Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Sofiia Manousha



Sofiia Manousha, c’est le nouvel atout charme du cinéma français. Une jeune femme bien dans sa peau et qui cultive une philosophie zen. Nous lui avons soutiré quelques-uns de ses secrets de beauté… naturels.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.

Au saut du lit, quel est ton premier réflexe de beauté ? 
 
Je me vaporise le visage avec une eau thermale pour hydrater et vivifier la peau. Puis un verre d’eau tiède citronné pour une hydratation de l’intérieur tout en bénéficiant de l’effet détox.

Quels produits utilises-tu ensuite sur ta peau ?

Je me lave et me démaquille avec une lotion micellaire [1] adaptée à ma peau sensible. J’hydrate mon visage avec soit un soin de chez La Prairie, soit la crème Idealia de Vichy [2]. Sur le corps, uniquement un lait Topicrem [3], un bon basique. Je n’utilise pas beaucoup de produits de beauté, je préfère le naturel.

Et sur tes cheveux ?
 
J’ai été traumatisé dans mon enfance, car ma mère me gardait les cheveux courts ne sachant pas quoi faire avec mes cheveux frisés. Alors je me suis  toujours promis de les garder longs plus tard. C’est pourquoi, aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à les couper et je les coiffe toujours pareil. Une chevelure dit beaucoup sur le caractère d’une personne au même titre qu’un maquillage ou des vêtements. Je me cache aussi derrière mes boucles, c’est pourquoi je les soigne avec des masques L’Oréal [4] ou Kérastase. Je me concocte des masques naturels à base d’huile d’argan, d’olive et de coco avec du karité et de l’avocat.

Tu n’es donc pas fan de maquillage ?
 
En effet, très peu pour moi ! Quand je suis fatiguée, j’applique une BB cream [5] pour unifier le teint et pour les grands soirs je peux sortir mon blush Lancôme [6] et mon mascara Dior. En revanche, j’ai une beauty fixette : les ongles ! Rouges, bordeaux, voire noirs, j’adore les vernis de couleurs foncées.

Dans ta ligne de conduite toujours aussi naturelle, suis-tu un régime particulier ?
 
Je suis végétarienne depuis deux ans et je privilégie les produits naturels, jamais raffinés. Des fruits et des céréales complètes dès le matin, et des légumes le soir. Beaucoup de compléments alimentaires pour remédier à d’éventuelles carences. Même si je mange sainement, je ne m’empêche pas de vivre pour autant. J’adore les cupcakes, les cheesecakes et les spécialités sucrées-salées marocaines de mes origines. D’ailleurs, à chaque fois que j’y vais, je reviens avec 4 kilos en plus !

Quand tu ne voyages pas, quelle autre activité pratiques-tu ?
 
Le yoga. J’essaye d’être zen mais ce n’est pas facile car je suis une hyperactive. Le yoga aide à me recentrer et j’apprends à mieux respirer, la base de l’équilibre. J’ai un coach trois fois par semaine, et je ne manque jamais une occasion pour initier mes proches.

Quelle est ta définition de la beauté ?

Ma mère. Une femme qui vit avec son temps, de façon naturelle, sans apparat. Elle m’a transmis cette conception de la beauté, être authentique avant tout. L’idée que pour se sentir belle, il faut surtout se sentir bien. Je tends chaque jour vers cette quête d’équilibre et d’harmonie.
 


Sofiia Manousha est à l’affiche de Le noir (te) vous va si bien, de Jacques Bral, en salles le 5 décembre 2012. 
 

Karima Peyronie le Lundi 3 Décembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.