Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nawell Madani



Survoltée, talentueuse, jolie… les superlatifs pleuvent sur Nawell Madani, la nouvelle recrue du Jamel Comedy Club. La belle brune qui nous ravit avec son humour féministe et féminin nous donne ses quelques leçons de charme.


© Steven Wells
© Steven Wells

Sur scène, vous êtes une vraie pile électrique. Comment faites-vous pour avoir la forme ?

À l’origine, je suis une danseuse chorégraphe, j’ai toujours été sportive. Trois fois par semaine, je cours 45 minutes, pour travailler mon souffle, indispensable
sur scène. Je fais des montées, des descentes comme Rocky. Je continue la danse aussi, idéale pour l’évasion, le lâcher-prise et le plaisir.

Et c’est ainsi que vous affichez une ligne aussi parfaite : mince et pulpeuse à la fois ?

Je ne fais pas de régime, car, à chaque fois que j’ai essayé, j’ai plutôt perdu des cheveux ! Comme je suis gourmande, je fais attention, en arrêtant de manger après 19 heures. J’ai aussi de bons réflexes : pas de Coca, ni de pain, ni de McDo… Autre chose aussi, j’adore courir à jeûn pour attaquer directement dans les réserves… imparable !

De vos origines algériennes, quel rituel de beauté perpétuez-vous ? 

Je me fais un bon gommage au gant kessa (de crin) et au savon noir [1] au hammam, chaque semaine. J’applique aussi un masque capillaire à l’huile d’olive.
Mais, attention, je ne le fais pas poser toute la nuit, il n’y a pas pire comme tue-l’amour !

Quels sont vos autres secrets pour avoir une aussi brillante chevelure ?

Je ne peux pas me passer de ma coiffeuse deux fois par semaine pour les soins, la mise en pli et le brushing.

Vous vous amusez aussi sur scène à travers votre maquillage…
 
Ce n’est pas parce que je fais rire que je dois débarquer sur scène, négligée, en jean et en tee-shirt. Au contraire, une humoriste doit redoubler d’efforts pour rester féminine. J’adopte des gestes et produits de pro, comme MAC pour les fards à paupières et les fonds de teint. Je me dessine toujours un trait d’eye-liner [2] épais pour le côté pin-up. On m’a dit un jour que j’étais la Betty Boop du Maghreb, j’adore !

Vous êtes sur une île déserte, quels produits emportez-vous avec vous ?

Mon parfum Black Orchid de Tom Ford [3], la poudre Terracotta de Guerlain [4] et une crème du visage de Dior [5].

L’hiver s’installe, comment protégez-vous votre peau des agressions ?

Je m’enduis en couches épaisses des crèmes fondantes de chez The Body Shop [6], senteur mangue ou coco. Sur le visage, je suis une fan d’Helena Rubinstein et de Clinique.

Qu’est-ce qui vous rend rayonnante de bonheur au quotidien ?

D’abord, une hygiène de vie irréprochable, héritée de ma mère, qui consiste à dormir beaucoup et à ne pas fumer, ni boire d’alcool. Et puis je pense qu’être une femme épanouie, ça se lit sur le visage : aimer ce qu’on fait et être aimé !


En plus de briller tous les week-ends au mythique Jamel Comedy Club, Nawell Madani se fait une place sur le petit écran ! Depuis la rentrée, elle anime « MTV Shake Ton Booty », sur MTV et MTV Base, une émission qui met en avant la nouvelle scène hip-hop et RnB.


Par Karima Peyronie le Mercredi 2 Novembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.