Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Kayna Samet



L’une des plus belles voix groovy du RnB, Kayna Samet, nous confie ses secrets de beauté à l’occasion de la sortie de son album Avec le coeur. C’est dans l’écrin cosy de l’Étoile Beauty Spa, à Paris, que nous avons passé un moment sous le signe du bien-être.


Photos produits © D. R.
Photos produits © D. R.


Au saut du lit, quelle est votre beauty routine ? 
 
Je me nettoie le visage avec la mousse nettoyante de Shiseido [1] et j’applique la crème de jour de la même gamme. Comme j’ai une peau mixte, c’est l’idéal pour le confort, sans laisser de film gras et c’est une bonne base de maquillage. Pour le corps, je mise sur le lait Le Petit Marseillais [2]

Quelle pause de bien-être prenez-vous le temps de vous octroyer ?
 
Je file au Beauty Lounge Spa [beautyloungespa.fr] pour le soin « Croisière berbère » avec hammam, gommage et modelage à la fleur d’oranger. Rien de tel pour relâcher la pression de la vie parisienne, souvent trop tourmentée !

Vous vous exilez aussi souvent à Nice, votre ville d’origine…
 
Aussi souvent que je peux pour retrouver ma famille. Ma journée type là-bas commence par un petit déjeuner en bord de mer. Puis je flâne dans le Vieux Nice où les boutiques embaument la lavande, je me régale ensuite d’une bonne socca, le plat typique, et d’une glace au Kinder. Je termine ma journée chez ma mère qui me nourrit de ses câlins et aussi des meilleures bricks du monde !

Votre mère semble être un élément essentiel pour votre bien-être, vous lui dédicacez le titre « Yema ».
 
Elle est tout pour moi, c’est mon équilibre, ma première passion. Je connais la valeur d’une mère, d’autant plus depuis que je le suis devenue à mon tour. C’est sans conteste le plus grand bonheur à vivre, une expérience de la vie par excellence.

Comment avez-vous vécu la maternité côté silhouette ?

J’avais pris 25 kilos, et je me suis lancée dans le régime Dukan. Mais c’était trop dur, je n’ai pas réussi à aller jusqu’à la phase de stabilisation. Il me reste encore des formes, je les assume, je suis une Méditerranéenne !

Vous êtes une femme très coquette, votre maquillage est parfait… Vous l’avez fait toute seule ?
 
J’adore me maquiller en effet, j’ai appris auprès des pros. J’aime les couleurs, le côté artistique, je peux traîner pendant des heures à Séphora à la recherche de la dernière tendance. Ma trousse se compose d’une poudre Terracotta de Guerlain, d’un vernis Yves Saint-Laurent [3], d’un mascara Lancôme [4], d’un fard à paupières Trio Bourjois [5] et d’un fond de teint Mac. 

Vous avez des cheveux magnifiquement bouclés. À l’heure où les femmes se ruent vers les lissages, quels sont vos produits fétiches ?
 
Petite, mes cheveux me complexaient, je les gardais en chignon. Aujourd’hui, je les assume, les laisse vivre en les faisant sécher naturellement et j’applique le soin sans rinçage de Garnier [6] pour les boucles.

Qu’est-ce qu’une femme belle selon vous ?
 
C’est une femme souriante, généreuse et simple. Et c’est aussi une maman bien évidemment !
 


L’album digital Avec le coeur de Kayna Samet sera disponible dès le 14 mai 2012.
Toutes les infos sur : 
www.kayna-samet.com
 


Par Karima Peyronie le Mardi 1 Mai 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.