Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Reem Kherici



De père tunisien et de mère italienne, Reem a tout du charme méditerranéen, entre spontanéité, grâce et charisme. Malgré un emploi du temps chargé d’actrice et de réalisatrice, elle prend le temps de toujours rester coquette… Voici ses quelques secrets.


Confidences de Reem Kherici

Dans votre film, vous jouez les fashionistas, êtes-vous aussi comme ça dans la vie ?

Pour moi, la mode est un art. Je sais exactement ce qui met en valeur et je privilégie une mode élégante et glamour avec un twist de rock chic pour ne pas me prendre trop au sérieux. Ma tenue de prédilection serait, par exemple, un beau polo Lacoste avec un pantalon, des bottes de motarde et de jolis bijoux, comme cette bague Cartier que j’assortis avec mes bracelets de breloques [1] de toutes les couleurs.

Menue comme vous êtes, ça ne doit pas être trop difficile de garder la ligne et la forme ?

Jusqu’à mes 30 ans, je n’avais pas de problème de ce côté. Mais depuis que j’ai passé des heures, enfermée en salle de montage, à grignoter des sucreries et des chocolats, je me suis rendu compte que j’avais pris quelques kilos. Alors, depuis, je fais attention, en évitant le pain, les féculents et le Nutella. J’ai même pris un abonnement à la salle de sport… mais je n’y vais franchement jamais !

Votre premier réflexe beauté du matin ?

Me rendormir ! À part ça, je me passe sur le visage la lotion H20 de Bioderma, avant d’appliquer le sérum Capital lumière jour et soir de Clarins [2]. Il peut m’arriver d’utiliser de l’eau de rose [3] aussi, selon les conseils de ma mère.

Quel est votre rituel sous la douche ?

Je prends des bains tous les jours et je rajoute toujours de l’huile de bain sans rinçage dedans pour avoir une peau toute douce au sortir. Mon gel douche, c’est plutôt Nuxe Rêve de Miel et, pour les cheveux, le basique Head&Shoulders, à usages fréquents. Quand je n’oublie pas, je m’applique la crème raffermissante de Clarins pour hydrater ma peau sèche ou bien l’huile tonifiante, que j’adore.

Et quelle est votre beauty fixette ?

Jamais de chaussures ouvertes si je ne mets pas de vernis sur mes ongles ! J’aime bien l’assortir à ma tenue ou bien tout simplement opter pour le chic classique d’un vernis noir cerise ou d’un vodka caviar.

Côté maquillage, quels sont vos incontournables ?

Je me fais un teint parfait avec la poudre Terracota de Guerlain [4] et j’utilise un enluminateur de teint de chez Nars pour faire ressortir le glowy des pommettes. Je me maquille pas ou peu les lèvres, pour éviter le côté « da-dame ». Une touche de crayon gras marron de Bourjois [5] et du mascara effet faux cils [6], et le tour est joué !

Aimez-vous les hammams ou les instituts de beauté ?

Après le sport, il m’arrive de faire une séance au hammam. J’aime aussi me faire masser en institut, mais plutôt de manière assez tonique, comme les massages chinois ou californiens qui dénouent toutes les tensions.

Qu’est-ce qui caractérise la beauté de la femme orientale, selon vous ?

Leur peau, leurs cheveux, leurs sourires… Et, pour certaines, il y a cette grâce hors du temps, qui les sublime.

Votre propre définition de la beauté ?

Savoir rester soi-même : heureuse, amoureuse et épanouie. Une femme belle est celle qui a du charisme et de l’allure, et ce peu importe son âge ou sa silhouette ! 


Le film Paris à tout prix, de Reem Kherici, sort en salles le 17 juillet.
 

Par Karima Peyronie le Lundi 15 Juillet 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.