Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Malya Saadi



Forte et sensible, Malya Saadi, la chanteuse de chaabi, est une belle âme qui vous touche. Une voix envoûtante, une douceur d’esprit…, elle nous livre quelques-uns de ses secrets de beauté.


Confidences de Malya Saadi

Votre premier geste beauté du matin ?

Je saute sous la douche ! Avec ma peau très sèche, j’utilise plutôt des gels de douche sans savon ou des textures émollientes comme le Dove [1]. Il m’arrive aussi de craquer de temps en temps pour le Roger & Gallet, à la fleur d’Osmanthus [2]. Mmmh, il sent tellement bon ! 

Quels sont vos autres petits plaisirs de beauté pour votre visage et votre corps ?

Je me suis récemment mise à la BB Crème Idealia de Vichy [3], mais sans grande conviction. Pour le corps, je reste assez classique avec un lait hydratant de Sephora. Mon vrai luxe reste quand j’utilise le lait assorti à mon parfum pour les occasions. Il y a le J’adore ou l’Hypnotic Poison de Dior, selon mon humeur.

Votre « craquage beauté » par excellence ?

Les huiles parfumées d’été ! Je suis une inconditionnelle de l’huile Nuxe prodigieuse pailletée [4], qui fait briller la peau et sublime le satiné du hâle. C’est mon huile miracle aussi quand l’été me manque, elle fleure bon les vacances.

Et sur vos cheveux, quels sont vos produits fétiches ?

Pendant longtemps, j’ai eu les cheveux très longs donc j’ai toujours pris soin d’utiliser des masques. J’utilise les produits Fekkai, très hydratants et adaptés à mes cheveux secs et volumineux quand je les garde bouclés. Sinon, direction la coiffeuse pour un bon brushing !

Vous êtes une vraie beautysta, alors l’êtes-vous jusqu’à dans votre trousse de maquillage ?

Oui, je prends un vrai plaisir à me maquiller. Avant de monter sur scène, c’est même mon exutoire, le geste qui m’apaise. Je peins beaucoup, et je retrouve la même sensation que devant une de mes toiles. Quand j’étais petite, je me souviens lorsque j’admirais pendant des heures ma mère et mes tantes se maquiller avant une fête. Un merveilleux ballet !

Comment vous maquillez-vous ?

J’aime les couleurs chaudes et soutenues le soir, surtout sur les yeux ; pour cela, j’utilise les fards à paupières de Lancôme [5]. Je souligne mon regard avec un crayon khôl Bourjois, la texture est fondante et durable, idéal sur scène. Côté lèvres, je peux aussi bien porter un vrai rouge mat Chanel qu’un rose fondant et brillant d’Agnès B, décoté chez Monoprix.

Quel est le parfait rituel de beauté hérité des femmes de votre famille ?

Je me passe du citron sur le visage régulièrement, parfait pour le teint mais aussi pour soigner et assainir les petites imperfections. Ma mère et ma grand-mère me préparent aussi toujours leurs cires maison, quand je suis avec elle. Et puis, bien sûr, quand je pense au secret de beauté des femmes algériennes, il y a le hammam, si mythique et spirituel.

À votre tour, que transmettez-vous à votre fille ?

Nous avons notre petit rituel du week-end : on se prépare des masques de beauté de recettes naturelles [6], à base de yaourt, de miel, de concombre… Un moment girly et convivial entre mère et fille.

Quelle est votre définition de la beauté ?

Ma mère ! Une vraie beauté orientale avec de très longs cheveux noirs, une fine silhouette, un joli sourire… Je pense que la beauté est un état d’esprit. Il suffit juste de se trouver belle, de prendre le temps de prendre soin de soi… Se faire du bien pour encore mieux rayonner !


L’album Ya Bhar et les dates de concert de Malya Saadi sur www.malya.fr
 

Par Karima Peyronie le Lundi 10 Juin 2013


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.