Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Nadia Roz



Nadia Roz fait rire, sans perdre de son charme et de sa candeur. Dans son spectacle « Le one roz show », elle nous fait voir la vie en rose : de petites touches piquantes dans un écrin de velours.



Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.

Au saut du lit, quel est ton premier geste de beauté ?
 
Je nettoie mon visage à l’eau de rose [1] pour l’hydrater sans l’agresser, c’est une petite astuce que l’on se transmet de mère en fille. L’eau de rose me sert aussi de démaquillant, c’est frais et naturel.


Tu es plutôt du genre beauté naturelle ? 
 
Oui, assez. Je n’utilise que des produits de base, sans trop d’artifices. Ma crème de jour n’est autre que la crème basique Nivea et j’utilise des lingettes pour le démaquillage [2]. Jusqu’à encore il y a peu de temps, je ne savais même pas me maquiller. Ma mère a une peau superbe en n’utilisant que du savon Dove.

Sur tes cheveux aussi tu mises sur le naturel ?
 
Je ne les ai jamais colorés ni fait de lissage. Chaque semaine, je me fais un masque d’huile d’olive sur mes longueurs et pointes, puis je les lave avec un simple shampoing Elsève. En vacances, je badigeonne ma chevelure d’Aloe Vera bio [3] après un bain de soleil pour les réhydrater en profondeur.

Tu montes sur scène presque tous les soirs, comment t’y prépares-tu moralement ?
 
Je viens toujours très tôt au théâtre, au moins deux heures à l’avance pour… faire le ménage de fond en comble dans ma loge ! J’apporte mes propres produits, et j’astique la table, passe le balai, nettoie les vitres au vinaigre blanc. C’est mon rituel pour faire le vide dans ma tête, comme si je remettais tous les compteurs à zéro, faire place nette pour retrouver un terrain vierge. Ça me rassure. 

Et quelle est ta préparation physique ? 
 
Un rituel de maquillage d’environ 30 minutes, appris auprès d’une maquilleuse professionnelle. Je commence par appliquer un fond de teint Bourjois, puis la touche éclat d’Yves Saint Laurent [4]. Une première couche de mascara, et je colorie la paupière au khôl noir, que j’estompe avec un aplat de fard à paupière rose. J’applique un trait d’eye-liner à paillettes puis je termine avec une deuxième couche de mascara.

Beaucoup de rose dans ta façon de te maquiller et de t’habiller sur scène, c’est ta marque de fabrique…
 
Mon humour est noir, mais mon emballage est rose pour mieux faire passer les choses… Dans la vraie vie, je suis d’un tempérament assez gai, j’aime la couleur, même dans ma façon de m’habiller. J’adore, par exemple, les bijoux fantaisie tendance gourmande [5]. Je suis fan aussi de montres colorées aux accents pop.


Et quelle serait ta beauty fixette ?
 
Je ne me sépare jamais d’eau minérale [6]. J’en ai dans chacune de mes pièces chez moi et dès que j’y pense, hop, un petit coup de spray sur mon visage. C’est rafraîchissant, apaisant et hydratant. Il n’y a pas mieux pour avoir une peau fraîche et rebondie !


Quel est ton modèle de beauté ?
 
Ma mère avec sa belle bouche dessinée et sa peau très blanche est magnifique. Tout comme ma grand-mère qui garde une superbe peau et des cheveux longs jusqu’en bas des reins. Pour les femmes connues, j’aime les beautés rétro d’une Fairuz ou d’une Dalida, ces féminités exaltées et attachantes.



Nadia Roz joue dès le 19 septembre, du mercredi au dimanche, au théâtre du Temple (Paris).
www.nadiaroz.com


Par Karima Peyronie le Samedi 15 Septembre 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.