Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Yasmina ZERROUG



Avec sa gamme de cosmétiques Charme d’Orient, Yasmina Zerroug a voulu rendre un vibrant hommage aux traditions ancestrales et aux rituels de beauté orientaux. Hommage qu’elle a décliné en un ouvrage* tout aussi réussi.


© Charme d’Orient
© Charme d’Orient

Cosmétiques, institut, ouvrage… quel est votre public ?

Les Orientales qui ont baigné dans les rituels de beauté d’Orient les connaissent déjà. Aussi, mes clientes en institut et le lectorat de mon ouvrage sont  essentiellement des Françaises. Je ne reçois que des femmes dans mon institut. Je suis ouverte sur beaucoup de choses et pas coincée, mais mélanger hommes et femmes ne fait pas partie de ma culture et ma clientèle qui est pourtant occidentale serait choquée de voir un homme sortir d’une de mes cabines. Recréer l’intimité, la convivialité et le partage féminin à l’orientale est très important.

Quelles différences entre Occidentales et Orientales constatez-vous ?

Les Occidentales sont très pudiques, ce qui m’a au début beaucoup étonnée parce que je me disais : « Elles s’exhibent en bikini à la plage et en institut elles hésitent à se montrer nues ! » Il y a plein de paradoxes mais comme dans toutes les cultures finalement. En Orient, on est très tactiles parce qu’on a l’habitude du hammam, des vapeurs et des massages depuis toujours, mais on est bloquées sur la sexualité par exemple.

Beaucoup de femmes préfèrent venir chez moi pour une épilation du maillot parce que chez les Orientales, lorsqu’il s’agit d’hygiène et de beauté, il n’y a pas de tabous. Pour moi, c’est comme le visage, il n’y a pas de voyeurisme ni d’arrière-pensée. Et puis on est habituées à toucher toutes les parties du corps, il y a un vrai échange entre femmes orientales. Le hammam était la grande sortie sacrée. Il est destiné à nous donner la peau la plus nette, la plus douce, la plus pure, et c’est toujours un lieu de liberté et de rencontre.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes pour bien vivre leur Ramadan ?

Tout est question de préparation. Celles qui viennent en institut juste avant le mois de Ramadan font généralement la totale : hammam, massage, épilation [1, cire orientale bio Laurence Dumont], teinture des cheveux au henné [2, henné d’Égypte Aroma-Zone]… Il s’agit de se sentir propre et surtout pure, puisque le Ramadan est un mois d’hygiène et de purification, aussi bien spirituelle que corporelle.

Et durant le mois de jeûne ?

Il faut ensuite bien entretenir les bienfaits de la préparation durant tout le mois : continuer à aller au hammam, rituel savon noir-kassa [3 et 4, La Sultane de Saba], enduire son corps d’huile parfumée [5, huile de fleur d’oranger Charme d’Orient] juste après la rupture du jeûne et vaporiser de l’eau de rose sur son visage [6, eau florale de rose bio Florame]. Pendant la journée, on peut bien sûr utiliser la pierre d’alun [7, Charme d’Orient] pour l’hygiène, mais pas de parfum ni de maquillage ou éventuellement un peu de khôl [8, Charme d’Orient] puisque c’est considéré comme un remède : le regard reste ourlé mais il ne faut pas qu’il soit sensuel ni provocant, il faut rester sobre. Tout ce qu’on peut s’autoriser doit être appliqué le soir mais toujours avec modération. Durant le Ramadan, la femme doit se sentir en paix.


* Charme d’Orient, secrets de femmes, de Yasmina Zerroug, vient de paraître aux éditions Grancher, 144 p., 28 €.


Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Lundi 1 Août 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.