Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nawel



Son grain de voix feutré fait voyager vers les rives chaudes de la Tunisie, le pays de son enfance. Nawel porte son métissage avec grâce et d’une beauté insaisissable, comme sa musique…


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Vous êtes française par votre mère et tunisienne par votre père, comment avez-vous vécu vos origines ? 
 
En Tunisie, on me prend pour une Slave. Je ne ressemble pas à mes parents, je n’ai d’ailleurs pas les mêmes gestes beauté que ma mère, très brune. Je m’identifie davantage à ma grand-mère qui est berbère.
 


Qu’avez-vous repris de l’identité berbère ?

Je collectionne les bijoux berbères [1], les bracelets, les boucles d’oreille, aux formes arrondies, épais, avec des pierres incrustées ou des motifs calligraphiés. Des coups de coeur que j’achète souvent en Tunisie.
 


Quelle garde-robe accordez-vous à ces bijoux ?
 
Sur scène, c’est la simplicité de robes fluides ou des tissus près du corps, turquoise, rouges ou verts. À la ville, je suis une hyperactive, alors j’ai besoin de confort, avec un jean et une veste en cuir.
 


Êtes-vous une « make-up addict » ?
 
Je commence par un soin de jour teinté et un mascara de Nivea [2]. Pour les yeux, j’applique le khôl en poudre : je ferme les yeux, je fais glisser le bâton sous  toute la paupière, et j’attends quelques secondes avant de rouvrir les yeux pour laisser adhérer les pigments. Je termine par une touche de fards à paupières bronze et un rouge de chez Miss Helen [3].
 

Quel est votre geste de beauté par excellence ?
 
Je suis une vraie vernista, surtout sur les pieds : noir, rouge, rose, vert… pourvu que ça soit flashy et que ça mette de bonne humeur ! [4]
 

Quels sont vos produits préférés pour le corps et le visage ?
 
J’ai une peau sensible, alors j’utilise toujours une crème anti-rougeur sur le visage. Pour le corps, j’utilise un gel douche à base d’huile d’argan [5] pour hydrater. L’huile prodigieuse de Nuxe est aussi très addictive mais elle finit toujours trop vite !
 

Comment entretenez-vous vos cheveux ?
 
Ils sont fins et bouclés, héritage de mes origines. J’utilise le shampoing Volume Elsève au collagène pour décoller les racines, puis le zeste démêlant au jasmin du Petit Marseillais [6]. Je me fais des masques capillaires d’huile aux amandes, que j’apporte de Tunisie pour les pointes sèches. 
 

Que faites-vous pour garder la ligne ?
 
Je me nourris de produits frais plutôt que surgelés : des légumes revenus à l’huile d’olive ou la fameuse raja tunisienne, à base de sauce tomate et d’oeufs, que j’adore. Côté sport, j’ai découvert le yoga ashtanga qui fait travailler ma souplesse et l’endurance.
 

Qu’est-ce qu’une femme belle, selon vous ?
 
C’est une femme charismatique, qui s’assume, et sait composer au mieux avec ce qu’elle est. Elle connaît ses atouts et ses défauts. Je pense, par exemple, à Ronit Elkabetz pour sa belle liberté d’esprit ou à Laetitia Casta pour sa beauté naturelle venue de Méditerranée.

 


Ancien membre du groupe  d’électro-world Orange Blossom, Nawel prépare son album solo et est en concert en France et en Tunisie tout l’été. www.nawelmusic.com
 



Par Karima Peyronie le Lundi 16 Juillet 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.