Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Leïla Bekhti



César 2011 du meilleur espoir féminin pour son rôle dans Tout ce qui brille, l’actrice Leïla Bekhti nous confie les secrets de sa beauté rayonnante et de sa taille de guêpe.


© Lorenvu/Villard/SIPA
© Lorenvu/Villard/SIPA


Que pensez-vous lorsque vous vous regardez dans un miroir ?

Ouhlala… Je me demande où est Aurélie [sa maquilleuse, ndlr] ! Parfois, j’ai peur de dire vraiment ce que je pense à cause de ce que les gens peuvent dire, mais je n’ai pas du tout confiance en mon image.

Sans quel autre produit ne sortez vous jamais ?

Mon Bioderma Créaline [1]. Je ne peux me démaquiller qu’avec ça. Je l’ai en petit, en grand. Comme je suis souvent maquillée et qu’il m’arrive de ne pas dormir chez moi quand je suis en promo, je l’ai toujours dans mon sac.

Vos cosmétiques fétiches ?

Ma Terracotta de Guerlain [2], j’adore l’Effet Faux Cils d’Yves Saint-Laurent [3], Julie Hewett, Dior, j’aime bien MAC [4] aussi. En fait, j’aime bien changer et tester de nouveaux produits.

Une adresse beauté préférée ?

Je prends beaucoup soin de mes cheveux et cela fait cinq ans que je vais chez Arnaud Dalens, situé rue de Provence, dans le 16e arrondissement de Paris. Ce n’est pas du tout un coiffeur de stars : il a 26 ans, il vient d’ouvrir son petit salon, mais il connaît parfaitement la nature de mes cheveux. Je l’ai suivi partout et, même s’il s’était installé à Marseille, j’y serais allée tous les week-ends !

Votre parfum du moment ?

Viktor&Rolf [5] en ce moment, mais j’en ai plein.

Un secret de beauté particulier ?

Je reviens de quatre mois de tournage au Maroc [pour le film La Source des femmes, de Radu Mihaileanu, ndlr] et j’ai rapporté plein de produits : de la vraie huile d’argan [6], du siwak [bâton d’araq, ndlr] pour fortifier les gencives, du rhassoul [7] [l’argile, ndlr], une pierre rouge [l’aker fassi, ndlr] que tu humidifies et mets en rouge à lèvres et qui dure toute la journée. Il y a aussi un rouge à lèvres vert transparent, qui s’adapte à ta carnation naturelle et fait les lèvres roses. J’ai remarqué que depuis que je suis revenue du Maroc je prends plus soin de moi.

Le secret de beauté de votre silhouette ?

Arrête, il faut que je maigrisse, je suis une enclume ! Je te jure, il faut juste savoir mettre le bon accessoire au bon endroit. Mais il faut vraiment que je fasse du sport, je n’en ai jamais fait de ma vie. En fait, j’ai besoin qu’un coach vienne chez moi et me force à aller courir ! J’aimerais pouvoir dire que je mange sans grossir mais ce n’est pas vrai : je mange comme mon frère et je grossis ! Et pour ne rien arranger, ma soeur est traiteur !
 


Leïla Bekhti est à l’affiche du film d’Audrey Estrougo : Toi, moi, les autres..., sorti en salles le 23 février.

 

Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Mardi 1 Mars 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.