Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Kenza « L’aura fait la beauté ! »



Kenza fait partie du cercle fermé des golden bloggeuses. Des milliers de followers suivent ses conseils et les marques se bousculent devant elle. Pourtant, cette jeune femme d’origine marocaine a su garder la fraîcheur de sa simplicité.



Au saut du lit, quel est votre réflexe beauté ?

Je me rince le visage avec de l’eau fraîche, puis je complète avec le gel frais nettoyant pureté thermal de Vichy [1], c’est ma gamme du moment. Je ne suis pas très fidèle à une marque, j’en essaye beaucoup pour mon blog. Je privilégie les odeurs simples et je suis sensible aux textures pas trop grasses pour ma peau mixte. C’est pourquoi je préfère utiliser les sérums comme le hydroplumping de Kiehl’s [2] qui est hydratant comme il faut.

Avec tous les produits que vous recevez pour les tester, quels sont les critères qui obtiennent vos faveurs ?

Déjà il faut qu’ils me soient adaptés. Quand je reçois des produits capillaires pour les blondes ou des crèmes SPF 50, ce n’est pas trop ma cible ! Je fonctionne au feeling puisque je ne suis pas très vigilante sur les composants, je ne sais pas lire les étiquettes. Mes routines beauté diffèrent le soir et e matin. Ainsi, en ce moment, je termine la journée avec l’eau micellaire Bioderma [3] puis le baume réparateur Skin Sleep de Vichy [4] qui régénère les cellules pendant la nuit, c’est un vrai coup de cœur : depuis, j’ai une peau parfaitement nickel.

Côté maquillage, êtes-vous tout autant basique ?

Je n’aime pas les maquillages soutenus, ce n’est pas dans ma culture, ma maman n’a jamais été sophistiquée. Mais je travaille mon teint avec soin, notamment avec le fond de teint Lancôme [5] et un blush MAC. Le soir, je me permets quelques excentricités avec un beau rouge à lèvres mat bordeaux. Mais, pour les ongles, je retourne à la sobriété d’une manucure nude, beige ou blanc, qui apporte une touche d’élégance subtile.

Êtes-vous plutôt beautysta ou modeuse ?

Je préfère définitivement la mode ! Pour moi, le vêtement est le prolongement d’une personnalité. Je fais attention aux coupes, aux matières, à la silhouette. Je ne cours pas les fashion week pour autant, je n’aime pas leur côté surfait, je suis plutôt « casual ». J’aime bien jouer avec les accessoires, comme une belle paire de boucles d’oreilles [6] ou de chaussures pour transformer une tenue jean/tee-shirt blanc le soir. Là aussi, je tiens ce sens du détail de ma mère. 

Votre mère est dans la mode ?

Elle était productrice dans la photographie de mode pendant longtemps. En ce moment, elle est en train d’ouvrir le premier dépôt-vente de vêtements de luxe à Marrakech, un concept inédit là-bas !

Vous postez des photos de vous sur les réseaux sociaux, quel rapport avez-vous avec la pudeur et votre corps en général ?

Je ne m’exhibe pas à outrance. Les gens commentent mon physique en permanence, j’ai appris à me blinder, c’est aussi le jeu d’un blog. Et puis, finalement, la majorité est bienveillante, ils savent que je suis une passionnée et que ma démarche est sincère.

Quelle est, pour vous, la définition d’une femme belle ?

Une femme qui a confiance en elle, peu importe son physique ou son style. L’aura fait la beauté ! 

Par Karima Peyronie le Samedi 1 Août 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces disfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.