Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Natacha Atlas



Natacha Atlas a glamourisé la musique orientale par son métissage et sa sensualité. La diva anglo-égyptienne revient sur le devant de la scène avec un nouvel album Mounqaliba. Elle nous dévoile ses secrets de beauté pour faire tourner les têtes.


© Hege Saebjornsen
© Hege Saebjornsen

Le temps ne semble pas avoir de prise sur vous. Quelle est votre routine de beauté pour le visage ?

Comme je me maquille beaucoup sur scène, il est indispensable de me démaquiller efficacement sans irriter la peau. J’utilise alors la marque anglaise Eve Lom et sa crème démaquillante [1], enrichie aux herbes : elle laisse un doux parfum et une peau nette. Je continue le démaquillage avec une lotion tonique rafraîchissante telle que l'eau florale de Sanaflore [2]. Il m’arrive de terminer le rituel avec la Crème de la mer [3], chère mais divine.

Vous avez été danseuse du ventre à vos débuts. Quels sont aujourd'hui vos conseils pour prendre soin de votre corps ?

Je le chouchoute avec des massages hydratants en utilisant un soin pour le corps au baobab [4], l’odeur est enivrante et me fait rappeler la senteur oud,  typiquement orientale. Quand je n’ai plus de lait, j’aime me concocter moi-même mon propre soin, en ajoutant quelques gouttes d’huile essentielle de géranium  à de l'huile d’amande douce, parfait pour une huile de massage à moindre coût !

Vous avez été l'une des premières chanteuses à avoir démocratisé le maquillage khalidji sur scène. Comment ne pas rater ce maquillage typiquement arabe ?

Tout le secret réside en un bon khôl que j’importe d’Arabie Saoudite. Il m’arrive aussi d’utiliser le crayon eye-liner Smolder de MAC [5], très résistant, qui tient jusqu’au bout de la nuit. Je suis aussi fan des palettes smokey-eye de Sephora [6]

Que représente pour vous la beauté arabe ? 

Toute sa sensualité réside autour d’un regard dessiné et charbonneux, des pommettes hautes et rosées et un sourire charmeur. Pour ma part, je me sens vraiment bien quand la journée commence par un joli rayon de soleil et que plane autour de moi un sentiment de plénitude. Le bonheur suffit à me rendre belle, finalement la beauté n'a pas besoin de grand artifice !



La reine de la world music revient à ses premières amours avec son 8e album Mounqaliba (traduit par « Le monde à l'envers »), paru chez World Village/Harmonia Mundi. Des textes poétiques en arabe classique et une part belle à une orchestration traditionnelle telle que le ney, l'accordéon ou encore le piano. Natacha Atlas a su mieux que personne exporter la musique arabe en Occident par le biais de reprises célèbres comme Mon amie la rose ou encore l'enivrante version de I Put a Spell on You.


Par Karima Peyronie le Lundi 3 Octobre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.