Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nadia Roz



Nadia Roz fait rire, sans perdre de son charme et de sa candeur. Dans son spectacle « Le one roz show », elle nous fait voir la vie en rose : de petites touches piquantes dans un écrin de velours.



Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.

Au saut du lit, quel est ton premier geste de beauté ?
 
Je nettoie mon visage à l’eau de rose [1] pour l’hydrater sans l’agresser, c’est une petite astuce que l’on se transmet de mère en fille. L’eau de rose me sert aussi de démaquillant, c’est frais et naturel.


Tu es plutôt du genre beauté naturelle ? 
 
Oui, assez. Je n’utilise que des produits de base, sans trop d’artifices. Ma crème de jour n’est autre que la crème basique Nivea et j’utilise des lingettes pour le démaquillage [2]. Jusqu’à encore il y a peu de temps, je ne savais même pas me maquiller. Ma mère a une peau superbe en n’utilisant que du savon Dove.

Sur tes cheveux aussi tu mises sur le naturel ?
 
Je ne les ai jamais colorés ni fait de lissage. Chaque semaine, je me fais un masque d’huile d’olive sur mes longueurs et pointes, puis je les lave avec un simple shampoing Elsève. En vacances, je badigeonne ma chevelure d’Aloe Vera bio [3] après un bain de soleil pour les réhydrater en profondeur.

Tu montes sur scène presque tous les soirs, comment t’y prépares-tu moralement ?
 
Je viens toujours très tôt au théâtre, au moins deux heures à l’avance pour… faire le ménage de fond en comble dans ma loge ! J’apporte mes propres produits, et j’astique la table, passe le balai, nettoie les vitres au vinaigre blanc. C’est mon rituel pour faire le vide dans ma tête, comme si je remettais tous les compteurs à zéro, faire place nette pour retrouver un terrain vierge. Ça me rassure. 

Et quelle est ta préparation physique ? 
 
Un rituel de maquillage d’environ 30 minutes, appris auprès d’une maquilleuse professionnelle. Je commence par appliquer un fond de teint Bourjois, puis la touche éclat d’Yves Saint Laurent [4]. Une première couche de mascara, et je colorie la paupière au khôl noir, que j’estompe avec un aplat de fard à paupière rose. J’applique un trait d’eye-liner à paillettes puis je termine avec une deuxième couche de mascara.

Beaucoup de rose dans ta façon de te maquiller et de t’habiller sur scène, c’est ta marque de fabrique…
 
Mon humour est noir, mais mon emballage est rose pour mieux faire passer les choses… Dans la vraie vie, je suis d’un tempérament assez gai, j’aime la couleur, même dans ma façon de m’habiller. J’adore, par exemple, les bijoux fantaisie tendance gourmande [5]. Je suis fan aussi de montres colorées aux accents pop.


Et quelle serait ta beauty fixette ?
 
Je ne me sépare jamais d’eau minérale [6]. J’en ai dans chacune de mes pièces chez moi et dès que j’y pense, hop, un petit coup de spray sur mon visage. C’est rafraîchissant, apaisant et hydratant. Il n’y a pas mieux pour avoir une peau fraîche et rebondie !


Quel est ton modèle de beauté ?
 
Ma mère avec sa belle bouche dessinée et sa peau très blanche est magnifique. Tout comme ma grand-mère qui garde une superbe peau et des cheveux longs jusqu’en bas des reins. Pour les femmes connues, j’aime les beautés rétro d’une Fairuz ou d’une Dalida, ces féminités exaltées et attachantes.



Nadia Roz joue dès le 19 septembre, du mercredi au dimanche, au théâtre du Temple (Paris).
www.nadiaroz.com


Par Karima Peyronie le Samedi 15 Septembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.