Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nadia Roz



Nadia Roz fait rire, sans perdre de son charme et de sa candeur. Dans son spectacle « Le one roz show », elle nous fait voir la vie en rose : de petites touches piquantes dans un écrin de velours.



Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.

Au saut du lit, quel est ton premier geste de beauté ?
 
Je nettoie mon visage à l’eau de rose [1] pour l’hydrater sans l’agresser, c’est une petite astuce que l’on se transmet de mère en fille. L’eau de rose me sert aussi de démaquillant, c’est frais et naturel.


Tu es plutôt du genre beauté naturelle ? 
 
Oui, assez. Je n’utilise que des produits de base, sans trop d’artifices. Ma crème de jour n’est autre que la crème basique Nivea et j’utilise des lingettes pour le démaquillage [2]. Jusqu’à encore il y a peu de temps, je ne savais même pas me maquiller. Ma mère a une peau superbe en n’utilisant que du savon Dove.

Sur tes cheveux aussi tu mises sur le naturel ?
 
Je ne les ai jamais colorés ni fait de lissage. Chaque semaine, je me fais un masque d’huile d’olive sur mes longueurs et pointes, puis je les lave avec un simple shampoing Elsève. En vacances, je badigeonne ma chevelure d’Aloe Vera bio [3] après un bain de soleil pour les réhydrater en profondeur.

Tu montes sur scène presque tous les soirs, comment t’y prépares-tu moralement ?
 
Je viens toujours très tôt au théâtre, au moins deux heures à l’avance pour… faire le ménage de fond en comble dans ma loge ! J’apporte mes propres produits, et j’astique la table, passe le balai, nettoie les vitres au vinaigre blanc. C’est mon rituel pour faire le vide dans ma tête, comme si je remettais tous les compteurs à zéro, faire place nette pour retrouver un terrain vierge. Ça me rassure. 

Et quelle est ta préparation physique ? 
 
Un rituel de maquillage d’environ 30 minutes, appris auprès d’une maquilleuse professionnelle. Je commence par appliquer un fond de teint Bourjois, puis la touche éclat d’Yves Saint Laurent [4]. Une première couche de mascara, et je colorie la paupière au khôl noir, que j’estompe avec un aplat de fard à paupière rose. J’applique un trait d’eye-liner à paillettes puis je termine avec une deuxième couche de mascara.

Beaucoup de rose dans ta façon de te maquiller et de t’habiller sur scène, c’est ta marque de fabrique…
 
Mon humour est noir, mais mon emballage est rose pour mieux faire passer les choses… Dans la vraie vie, je suis d’un tempérament assez gai, j’aime la couleur, même dans ma façon de m’habiller. J’adore, par exemple, les bijoux fantaisie tendance gourmande [5]. Je suis fan aussi de montres colorées aux accents pop.


Et quelle serait ta beauty fixette ?
 
Je ne me sépare jamais d’eau minérale [6]. J’en ai dans chacune de mes pièces chez moi et dès que j’y pense, hop, un petit coup de spray sur mon visage. C’est rafraîchissant, apaisant et hydratant. Il n’y a pas mieux pour avoir une peau fraîche et rebondie !


Quel est ton modèle de beauté ?
 
Ma mère avec sa belle bouche dessinée et sa peau très blanche est magnifique. Tout comme ma grand-mère qui garde une superbe peau et des cheveux longs jusqu’en bas des reins. Pour les femmes connues, j’aime les beautés rétro d’une Fairuz ou d’une Dalida, ces féminités exaltées et attachantes.



Nadia Roz joue dès le 19 septembre, du mercredi au dimanche, au théâtre du Temple (Paris).
www.nadiaroz.com


Par Karima Peyronie le Samedi 15 Septembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.