Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Sophia Aram



De son petit gabarit, Sophia Aram dégage pourtant une grande prestance sur scène. Loin du personnage sulfureux, nous avons découvert une sensibilité zen et délicate.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Vous avez une belle énergie sur scène. Comment vous préparez-vous face au trac ? 

La boule au ventre ne passe vraiment jamais, mais ça ne me paralyse pas. Mon propos est tellement assumé que je ne me pose plus la question de savoir si je vais choquer. Je me prépare avec une séance d’étirements de 15 min dans ma loge, et des vocalises pour échauffer la voix, sous fond d’huile essentielle  d’eucalyptus de Sanoflore [1]. Une tasse de thé vert et de miel, et je suis fin prête à entrer en scène !


Spectacle le soir, chronique radio le matin, maman à plein temps… trouvez-vous le temps de faire une activité physique ?
 
Eh, non ! Heureusement, j’ai un bon métabolisme pour garder la ligne, sans faire d’efforts, je mange ce que je veux. J’ai une hygiène de vie sans excès, je suis végétarienne, je ne bois pas, ne fume pas et surtout je dors bien.

Votre mode de vie est nature. Vous êtes adepte du bio ?
 
Le bio, c’est un peu le luxe des riches, je trouve. Je suis cependant à l’écoute de la cause écolo et de ce qui est bon pour la santé. Je privilégie les producteurs locaux dans les marchés qui proposent des produits de saison.

Côté beauté, vous avez cette même démarche responsable ?
 
J’ai tenté les crèmes bio, mais j’ai eu une réaction allergique terrible ! Maintenant, je préfère bien choisir mes soins en parapharmacie, sans parabènes. Je suis une inconditionnelle des eaux fraîches de Caudalie [2], ainsi que de la crème argan pour le corps de Khiel’s [3] et pour le visage j’utilise La Roche Posay [4].

Côté maquillage, vous savez être coquette sans en faire trop. Quelle est votre routine ?
 
Que du basique, mais des bons produits. Il y a le fond de teint et l’anticerne de chez Dior, les fards à paupières de Make Up Forever [5], le mascara effet faux cils d’Yves Saint Laurent [6] et la crème 8 heures d’Elizabeth Arden sur les lèvres.

Quelque chose brille sur scène hormis vous : vos cheveux ! Quel est votre secret ?
 
J’ai succombé à l’appel du lissage brésilien ; une méthode géniale pour soigner ses cheveux tout en facilitant le coiffage. En plus, cela évite les frisottis pendant le spectacle. Du coup, j’utilise des produits adaptés pour les laver et garder les bénéfices du lissage plus longtemps.

Quel rituel conservez-vous de la tradition marocaine ?
 
Avec ma soeur, on adore le rituel du hammam aux Bains de Montorgueil. On se fait la totale : gant de crin, savon noir, gommage, massage à l’huile d’argan. Rien de mieux pour retrouver la sérénité !

Beauté rime avec quoi, selon vous ?
 
Une personne est belle, si elle est lumineuse. Elle dégage un tel bien-être et une telle joie de vivre que sa beauté est une évidence. Elle est au-dessus de tout, au-dessus des critères de beauté établis.
 


Sophia Aram est au Palais des Glaces avec son spectacle « Crise de foi » jusqu’au 14 avril, puis en tournée dans toute la France.



Par Karima Peyronie le Lundi 2 Avril 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.