Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Kayna Samet



L’une des plus belles voix groovy du RnB, Kayna Samet, nous confie ses secrets de beauté à l’occasion de la sortie de son album Avec le coeur. C’est dans l’écrin cosy de l’Étoile Beauty Spa, à Paris, que nous avons passé un moment sous le signe du bien-être.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Au saut du lit, quelle est votre beauty routine ? 
 
Je me nettoie le visage avec la mousse nettoyante de Shiseido [1] et j’applique la crème de jour de la même gamme. Comme j’ai une peau mixte, c’est l’idéal pour le confort, sans laisser de film gras et c’est une bonne base de maquillage. Pour le corps, je mise sur le lait Le Petit Marseillais [2]

Quelle pause de bien-être prenez-vous le temps de vous octroyer ?
 
Je file au Beauty Lounge Spa [beautyloungespa.fr] pour le soin « Croisière berbère » avec hammam, gommage et modelage à la fleur d’oranger. Rien de tel pour relâcher la pression de la vie parisienne, souvent trop tourmentée !

Vous vous exilez aussi souvent à Nice, votre ville d’origine…
 
Aussi souvent que je peux pour retrouver ma famille. Ma journée type là-bas commence par un petit déjeuner en bord de mer. Puis je flâne dans le Vieux Nice où les boutiques embaument la lavande, je me régale ensuite d’une bonne socca, le plat typique, et d’une glace au Kinder. Je termine ma journée chez ma mère qui me nourrit de ses câlins et aussi des meilleures bricks du monde !

Votre mère semble être un élément essentiel pour votre bien-être, vous lui dédicacez le titre « Yema ».
 
Elle est tout pour moi, c’est mon équilibre, ma première passion. Je connais la valeur d’une mère, d’autant plus depuis que je le suis devenue à mon tour. C’est sans conteste le plus grand bonheur à vivre, une expérience de la vie par excellence.

Comment avez-vous vécu la maternité côté silhouette ?

J’avais pris 25 kilos, et je me suis lancée dans le régime Dukan. Mais c’était trop dur, je n’ai pas réussi à aller jusqu’à la phase de stabilisation. Il me reste encore des formes, je les assume, je suis une Méditerranéenne !

Vous êtes une femme très coquette, votre maquillage est parfait… Vous l’avez fait toute seule ?
 
J’adore me maquiller en effet, j’ai appris auprès des pros. J’aime les couleurs, le côté artistique, je peux traîner pendant des heures à Séphora à la recherche de la dernière tendance. Ma trousse se compose d’une poudre Terracotta de Guerlain, d’un vernis Yves Saint-Laurent [3], d’un mascara Lancôme [4], d’un fard à paupières Trio Bourjois [5] et d’un fond de teint Mac. 

Vous avez des cheveux magnifiquement bouclés. À l’heure où les femmes se ruent vers les lissages, quels sont vos produits fétiches ?
 
Petite, mes cheveux me complexaient, je les gardais en chignon. Aujourd’hui, je les assume, les laisse vivre en les faisant sécher naturellement et j’applique le soin sans rinçage de Garnier [6] pour les boucles.

Qu’est-ce qu’une femme belle selon vous ?
 
C’est une femme souriante, généreuse et simple. Et c’est aussi une maman bien évidemment !
 


L’album digital Avec le coeur de Kayna Samet sera disponible dès le 14 mai 2012.
Toutes les infos sur : 
www.kayna-samet.com
 


Par Karima Peyronie le Mardi 1 Mai 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Pédagogie

Mohammed Colin - 16/09/2019
SMS, notifications diverses et variées de Snapchat, Instagram, WhatsApp, capsules vidéo sur Facebook... Plus que jamais, nous sommes quotidiennement submergés de vérités toutes faites. Des messages souvent courts mais chargés en émotion, qui ont pour but de capter notre attention. Ces sollicitations, qui se renouvellent à une vitesse affolante, peuvent avoir des conséquences redoutables sur la consommation de l’information. Les esprits les moins structurés sont davantage perméables aux infox et aux manipulations en tous genres. Dans ce contexte, se méfier des fausses évidences en matière religieuse est une attitude indispensable pour se prémunir contre l’embrigadement de la pensée. C’est l’objectif assigné au nouveau programme « La Casa del Hikma », produit par et diffusé sur Saphirnews.com. Il faut restituer la complexité aux discours afférents au religieux. Mais surtout, il faut accompagner l’effort théologique par une pédagogie qui puisse toucher les masses, créer l’interface entre les intellectuels de l’islam et les jeunes musulmans en quête de sens. Car il est nécessaire que ces deux mondes aujourd’hui totalement parallèles puissent se rencontrer et se nourrir l’un de l’autre. Ainsi, nous pourrons battre en brèche les préjugés qui obscurcissent la compréhension des textes. L’islamologue Michaël Privot souligne, à juste titre, les sacrifices réalisés par de nombreux musulmans au nom d’une certaine compréhension de l’islam aux coûts humains, psychologiques et sociales faramineux. Quel gâchis !