Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Reem Kherici



De père tunisien et de mère italienne, Reem a tout du charme méditerranéen, entre spontanéité, grâce et charisme. Malgré un emploi du temps chargé d’actrice et de réalisatrice, elle prend le temps de toujours rester coquette… Voici ses quelques secrets.


Confidences de Reem Kherici

Dans votre film, vous jouez les fashionistas, êtes-vous aussi comme ça dans la vie ?

Pour moi, la mode est un art. Je sais exactement ce qui met en valeur et je privilégie une mode élégante et glamour avec un twist de rock chic pour ne pas me prendre trop au sérieux. Ma tenue de prédilection serait, par exemple, un beau polo Lacoste avec un pantalon, des bottes de motarde et de jolis bijoux, comme cette bague Cartier que j’assortis avec mes bracelets de breloques [1] de toutes les couleurs.

Menue comme vous êtes, ça ne doit pas être trop difficile de garder la ligne et la forme ?

Jusqu’à mes 30 ans, je n’avais pas de problème de ce côté. Mais depuis que j’ai passé des heures, enfermée en salle de montage, à grignoter des sucreries et des chocolats, je me suis rendu compte que j’avais pris quelques kilos. Alors, depuis, je fais attention, en évitant le pain, les féculents et le Nutella. J’ai même pris un abonnement à la salle de sport… mais je n’y vais franchement jamais !

Votre premier réflexe beauté du matin ?

Me rendormir ! À part ça, je me passe sur le visage la lotion H20 de Bioderma, avant d’appliquer le sérum Capital lumière jour et soir de Clarins [2]. Il peut m’arriver d’utiliser de l’eau de rose [3] aussi, selon les conseils de ma mère.

Quel est votre rituel sous la douche ?

Je prends des bains tous les jours et je rajoute toujours de l’huile de bain sans rinçage dedans pour avoir une peau toute douce au sortir. Mon gel douche, c’est plutôt Nuxe Rêve de Miel et, pour les cheveux, le basique Head&Shoulders, à usages fréquents. Quand je n’oublie pas, je m’applique la crème raffermissante de Clarins pour hydrater ma peau sèche ou bien l’huile tonifiante, que j’adore.

Et quelle est votre beauty fixette ?

Jamais de chaussures ouvertes si je ne mets pas de vernis sur mes ongles ! J’aime bien l’assortir à ma tenue ou bien tout simplement opter pour le chic classique d’un vernis noir cerise ou d’un vodka caviar.

Côté maquillage, quels sont vos incontournables ?

Je me fais un teint parfait avec la poudre Terracota de Guerlain [4] et j’utilise un enluminateur de teint de chez Nars pour faire ressortir le glowy des pommettes. Je me maquille pas ou peu les lèvres, pour éviter le côté « da-dame ». Une touche de crayon gras marron de Bourjois [5] et du mascara effet faux cils [6], et le tour est joué !

Aimez-vous les hammams ou les instituts de beauté ?

Après le sport, il m’arrive de faire une séance au hammam. J’aime aussi me faire masser en institut, mais plutôt de manière assez tonique, comme les massages chinois ou californiens qui dénouent toutes les tensions.

Qu’est-ce qui caractérise la beauté de la femme orientale, selon vous ?

Leur peau, leurs cheveux, leurs sourires… Et, pour certaines, il y a cette grâce hors du temps, qui les sublime.

Votre propre définition de la beauté ?

Savoir rester soi-même : heureuse, amoureuse et épanouie. Une femme belle est celle qui a du charisme et de l’allure, et ce peu importe son âge ou sa silhouette ! 


Le film Paris à tout prix, de Reem Kherici, sort en salles le 17 juillet.
 

Par Karima Peyronie le Lundi 15 Juillet 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Pédagogie

Mohammed Colin - 16/09/2019
SMS, notifications diverses et variées de Snapchat, Instagram, WhatsApp, capsules vidéo sur Facebook... Plus que jamais, nous sommes quotidiennement submergés de vérités toutes faites. Des messages souvent courts mais chargés en émotion, qui ont pour but de capter notre attention. Ces sollicitations, qui se renouvellent à une vitesse affolante, peuvent avoir des conséquences redoutables sur la consommation de l’information. Les esprits les moins structurés sont davantage perméables aux infox et aux manipulations en tous genres. Dans ce contexte, se méfier des fausses évidences en matière religieuse est une attitude indispensable pour se prémunir contre l’embrigadement de la pensée. C’est l’objectif assigné au nouveau programme « La Casa del Hikma », produit par et diffusé sur Saphirnews.com. Il faut restituer la complexité aux discours afférents au religieux. Mais surtout, il faut accompagner l’effort théologique par une pédagogie qui puisse toucher les masses, créer l’interface entre les intellectuels de l’islam et les jeunes musulmans en quête de sens. Car il est nécessaire que ces deux mondes aujourd’hui totalement parallèles puissent se rencontrer et se nourrir l’un de l’autre. Ainsi, nous pourrons battre en brèche les préjugés qui obscurcissent la compréhension des textes. L’islamologue Michaël Privot souligne, à juste titre, les sacrifices réalisés par de nombreux musulmans au nom d’une certaine compréhension de l’islam aux coûts humains, psychologiques et sociales faramineux. Quel gâchis !