Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nawel



Son grain de voix feutré fait voyager vers les rives chaudes de la Tunisie, le pays de son enfance. Nawel porte son métissage avec grâce et d’une beauté insaisissable, comme sa musique…


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Vous êtes française par votre mère et tunisienne par votre père, comment avez-vous vécu vos origines ? 
 
En Tunisie, on me prend pour une Slave. Je ne ressemble pas à mes parents, je n’ai d’ailleurs pas les mêmes gestes beauté que ma mère, très brune. Je m’identifie davantage à ma grand-mère qui est berbère.
 


Qu’avez-vous repris de l’identité berbère ?

Je collectionne les bijoux berbères [1], les bracelets, les boucles d’oreille, aux formes arrondies, épais, avec des pierres incrustées ou des motifs calligraphiés. Des coups de coeur que j’achète souvent en Tunisie.
 


Quelle garde-robe accordez-vous à ces bijoux ?
 
Sur scène, c’est la simplicité de robes fluides ou des tissus près du corps, turquoise, rouges ou verts. À la ville, je suis une hyperactive, alors j’ai besoin de confort, avec un jean et une veste en cuir.
 


Êtes-vous une « make-up addict » ?
 
Je commence par un soin de jour teinté et un mascara de Nivea [2]. Pour les yeux, j’applique le khôl en poudre : je ferme les yeux, je fais glisser le bâton sous  toute la paupière, et j’attends quelques secondes avant de rouvrir les yeux pour laisser adhérer les pigments. Je termine par une touche de fards à paupières bronze et un rouge de chez Miss Helen [3].
 

Quel est votre geste de beauté par excellence ?
 
Je suis une vraie vernista, surtout sur les pieds : noir, rouge, rose, vert… pourvu que ça soit flashy et que ça mette de bonne humeur ! [4]
 

Quels sont vos produits préférés pour le corps et le visage ?
 
J’ai une peau sensible, alors j’utilise toujours une crème anti-rougeur sur le visage. Pour le corps, j’utilise un gel douche à base d’huile d’argan [5] pour hydrater. L’huile prodigieuse de Nuxe est aussi très addictive mais elle finit toujours trop vite !
 

Comment entretenez-vous vos cheveux ?
 
Ils sont fins et bouclés, héritage de mes origines. J’utilise le shampoing Volume Elsève au collagène pour décoller les racines, puis le zeste démêlant au jasmin du Petit Marseillais [6]. Je me fais des masques capillaires d’huile aux amandes, que j’apporte de Tunisie pour les pointes sèches. 
 

Que faites-vous pour garder la ligne ?
 
Je me nourris de produits frais plutôt que surgelés : des légumes revenus à l’huile d’olive ou la fameuse raja tunisienne, à base de sauce tomate et d’oeufs, que j’adore. Côté sport, j’ai découvert le yoga ashtanga qui fait travailler ma souplesse et l’endurance.
 

Qu’est-ce qu’une femme belle, selon vous ?
 
C’est une femme charismatique, qui s’assume, et sait composer au mieux avec ce qu’elle est. Elle connaît ses atouts et ses défauts. Je pense, par exemple, à Ronit Elkabetz pour sa belle liberté d’esprit ou à Laetitia Casta pour sa beauté naturelle venue de Méditerranée.

 


Ancien membre du groupe  d’électro-world Orange Blossom, Nawel prépare son album solo et est en concert en France et en Tunisie tout l’été. www.nawelmusic.com
 



Par Karima Peyronie le Lundi 16 Juillet 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.