Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Kayna Samet



L’une des plus belles voix groovy du RnB, Kayna Samet, nous confie ses secrets de beauté à l’occasion de la sortie de son album Avec le coeur. C’est dans l’écrin cosy de l’Étoile Beauty Spa, à Paris, que nous avons passé un moment sous le signe du bien-être.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Au saut du lit, quelle est votre beauty routine ? 
 
Je me nettoie le visage avec la mousse nettoyante de Shiseido [1] et j’applique la crème de jour de la même gamme. Comme j’ai une peau mixte, c’est l’idéal pour le confort, sans laisser de film gras et c’est une bonne base de maquillage. Pour le corps, je mise sur le lait Le Petit Marseillais [2]

Quelle pause de bien-être prenez-vous le temps de vous octroyer ?
 
Je file au Beauty Lounge Spa [beautyloungespa.fr] pour le soin « Croisière berbère » avec hammam, gommage et modelage à la fleur d’oranger. Rien de tel pour relâcher la pression de la vie parisienne, souvent trop tourmentée !

Vous vous exilez aussi souvent à Nice, votre ville d’origine…
 
Aussi souvent que je peux pour retrouver ma famille. Ma journée type là-bas commence par un petit déjeuner en bord de mer. Puis je flâne dans le Vieux Nice où les boutiques embaument la lavande, je me régale ensuite d’une bonne socca, le plat typique, et d’une glace au Kinder. Je termine ma journée chez ma mère qui me nourrit de ses câlins et aussi des meilleures bricks du monde !

Votre mère semble être un élément essentiel pour votre bien-être, vous lui dédicacez le titre « Yema ».
 
Elle est tout pour moi, c’est mon équilibre, ma première passion. Je connais la valeur d’une mère, d’autant plus depuis que je le suis devenue à mon tour. C’est sans conteste le plus grand bonheur à vivre, une expérience de la vie par excellence.

Comment avez-vous vécu la maternité côté silhouette ?

J’avais pris 25 kilos, et je me suis lancée dans le régime Dukan. Mais c’était trop dur, je n’ai pas réussi à aller jusqu’à la phase de stabilisation. Il me reste encore des formes, je les assume, je suis une Méditerranéenne !

Vous êtes une femme très coquette, votre maquillage est parfait… Vous l’avez fait toute seule ?
 
J’adore me maquiller en effet, j’ai appris auprès des pros. J’aime les couleurs, le côté artistique, je peux traîner pendant des heures à Séphora à la recherche de la dernière tendance. Ma trousse se compose d’une poudre Terracotta de Guerlain, d’un vernis Yves Saint-Laurent [3], d’un mascara Lancôme [4], d’un fard à paupières Trio Bourjois [5] et d’un fond de teint Mac. 

Vous avez des cheveux magnifiquement bouclés. À l’heure où les femmes se ruent vers les lissages, quels sont vos produits fétiches ?
 
Petite, mes cheveux me complexaient, je les gardais en chignon. Aujourd’hui, je les assume, les laisse vivre en les faisant sécher naturellement et j’applique le soin sans rinçage de Garnier [6] pour les boucles.

Qu’est-ce qu’une femme belle selon vous ?
 
C’est une femme souriante, généreuse et simple. Et c’est aussi une maman bien évidemment !
 


L’album digital Avec le coeur de Kayna Samet sera disponible dès le 14 mai 2012.
Toutes les infos sur : 
www.kayna-samet.com
 


Par Karima Peyronie le Mardi 1 Mai 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.