Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Malya Saadi



Forte et sensible, Malya Saadi, la chanteuse de chaabi, est une belle âme qui vous touche. Une voix envoûtante, une douceur d’esprit…, elle nous livre quelques-uns de ses secrets de beauté.


Confidences de Malya Saadi

Votre premier geste beauté du matin ?

Je saute sous la douche ! Avec ma peau très sèche, j’utilise plutôt des gels de douche sans savon ou des textures émollientes comme le Dove [1]. Il m’arrive aussi de craquer de temps en temps pour le Roger & Gallet, à la fleur d’Osmanthus [2]. Mmmh, il sent tellement bon ! 

Quels sont vos autres petits plaisirs de beauté pour votre visage et votre corps ?

Je me suis récemment mise à la BB Crème Idealia de Vichy [3], mais sans grande conviction. Pour le corps, je reste assez classique avec un lait hydratant de Sephora. Mon vrai luxe reste quand j’utilise le lait assorti à mon parfum pour les occasions. Il y a le J’adore ou l’Hypnotic Poison de Dior, selon mon humeur.

Votre « craquage beauté » par excellence ?

Les huiles parfumées d’été ! Je suis une inconditionnelle de l’huile Nuxe prodigieuse pailletée [4], qui fait briller la peau et sublime le satiné du hâle. C’est mon huile miracle aussi quand l’été me manque, elle fleure bon les vacances.

Et sur vos cheveux, quels sont vos produits fétiches ?

Pendant longtemps, j’ai eu les cheveux très longs donc j’ai toujours pris soin d’utiliser des masques. J’utilise les produits Fekkai, très hydratants et adaptés à mes cheveux secs et volumineux quand je les garde bouclés. Sinon, direction la coiffeuse pour un bon brushing !

Vous êtes une vraie beautysta, alors l’êtes-vous jusqu’à dans votre trousse de maquillage ?

Oui, je prends un vrai plaisir à me maquiller. Avant de monter sur scène, c’est même mon exutoire, le geste qui m’apaise. Je peins beaucoup, et je retrouve la même sensation que devant une de mes toiles. Quand j’étais petite, je me souviens lorsque j’admirais pendant des heures ma mère et mes tantes se maquiller avant une fête. Un merveilleux ballet !

Comment vous maquillez-vous ?

J’aime les couleurs chaudes et soutenues le soir, surtout sur les yeux ; pour cela, j’utilise les fards à paupières de Lancôme [5]. Je souligne mon regard avec un crayon khôl Bourjois, la texture est fondante et durable, idéal sur scène. Côté lèvres, je peux aussi bien porter un vrai rouge mat Chanel qu’un rose fondant et brillant d’Agnès B, décoté chez Monoprix.

Quel est le parfait rituel de beauté hérité des femmes de votre famille ?

Je me passe du citron sur le visage régulièrement, parfait pour le teint mais aussi pour soigner et assainir les petites imperfections. Ma mère et ma grand-mère me préparent aussi toujours leurs cires maison, quand je suis avec elle. Et puis, bien sûr, quand je pense au secret de beauté des femmes algériennes, il y a le hammam, si mythique et spirituel.

À votre tour, que transmettez-vous à votre fille ?

Nous avons notre petit rituel du week-end : on se prépare des masques de beauté de recettes naturelles [6], à base de yaourt, de miel, de concombre… Un moment girly et convivial entre mère et fille.

Quelle est votre définition de la beauté ?

Ma mère ! Une vraie beauté orientale avec de très longs cheveux noirs, une fine silhouette, un joli sourire… Je pense que la beauté est un état d’esprit. Il suffit juste de se trouver belle, de prendre le temps de prendre soin de soi… Se faire du bien pour encore mieux rayonner !


L’album Ya Bhar et les dates de concert de Malya Saadi sur www.malya.fr
 

Par Karima Peyronie le Lundi 10 Juin 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.