politique irrespectueuse de ses devoirs à l’égard des citoyens à travers ses affaires financières et ses scandales à répétition a fait le lit de l’abstention − le véritable premier parti de France −, ayant rendu possible cette ascension fulgurante du Front national. Très bon mois de Ramadan. 


Mohammed Colin le Jeudi 10 Juillet 2014


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 16:06 L’arroseur arrosé !

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.