Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Sophia Aram



De son petit gabarit, Sophia Aram dégage pourtant une grande prestance sur scène. Loin du personnage sulfureux, nous avons découvert une sensibilité zen et délicate.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Vous avez une belle énergie sur scène. Comment vous préparez-vous face au trac ? 

La boule au ventre ne passe vraiment jamais, mais ça ne me paralyse pas. Mon propos est tellement assumé que je ne me pose plus la question de savoir si je vais choquer. Je me prépare avec une séance d’étirements de 15 min dans ma loge, et des vocalises pour échauffer la voix, sous fond d’huile essentielle  d’eucalyptus de Sanoflore [1]. Une tasse de thé vert et de miel, et je suis fin prête à entrer en scène !


Spectacle le soir, chronique radio le matin, maman à plein temps… trouvez-vous le temps de faire une activité physique ?
 
Eh, non ! Heureusement, j’ai un bon métabolisme pour garder la ligne, sans faire d’efforts, je mange ce que je veux. J’ai une hygiène de vie sans excès, je suis végétarienne, je ne bois pas, ne fume pas et surtout je dors bien.

Votre mode de vie est nature. Vous êtes adepte du bio ?
 
Le bio, c’est un peu le luxe des riches, je trouve. Je suis cependant à l’écoute de la cause écolo et de ce qui est bon pour la santé. Je privilégie les producteurs locaux dans les marchés qui proposent des produits de saison.

Côté beauté, vous avez cette même démarche responsable ?
 
J’ai tenté les crèmes bio, mais j’ai eu une réaction allergique terrible ! Maintenant, je préfère bien choisir mes soins en parapharmacie, sans parabènes. Je suis une inconditionnelle des eaux fraîches de Caudalie [2], ainsi que de la crème argan pour le corps de Khiel’s [3] et pour le visage j’utilise La Roche Posay [4].

Côté maquillage, vous savez être coquette sans en faire trop. Quelle est votre routine ?
 
Que du basique, mais des bons produits. Il y a le fond de teint et l’anticerne de chez Dior, les fards à paupières de Make Up Forever [5], le mascara effet faux cils d’Yves Saint Laurent [6] et la crème 8 heures d’Elizabeth Arden sur les lèvres.

Quelque chose brille sur scène hormis vous : vos cheveux ! Quel est votre secret ?
 
J’ai succombé à l’appel du lissage brésilien ; une méthode géniale pour soigner ses cheveux tout en facilitant le coiffage. En plus, cela évite les frisottis pendant le spectacle. Du coup, j’utilise des produits adaptés pour les laver et garder les bénéfices du lissage plus longtemps.

Quel rituel conservez-vous de la tradition marocaine ?
 
Avec ma soeur, on adore le rituel du hammam aux Bains de Montorgueil. On se fait la totale : gant de crin, savon noir, gommage, massage à l’huile d’argan. Rien de mieux pour retrouver la sérénité !

Beauté rime avec quoi, selon vous ?
 
Une personne est belle, si elle est lumineuse. Elle dégage un tel bien-être et une telle joie de vivre que sa beauté est une évidence. Elle est au-dessus de tout, au-dessus des critères de beauté établis.
 


Sophia Aram est au Palais des Glaces avec son spectacle « Crise de foi » jusqu’au 14 avril, puis en tournée dans toute la France.



Par Karima Peyronie le Lundi 2 Avril 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.