Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Malya Saadi



Forte et sensible, Malya Saadi, la chanteuse de chaabi, est une belle âme qui vous touche. Une voix envoûtante, une douceur d’esprit…, elle nous livre quelques-uns de ses secrets de beauté.


Confidences de Malya Saadi

Votre premier geste beauté du matin ?

Je saute sous la douche ! Avec ma peau très sèche, j’utilise plutôt des gels de douche sans savon ou des textures émollientes comme le Dove [1]. Il m’arrive aussi de craquer de temps en temps pour le Roger & Gallet, à la fleur d’Osmanthus [2]. Mmmh, il sent tellement bon ! 

Quels sont vos autres petits plaisirs de beauté pour votre visage et votre corps ?

Je me suis récemment mise à la BB Crème Idealia de Vichy [3], mais sans grande conviction. Pour le corps, je reste assez classique avec un lait hydratant de Sephora. Mon vrai luxe reste quand j’utilise le lait assorti à mon parfum pour les occasions. Il y a le J’adore ou l’Hypnotic Poison de Dior, selon mon humeur.

Votre « craquage beauté » par excellence ?

Les huiles parfumées d’été ! Je suis une inconditionnelle de l’huile Nuxe prodigieuse pailletée [4], qui fait briller la peau et sublime le satiné du hâle. C’est mon huile miracle aussi quand l’été me manque, elle fleure bon les vacances.

Et sur vos cheveux, quels sont vos produits fétiches ?

Pendant longtemps, j’ai eu les cheveux très longs donc j’ai toujours pris soin d’utiliser des masques. J’utilise les produits Fekkai, très hydratants et adaptés à mes cheveux secs et volumineux quand je les garde bouclés. Sinon, direction la coiffeuse pour un bon brushing !

Vous êtes une vraie beautysta, alors l’êtes-vous jusqu’à dans votre trousse de maquillage ?

Oui, je prends un vrai plaisir à me maquiller. Avant de monter sur scène, c’est même mon exutoire, le geste qui m’apaise. Je peins beaucoup, et je retrouve la même sensation que devant une de mes toiles. Quand j’étais petite, je me souviens lorsque j’admirais pendant des heures ma mère et mes tantes se maquiller avant une fête. Un merveilleux ballet !

Comment vous maquillez-vous ?

J’aime les couleurs chaudes et soutenues le soir, surtout sur les yeux ; pour cela, j’utilise les fards à paupières de Lancôme [5]. Je souligne mon regard avec un crayon khôl Bourjois, la texture est fondante et durable, idéal sur scène. Côté lèvres, je peux aussi bien porter un vrai rouge mat Chanel qu’un rose fondant et brillant d’Agnès B, décoté chez Monoprix.

Quel est le parfait rituel de beauté hérité des femmes de votre famille ?

Je me passe du citron sur le visage régulièrement, parfait pour le teint mais aussi pour soigner et assainir les petites imperfections. Ma mère et ma grand-mère me préparent aussi toujours leurs cires maison, quand je suis avec elle. Et puis, bien sûr, quand je pense au secret de beauté des femmes algériennes, il y a le hammam, si mythique et spirituel.

À votre tour, que transmettez-vous à votre fille ?

Nous avons notre petit rituel du week-end : on se prépare des masques de beauté de recettes naturelles [6], à base de yaourt, de miel, de concombre… Un moment girly et convivial entre mère et fille.

Quelle est votre définition de la beauté ?

Ma mère ! Une vraie beauté orientale avec de très longs cheveux noirs, une fine silhouette, un joli sourire… Je pense que la beauté est un état d’esprit. Il suffit juste de se trouver belle, de prendre le temps de prendre soin de soi… Se faire du bien pour encore mieux rayonner !


L’album Ya Bhar et les dates de concert de Malya Saadi sur www.malya.fr
 

Par Karima Peyronie le Lundi 10 Juin 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Le temps de la justice

Mohammed Colin - 18/11/2021
Par un hasard du calendrier, les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 ont coïncidé avec le début du procès hors norme des attaques du 13 novembre 2015. Deux traumatismes provoqués par la même idéologie mortifère, le jihadisme, mais qui font appel à deux visions différentes pour répandre la justice. Si les profils et les modes d’actions changent avec le temps, le terrorisme islamiste s’inscrit dans le temps long en mettant au défi l’État de droit de nos sociétés. Chaque attentat coche à deux objectifs simultanés tels le fameux effet « kiss-cool ». Outre le fait de semer l’effroi auprès des populations conformément à la nature intrinsèque du terrorisme, le but est aussi de prendre en défaut nos systèmes démocratiques en les conduisant à renier leurs valeurs. La suspicion généralisée, la production de lois et de tribunaux d’exception sont des dommages qui font partie intégrante de leur stratégie. Le second effet serait donc une sorte de pousse à la faute qui soutiendrait l’idée que notre système démocratique n’est pas si vertueux qu’il n’y parait. C’est dans ce sens que la réponse va-t-en-guerre de Bush au Moyen-Orient après le 11-Septembre et son incapacité à traduire, 20 ans après, les inculpés devant un tribunal digne des standards de justice d’un État démocratique constituent de graves erreurs qui profitent aux jihadistes. En France, six ans après l’horreur du 13-Novembre, c’est une autre approche qui nous guide. Celle de la justice encadrée par notre État de droit. Face au déchaînement de violence qui a fait 131 morts, nous répondons par neuf mois d’un procès historique minutieusement préparé dans lequel sont jugés 20 accusés. Il représente une étape importante dans le processus de résilience des victimes directes mais aussi pour la communauté nationale. La captation vidéo entière du procès constituera un matériau d’importance pour la postérité. Une leçon pour les futures générations que le respect de l’Etat de droit doit demeurer notre boussole.