Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Zahwa Djennad



Derrière ce joli minois se cache beaucoup d’ambitions. Celle qui a écrit « Tabou, confession d’une jeune de banlieue » crée une maison d’édition en Algérie avant de publier son 2e livre « Voy’elle ». Quand riment coquetterie et littérature.


Confidences de Zahwa Djennad

Votre premier geste du matin ?

Je nettoie ma peau avec l’eau micellaire Créaline H2OBioderma [1] qui assainit et purifie ma peau, selon le conseil de ma maman. Je suis devenue accro à la crème hydratante La Prairie [2] découverte en cadeau d’anniversaire. Avant, je n’aurais jamais mis aussi cher pour un cosmétique, je trouvais cela insensé et inutile. Mais je dois admettre qu’elle agit comme un illuminateur de teint et a changé la nature même de ma peau, une révélation !

Un secret de beauté que l’on vous a transmis ?

Le hammam ! Avec mes soeurs, nous avons un roulement chaque semaine pour aller au hammam avec ma maman. Elle nous a habituées depuis notre plus jeune âge, c’est la seule façon pour moi de me sentir propre. Plus qu’un rituel de beauté, c’est culturel, une véritable madeleine de Proust. Tous les jours, je me lave avec un loofah pour continuer de décaper ma peau,avec les gels douche Cottage [3] qui embaument ma peau… et ma salle de bains !

Vous aimez vous maquiller ?

Je compte beaucoup sur ma soeur Kenza qui est esthéticienne pour me donner des coups de pouce, c’est elle qui me fait ma manucure ou des maquillages charbonneux pour les grands soirs. Sur les ongles, en toute saison, je ne mets que du rouge ou du noir Dress to kilt Essie [4], comme sur les lèvres où je suis fidèle à mon Ruby Woo de MAC qui tient des heures. Mon mascara Yves Saint Laurent [5] doit être waterproof pour éviter les yeux de panda en fin de journée et je préfère les poudres aux fonds de teint. Je suis une coquette pratique, il faut que cela soit simple d’utilisation avec un maximum d’effet.

Quelle est votre obsession beauté du moment ?

Les parfums à base d’oud. C’est une odeur qui m’apaise et qui joue avec plusieurs facettes de la séduction. J’aime le côté fort et capiteux qui révèle mon caractère assumé. Tout en l’agrémentant d’une fleur printanière, comme la rose pour des nuances légères et féminines.

Votre astuce beauté par excellence ?

J’aime bien changer de couleur de cheveux, ce qui a tendance à les fragiliser. En plus des produits
Kerastase [masque Chronologiste 6] et du Botox capillaire pour soigner mes cheveux, je me concocte mon cocktail protéiné et 100 % naturel. Je mélange quatre cuillères à soupe d’huile de ricin avec de la crème de coco (culinaire !) pour me faire un masque que je laisse poser sous cellophane. Le lendemain, je lave mes cheveux et ils sont plus doux, souples et fortifiés !

Par votre coquetterie, vous pouvez donner une image de bimbo, cela vous agace ?

J’en joue beaucoup, mon sourire peut me rendre légère et ça m’amuse. Encore récemment, je dédicaçais mon livre et un homme m’a demandé si c’était vraiment moi qui l’avais écrit. Oui, je suis loin du cliché de l’écrivaine renfermée, derrière ses lunettes épaisses. Je suis une fille joviale, bonne vivante, qui peut aimer les lettres et assumer pleinement sa féminité. Et je ne changerai pour rien au monde !

Par Karima Peyronie le Lundi 8 Juin 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.